Skip to navigation – Site map
Introduction

De fragments en totalité : le paysage, un analyseur des mondes urbains. Introduction

Laurent Matthey and Jérôme Meizoz

Full text

De la campagne à la ville

1En 1802, K.G. Schelle se proposait, dans un court traité, d’examiner « la palette des impressions procurées par les promenades » pour en « augmenter et multiplier » le plaisir (1802 : 23). Par son propos, ce traité constitue un gué vers un art de se promener en milieu urbain, une manière de s’y mouvoir, une façon d’y vivre. Il constitue un des nombreux points d’entrée du paysage dans l’univers de la ville. L’auteur s’y attachait, par exemple, à fonder la nécessité de marcher tout autant à la campagne qu’à la ville pour réaliser la finalité générale de l’acte de se promener (ibid. : 46s.) – ne serait-ce qu’en raison de la diversité de l’environnement urbain (ibid. : 56), propice à maximiser une activité dont le principe consiste à offrir à l’esprit « la matière et les objets de son activité spontanée » (ibid. : 32-33), alors qu’il s’abandonne « sans résistance [au] courant [des impressions] » (ibid. : 33) nées de son milieu. La plupart des développements de K.G. Schelle constituaient des variations sur les principes élaborés dès le début du XVIIIe siècle par les théoriciens et praticiens du jardin paysager. À l’exemple de ce qui se passait dans le jardin non géométrique, l’homme qui se promène doit se « laisse aller à ses impressions » (ibid. : 38), mais son âme n’en est pas pour autant passive, puisqu’elle est à l’œuvre dans un « divertissant jeu d’idées » (ibid. : 40).

2En 1711-1712, bien avant K.G. Schelle, T. Addison discutait les plaisirs de l’imagination qui s’offrent au promeneur dans le jardin non géométrique et évoquait, presque simultanément, mais dans un autre texte, le plaisir de l’observation des « caractères » humains qu’il ressent dans sa ville de Londres. Le rapprochement de ces deux registres de plaisirs (plaisir de l’imagination dans le jardin paysager et plaisir de l’observation des caractères londoniens) esquisse une forme d’esthétisation de la ville et une pratique spatiale qui semble se déployer dans les paysages de notre modernité urbaine. De même que les promenades dans les déliés du jardin paysager stimulent des impressions et activent l’imagination en ménageant des imprévus au regard, la pratique de l’espace urbain autorise une même surprise à la curiosité du passant qui fait advenir le monde. T. Addison, par exemple, y traque, à la manière d’un chasseur, des caractères rares dont il nourrit son travail de satiriste.

3De la campagne à la ville, l’attention s’est déplacée d’une forme du paysage à un détail de la physionomie humaine ou un fragment de ville. Plus tard, l’homme des foules d’E.A. Poe et la relecture benjaminienne du flâneur baudelairien prolongeront cette pratique de la ville en tant que paysage, esthétisant, au seuil de la modernité, la relation que le passant ordinaire établit avec son environnement quotidien. L’homme des villes, habitant sans qualité, flue ; il invente des vies aux visages qu’il rencontre (relire, par exemple, La fenêtre d’angle de mon cousin de E.T.A. Hoffmann; Malte Laurids Brigge de R.M. Rilke) ; des fragments de territoire s’insinuent en lui, suscitent rêveries et « voyages imaginaires » (cf. le « voyage » à Londres de Des Esseintes dans le À Rebours de J.K. Huysmans) ; il attache sens et signification à des pans de villes (e.g. Rue de Berlin et d’ailleurs de S. Kracauer) ; il marche et le monde survient en lui, « comme une explosion » (à la manière des personnages de J.M.G. Le Clézio dans La Fièvre et Le Déluge).

Le paysage à l’épreuve de l’urbain : une esthétique du fragment

4Se pourrait-il donc que l’urbain éprouve les conceptions classiques du paysage et invite à considérer de nouvelles formes de synthèse qui procèdent paradoxalement d’une esthétique du fragment ? La question n’est sans doute pas nouvelle mais elle mérite d’être posée une fois encore, d’autant que les contributions réunies ci-après amènent des éléments originaux de réponse. Héloise Pocry montre ainsi, dans « Surimpressions naturelles et volontaires chez les surréalistes. Un regard multiple sur Paris », comment les surréalistes parisiens se sont appropriés la surimpression photographique élaborée par les avant-gardes des années 1920 pour susciter « une perception et une compréhension nouvelles du paysage urbain de la capitale française » plus à même de restituer les « perturbations sensitives qui peuvent assaillir le passant » dans les lacis de la grande ville, portant le fragment, le bout de lieu, à la dimension d’un paysage.

  • 1  On pense ici à L’homme au chapeau de Carole Fontaine.

5Mais le paysage au miroir de la ville n’en est pas pour autant une défaite de la synthèse paysagère. Il faut plutôt y voir le signe de sa complexification. De même que les reflets entrelacent des niveaux perceptifs et des fragments de villes hétérogènes (le regard qui paysage la ville y est lui-même matière paysagère, comme en témoignent les productions de certains photographes contemporains1), il se pourrait que le paysage de ville perde de son explicite et en vienne à se singulariser par « un impensable du sensible dans la pensée ». Le paysage serait cet intangible toujours en émergence réclamant par là même une symptomatologie, une science de la lecture des signes qui résonnent et sont susceptibles de faire sens. C’est sur cette piste que nous entraîne Olivier Labussière (« Éléments pour une symptomatologie des ambiances urbaines. L'exemple de Venise, à la lumière de Ruskin et de Proust ») au moyen d’un détour par la notion d’ambiance urbaine.

6Les catégories du paysage se reconfigurent dans la ville. Plus éphémères, plus proches de la conception labile qu’en avait H.-F. Amiel (« Chaque paysage est un état d’âme »). Pourtant, Bertrand Lévy (« Paysages urbains nocturnes et littéraires. Exemples pris à Tokyo et à Paris ») invite à une autre conclusion. Focalisant son intérêt sur les paysages urbains nocturnes, l’auteur montre qu’il ne peut y avoir paysage que dans la mesure où l’on « incorpor[e une] dimension céleste et cosmique » à la perspective, retrouvant en cela, dans les univers urbains de notre modernité, la définition naturaliste du paysage proposée par Alexandre de Humboldt dans son Cosmos. Essai d’une description physique du monde. Une définition du paysage en tant que « physionomie de la contrée qui nous environne », qui appelle une appréhension totalisante et synthétique du paysagé qui ne serait être un fragment de ville ou un simple lieu.

7Ainsi, le champ de l’urbain serait le terrain d’une diversification et d’une cohabitation des catégories paysagères. Le lieu où le paysage n’est plus seulement cette vue perspective, cette portion du réel que le regard peut embrasser, mais aussi le produit d’un processus de condensation du pays en un fragment enrichi de sens, dans lequel se condense des valeurs (c’est ainsi que l’individu patibulaire, cet homme des foules que le protagoniste de la nouvelle éponyme de E.A. Poe piste dans la cohue londonienne est au fondement d’un paysage).

Les paysages en marge du périurbain : là où le « pays » se dilue

8C’est cette cohabitation des catégories qu’envisage, selon nous, Laurent Mattille alors qu’il travaille les paysages en marge du périurbain et de la surmodernité (« L’horizon urbain dans la littérature de la surmodernité »). L. Mattille postule en effet que, dans la ville contemporaine, « l’observateur […] peine souvent à reconnaître des perspectives citadines cohérentes ». Or, ce constat ne doit pas conduire à l’annonce d’une « mort du paysage », pour reprendre le très spectaculaire titre d’un ouvrage célèbre. Zones et Clôture de Jean Rolin nous conduisent même à envisager des moments singuliers de paysagement, des occasions « propices à l’émergence d’environnements proprement paysagers » alors que la ville se reflète dans le miroir d’un écran de télévision, que le dehors survient dans le dedans d’une chambre d’hôtel, non loin d’un aéroport.

9Filippo Zanghi (« “Enfreindre le pacte”. Jacques Réda dans le périurbain ») nous invite à arpenter ces mêmes paysages liminaux. Le motif générateur de son article consiste dans la question de savoir s’il y a du paysage, là où le « pays » se dilue au contact de la presque ville, de la ville à l’état naissant. Assurément, le périurbain rompt avec une esthétique paysagère bucolique dans le même temps qu’il réinvente un pittoresque – que d’aucuns transformeront en effroyable – alors que « des gares qui ont éclos “en pleins champs” et […] “des pavillons en matière rose de décor d’opérette” […] sont baptisées “Résidences de la Ferme.” »

Les paysages en dérive : la circulation des modèles

10Le paysage soumis à l’épreuve de l’urbain se recompose en de nouvelles formes de synthèse. Il glisse du côté de l’ambiance et est plus que jamais le véhicule de normes et de valeurs ; ce en quoi il se profile comme une catégorie fondamentale du new urbanism. C’est en tout cas ce que nous incline à penser la contribution de Blaise Dupuis (« Le mouvement du New Urbanism et le paysage urbain. La circulation d’une doctrine urbanistique »). À partir d’un distinguo entre paysage de ville et paysages de l’urbain, l’auteur propose alors de « comprendre comment la notion de paysage urbain est définie et partagée par les acteurs du Traditional Neighborhood Development dans un contexte de mondialisation, de circulation et de concurrence des modèles urbains ».

11C’est cette même notion de paysage en émergence qu’analysent Yves Bonard et Vincent Capt dans « Dérive et dérivation. Le parcours urbain contemporain, poursuite des écrits situationnistes ? ». Les auteurs y portent leur intérêt sur les « formes du discours » qui configurent nos pratiques spatiales. Ils ciblent des discours qui se proposent de prescrire des « manières de parcourir la ville » et sont susceptible de conduire à une esthétisation des usages de la ville. Les auteurs dégagent ainsi différentes manières de faire advenir le paysage selon qu’on se laisse agir par l’espace ou selon qu’on le maîtrise et le linéarise dans une geste qui relève non plus de la dérive mais de la dérivation.

12Sous la plume de l’auteur de guides supposément décalés, le paysage résulte donc d’une dérivation. Mais quelle est la matière paysagère que produisent les guides de voyages grand public, cette fois ? Ariane Devanthery (« Encyclopédies du voyage et Cartoville. Pourquoi deux guides Gallimard consacrés à Lausanne ? ») discute habilement cette question en cherchant à comprendre « l’avantage que peut avoir un même éditeur à faire paraître deux guides distincts sur le même lieu ». Elle explicite ainsi les processus qui, d’une même ville et pour un même commanditaire, produisent un paysage différentiel. C’est dans la fabrique du paysage urbain en tant que dérivation que nous entrons ici.

13En somme, de fragment en totalité, de dérive en dérivation, le paysagement de la ville apparaît comme un analyseur d’un usage des mondes urbains, des façons de vivre et de faire la ville. Les paysages urbains favorisent une mise en vacance de l’habitant ; ils sont appréhendés dans une exotisation du proche qui accentue le potentiel d’altérisation des espaces du quotidien ; ils sont objets d’une mise en scène touristique ; ils fondent des politiques de marketing des villes ; ils constituent une plus-value esthétique qui permet aux villes de se positionner sur un marché international. Les paysages urbains constituent un fondement des nouvelles pratiques urbanistiques ; ils se profilent comme une catégorie fondamentale du new urbanism… L’important sans doute est que parmi tous ces usages, une certaine conception du paysage persiste. Au détour d’une rue, dans la pénombre d’une chambre d’hôtel ou sur le toit d’une bâtisse tokyoïte, c’est bien souvent à la vue perspective, au rapport de l’homme au cosmos, que nous renvoient les avatars moderne et surmoderne de cette catégorie d’appréhension du réel que nous a légué le XVe siècle européen.

Top of page

Bibliography

SCHELLE Karl Gottblob, 1802 [1996], L’Art de se promener, Paris : Rivages.

ADDISON Joseph, STEELE Richard, 1711-1712 (1996), Le Spectator, Paris : La Bibliothèque.

Top of page

Notes

1  On pense ici à L’homme au chapeau de Carole Fontaine.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Matthey and Jérôme Meizoz, « De fragments en totalité : le paysage, un analyseur des mondes urbains. Introduction », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 2 | 2009, Online since 24 October 2009, connection on 23 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/1248 ; DOI : 10.4000/articulo.1248

Top of page

About the authors

Laurent Matthey

Laurent Matthey is director of the Fondation Braillard Architectes in Geneva. He also is Head of Research at the Centre for Urban Studies and Sustainable Development (OUVDD) of the University of Lausanne and Research Associate at the Institute of Environmental Sciences of the University of Geneva.

By this author

Jérôme Meizoz

Jérôme Meizoz holds a PhD in Liberal Arts and currently heads the interdisciplinary doctoral school (FDi) of the Faculty of Liberal Arts of the University of Lausanne. He teaches at the Department of French Literature and his research interest lie particularly in the relations between literature and sociology and the construction of authors’ “postures”. Email: Jerome.Meizoz@unil.ch

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org