Skip to navigation – Site map
Les paysages en dérive

Le mouvement du New Urbanism et le paysage urbain. La circulation d’une doctrine urbanistique

The New Urbanism movement and the urban landscape: the circulation of a town-planning doctrine
Blaise Dupuis

Abstracts

The American-based movement of the New Urbanism was founded in 1993. It prescribes a specific mode of knowledge and action on the urban space at an international scale: the neo-traditional model, also called Traditional Neighborhood Development (TND). This model postulates an organic link between urban forms and social relations and this link can be understood in particular through the notion of urban landscape. Following the distinction between townscape and streetscapes, this article aims to understand how the notion of urban landscape is defined and shared by the actors of the TND in a context of globalization, circulation and competition of urban models. Through the example of the townscape and the New Urbanism, the article outlines how standards circulate and how they are legitimated through institutions and urban projects such as the project of the DPZ Company in Berlin. To conclude, it demonstrates that the actors of the TND have built an international network which promotes a normative and historicist urban morphology, although they have a weak symbolic capital in the professional field of architecture.

Top of page

Full text

The built environment is a primary medium for the techniques of establishing, legitimizing and reproducing ideology at every scale from the house to the city.

Kim Dovey (2001 : 45).

The New Town, The Old Ways : formes et paysages

  • 1  Ville paradigmatique du NU, Seaside a inspiré le décor et les scènes de vie quotidienne du film Th (...)

1The New Town, The Old Ways fut le slogan pour promouvoir la ville balnéaire de Seaside en Floride1, réalisation emblématique du couple d’architectes Duany et Plater-Zyberk (DPZ), co-fondateurs du Congress for the New Urbanism (CNU). Une des affirmations des promoteurs du New Urbanism (NU) est que le fait de rétablir une forme urbaine abandonnée, dans ce cas-là l’architecture des petites villes du sud des États-Unis avant 1940, permet de créer un type idéal de communauté. En d’autres termes, la communauté dépend de la forme : « community follows form » (Lehrer et Milgrom, 1996 : 50). Cette proposition, à l’opposé du fonctionnalisme (« form follows function »), caractérise l’un des courants du NU appelé Traditional Neighborhood Development (TND) : un modèle urbain néo-traditionnel spatialement déterministe et socialement conservateur (LaFranck, 1997 ; Al-Hindi et Staddon, 1997). À travers un code urbain et architectural spécifique, celui-ci prescrit, d’une part, des espaces publics dont la morphologie engendrerait un sens civique en faveur du voisinage, et d’autre part, une architecture vernaculaire censée révéler le génie du lieu (sense of place).

  • 2  La charte est complétée depuis 2008 par des normes et règles à respecter en lien avec le développe (...)
  • 3  Cette idée d’accessibilité piétonne fut théorisée par l’architecte luxembourgeois Léon Krier (1996 (...)

2Institué aux États-Unis en 1993 et formalisé par une Charte en 19962, le NU propose un retour à une architecture traditionnelle et à un urbanisme compact s’inspirant de l’idéal-type de la ville européenne préindustrielle. Pour répondre aux défis que constituent l’étalement urbain, l’exclusion sociale et les dommages environnementaux, le NU enjoint les urbanistes, architectes, promoteurs et politiciens à concevoir des villes polycentriques, denses et diversifiées. L’aménagement se fait avant tout à l’échelle du quartier (neighborhood). Ce dernier est conçu comme un ensemble équilibré de services, d’emplois, de lieux d’activités et d’habitations permettant l’épanouissement de la communauté résidente (neighborhood community). Il doit comporter un centre et une périphérie dont la distance n’excède pas 400 mètres afin de faciliter l’accessibilité piétonne aux services quotidiens3.

3Ce modèle urbain postule une relation organique entre formes urbaines et relations sociales. Cette relation peut, en particulier, être comprise à travers le paysage : « une notion directement performative, qui fonctionne dans l’aménagement de l’espace en l’imposant tel qu’il est ou tel qu’il devrait être, qui est productrice de normativité et de légitimité en agissant sur la mise en ordre matérielle du corps social » (Mondada, Panese et Söderström, 1992 :7).

4Cet article propose de comprendre comment cette notion est définie et partagée par les acteurs du TND dans un contexte de mondialisation, de circulation et de concurrence des modèles urbains. Partant de la distinction entre paysage de ville et paysages de l’urbain, cet article propose de retracer brièvement la généalogie du concept de townscape et de sa reproduction en tant que mode particulier d’action et de connaissance sur l’espace urbain. D’après l’exemple du NU en tant qu’alternative à l’idéologie moderniste des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM), l’article expose ensuite les standards relatifs au TND, comment ceux-ci circulent et sont légitimés à travers des institutions ou des projets urbains (tels que le projet Quartier am Tacheles). En conclusion, il est montré que les acteurs du TND, bien que bénéficiant d’un faible capital symbolique au sein du champ professionnel de l’architecture, ont néanmoins réussi à constituer un réseau international promouvant une morphologie urbaine normative et historiciste.

Mondialisation et circulation des modèles urbains

5L'émergence du Monde comme espace pertinent de réflexion et d’action (Lévy, 2008) structure désormais une « condition urbaine » inédite (Mongin, 2005) pour la majorité des personnes de la planète. Celles-ci habitent et/ou produisent des formes architecturales et urbaines exprimant à la fois des valeurs locales mais aussi des modèles circulant globalement. Cette intense activité d’« import-export » de modèles urbains entre les villes et à travers les frontières (Nasr et Volait, 2003) permet de saisir comment un discours sur soi (et sur « les autres ») se manifeste dans les formes construites et, à l’inverse, comment celles-ci peuvent contribuer à forger un tel discours (King, 2004). La notion de modèle est en ce sens utile car structurellement liée à l’altérité. En effet, selon Choay (1979), le modèle urbain est issu d’un discours critique sur la société et postule en conséquence un type de projection spatiale ayant une valeur exemplaire tant au niveau des constructions proposées et que de leur caractère reproductible. Face aux tares qui rongent les villes actuelles, l’architecte-démiurge propose alors de créer un monde plus harmonieux et plus juste. Cette conception utopique d’un « urbanisme guérisseur » a nourri de nombreuses figures de la ville au siècle dernier (Choay, 1979 ; Lussault, 2007) : en particulier, le modèle « progressiste » (la ville fonctionnelle de Le Corbusier) et le modèle « culturaliste » (la cité-jardin d’Ebenezer Howard). Choay démontre que l’exportation de ces modèles et leur implantation dans d’autres contextes dépend principalement des problématiques urbaines et sociales similaires au contexte d’origine et de la promotion desdits modèles par des acteurs circulant internationalement.

6La circulation des modèles urbains n’est cependant pas récente : depuis l’Antiquité jusqu’aux colonies du XXe siècle, diverses formes architecturales et urbaines furent importées en territoire conquis et souvent réinterprétées localement (Nasr et Volait, 2003) ; inversement, des modèles « périphériques » contribuèrent au développement urbain de l’Occident (King, 2004 ; Rabinow, 1995). Quant aux pratiques, elles se sont internationalisées au XXe siècle principalement en raison de la mobilité de certains architectes et de la promotion du Style International par les CIAM (Frampton, 1992). Toutefois, le début du XXIe siècle correspond à une période d’intensification de ce processus circulatoire en raison de quatre phénomènes (Guggenheim et Söderström, 2009) : le développement de la logique entrepreneuriale en politique urbaine, la croissance de la mobilité des personnes, l’essor du marketing urbain et l’internationalisation des bureaux et revues d’architecture.

7Dans ce contexte d’interconnexions croissantes entre différents lieux de la planète, des idées relatives à l’urbanisme circulent grâce à des acteurs prolixes et prosélytes. Ces conceptions sont cristallisées dans des institutions spécifiques permettant ensuite de pérenniser un modèle. Ainsi, pratiques et formes urbaines acquièrent une légitimité sociale. Avant d’aborder les mécanismes institutionnels permettant la circulation du modèle néo-traditionnel, il convient tout d’abord d’exposer brièvement, d’une part, l’origine de la notion de paysage urbain en géographie culturelle et d’autre part, le renouveau de la notion de townscape.

La notion de paysage urbain en géographie culturelle

  • 4  Dans le cadre de l’école allemande de géographie, Otto Schlüter (1899) a développé une analyse urb (...)

8De manière générale, le paysage peut être défini comme « une partie de l’espace qu’un observateur embrasse du regard en lui conférant une signification globale et un pouvoir sur ses émotions » (Baridon, 2006 : 16). Plus particulièrement, le paysage est considéré comme un espace social habité (Jackson, 1984), c’est-à-dire « les espaces ordinaires, vécus, qui produisent un sens pour les groupes sociaux qui habitent et participent à l’articulation des relations sociales ainsi qu’à la construction de l’identité » (Poullaouec-Gonidec, Domon et Paquette, 2005 : 31). L’expression au pluriel « paysages urbains » apparaît pour la première fois en 1892, non plus en tant que toile de fond d’un récit mais lié à l’événement même de celui-ci, dans l’Avertissement du roman Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach (Chenet-Faugeras, 2007 : 37). Dans le domaine de la géographie, la conceptualisation de la notion s’effectue à la fin du XIXe siècle en Allemagne4 et désigne les formes et l’apparence physique de la ville (Poullaouec-Gonidec et Paquette, 2005 : 283).

9Deux notions du paysage urbain sont à distinguer. D’une part, une notion se rapportant au paysage de ville : une ville saisie dans sa totalité, une ville-panorama figée selon un point de vue zénithal et globalisant. D’autre part, une notion se rapportant aux paysages de l’urbain. Le regard du flâneur structure alors la réalité urbaine. Ainsi, c’est : « le spectacle de la ville au quotidien, vu par le promeneur qui, sans hiérarchiser, prend en charge le réel non plus d’un regard circulaire et englobant dans une volonté de totalisation immédiate, mais au rythme de la marche, en intégrant le temps dans sa perception » (Chenet-Faugeras, 2007 : 42).

10Ces deux notions structurent le modèle néo-traditionnel qui se focalise à la fois sur l’esthétique de la rue (urban design) et la cohérence d’ensemble d’une ville (urban planning). En premier lieu, les paysages de l’urbain, les streetscapes, sont relatifs au regard quotidien des usagers, appréhendant localement les formes urbaines. La sinuosité des rues et l’alignement varié des façades créent des diaphragmes et guident l’usager vers les places publiques ou les avenues. Cette découverte progressive de l’espace urbain, ponctuée par des monuments ou des ruptures d’échelles, a été conceptualisée par Camillo Sitte (1996) à la fin du XIXe siècle et réactualisée par Kevin Lynch (1969), Aldo Rossi (1966), Léon Krier (1996) et Jane Jacobs (1961) dans les années soixante. En second lieu, le paysage de ville, le townscape, est relatif à l’expertise des town-planners, ces architectes-urbanistes qui établissent des visions stratégiques, délimitant des espaces, les hiérarchisant et conférant à ceux-ci diverses fonctions sur une longue durée. Cette trame d’ensemble permet de structurer la morphologie de la ville à travers l’agencement d’îlots, d’avenues, d’espaces publics et d’espaces verts. Cette conception a été développée à la fin des années soixante, en particulier par Lewis Mumford (1961) avec la notion de planification régionale et Christopher Alexander (1977) avec l’idée d’archétypes urbains (urban patterns).

(Re)production de la notion de townscape : la circulation d’une doctrine urbanistique

11Le modèle néo-traditionnel est caractérisé par le fait de structurer le paysage de ville à travers une hiérarchisation des paysages de l’urbain. En ce sens, le townscape est une condition de production des streetscapes. Lors de la conception d’un ensemble urbain néo-traditionnel, le master plan est toujours accompagné d’un code esthétique (urban design code) réglementant la matérialité du bâti et des espaces publics : matériaux, volume, styles, gabarits, texture, couleurs, etc. Cette doctrine urbanistique trouve son origine autour de la notion de townscape, conceptualisée dès les années cinquante par l’architecte britannique Gordon Cullen (1973), tout d’abord à travers divers essais dans la revue Architectural Review puis ensuite par la publication de son livre Townscape en 1961, réédité dix ans plus tard sous le titre The Concise Townscape.

12Historiquement, la notion de townscape qualifie le charme désuet des villes historiques, en particulier des villes préindustrielles de la fin du XIXe siècle. Puis, elle a été fortement réinvestie à la fin des années 1940, en Angleterre, dans les domaines de l’architecture et de la planification urbaine. Certes considéré comme pittoresque, le townscape en tant que doctrine urbanistique se veut avant tout une nouvelle tradition architecturale, en rupture avec celle du Mouvement Moderne (Janière et Pousin, 2007). Afin de rendre compte d’une approche globale de l’environnement et de la primauté de la dimension visuelle en urbanisme, plusieurs thématiques ont été développées par la revue anglaise The Architectural Review : l’unicité du lieu (sense of place), la critique de l’étalement urbain, ou encore la préservation de groupes de bâtiments ou d’espaces importants pour la forme urbaine (Pousin, 2007). Cette revue a joué un rôle considérable quant à la circulation de ce « modèle rhétorique mobilisateur » (Pousin, 2007). Plus tard, ce modèle devenu mouvement (townscape movement) sera diffusé plus largement en Allemagne, en France, en Italie et aux États-Unis par l’école anglaise de Conzen (1960) et Whitehand (1992).

13Le townscape structure depuis plus d’un siècle les discours et les pratique de l’urbanisme néo-traditionnel. Cette nouvelle doctrine tire son origine des travaux de l’architecte autrichien Camillo Sitte, qui publie Der Städtbau nach seinen Künstlerischen Grundsätzen en 1889, ainsi que ceux de l’urbaniste anglais Raymond Unwin (1932). Tout deux participèrent à construire la notion : le premier d’une manière plus sensible et esthétique en développant une approche culturaliste des paysages de l’urbain et le second, disciple de Howard, d’une manière plus programmatique et institutionnelle (il fût d’ailleurs l’un des co-fondateurs du Town Planning Institute en 1913). Ces acteurs, épris des charmes typiques des vieux bourgs européens, connurent un succès grandissant jusqu’à l’avènement du Mouvement Moderne qui les traita d’obscurantistes. Ce n’est qu’à partir des années soixante que cet urbanisme traditionnel connut un renouveau en Europe grâce au prosélytisme de l’architecte Léon Krier qui, plus tard, contribua à la structuration institutionnelle de la doctrine autour du Mouvement pour la Reconstruction de la Ville Européenne. Ce renouveau pour une approche typo-morphologique, contextuelle et respectueuse du patrimoine se construisit en réaction aux CIAM accusés d’avoir contribué à l’appauvrissement de la culture architecturale et d’avoir détruit les centres urbains et leur urbanité. Selon Krier (1996 : 187), l’architecture traditionnelle a une visée universelle bienfaisante : « les principes universels de l’architecture traditionnelle, beauté, stabilité, utilité, sont en accord avec les visées fondamentales de toutes les créations humaines importantes. Dans toutes les grandes cultures, ils ont été les moyens choisis d’une administration politique sage et d’une action civilisatrice ».

14Voulant créer une institution internationale antithétique aux CIAM, Krier eut une grande influence sur le mouvement du NU (Thompson-Fawcett, 1998), en particulier auprès du couple DPZ qui réactualisèrent aux États-Unis la figure du town planner dans les années quatre-vingts à travers la construction de Seaside et la fondation du CNU.

Une stratégie globale : standards, légitimation et prix internationaux

15Le CNU compte plus de 3300 membres, en majorité des architectes, des urbanistes et des promoteurs immobiliers. Ceux-ci sont établis principalement dans des pays anglophones (États-Unis, Canada, Australie, Grande-Bretagne, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud), mais aussi dans des pays tels que l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, ou encore en Inde et au Mexique5. L’agence DPZ compte 158 projets aux États-Unis et 57 dans le monde, principalement en Chine, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie6. L’établissement des bureaux DPZ à Berlin et à Kuala Lumpur dans le but de servir l’Europe, l’Asie, l’Océanie et le Moyen-Orient illustre l’ambition internationale d’un bureau pourtant relativement petit (environ 50 employés).

  • 7  Entretien personnel [effectué le 23.04.08 à Berlin].

16Duane Phillips, associé du bureau DPZ en Europe, qualifie l’expansion croissante du réseau du NU comme une « tactique en essaim » (« a swarm tactic »)7. Cette circulation de principes communs à l’urbanisme néo-traditionnel s’est structurée internationalement avec la création en 2002 de l’INTBAU (International Network for Traditional Building, Architecture & Urbanism), organisation soutenue par plusieurs écoles d’architecture, divers associations et webzines, et le Conseil pour l’Urbanisme Européen (Council for European Urbanism) en 2003. Ces institutions sont des lieux de pouvoir symbolique, au sens de Saunier (2001 : 382) : « un environnement où les manières de juger, d’appréhender et d’agir sur la ville sont définies, où les légitimités de la profession et de l’expertise sont créées, où le savoir et les disciplines sont construites et où les profils des politiciens responsables des problématiques urbaines sont modifiés ».

17L’expertise d’un réseau d’acteurs et d’institutions participe à la construction des meilleures pratiques dans le domaine : « la notion de “best practices” se développe autour de l’idée qu’il existe des modèles d’excellence et que ces modèles sont reproductibles » (Arab, 2007 : 35).

  • 8  Le Smart Code, le Form-Based Code ou le Transect sont des outils développés par DPZ permettant de (...)

18Afin de partager au mieux ces idées et pratiques relatives à la forme urbaine, des standards ont été développés par Laurence Aurbach et l’agence média The Town Paper suite aux travaux typo-morphologiques de l’agence DPZ8 : les TND Design Rating Standards. Ces standards permettent d’évaluer sur une échelle de 1 à 5 un projet néo-traditionnel. Certains pré-requis doivent être respectés. Principalement, un projet doit concerner au minimum une surface de 2 hectares et comprendre 40 logements, ces derniers ne devant pas être restreints à une certaine catégorie sociale ni liés à une communauté fermée. Sept critères sont ensuite nécessaires pour définir un projet de TND : une variété de type et de taille de logements, une mixité d’usage, le réseau des rues, la connectivité aux formes environnantes, la proximité des services publics et privés, l’inscription régionale du projet, les paysages de l’urbain (voirie, façades privées et publiques), les espaces civiques et l’esthétique architecturale. Plus de 400 projets estampillés TND sont répertoriés par The Town Paper, dont la majorité aux États-Unis et en Europe.

19Cette exemplarité de la forme construite est ensuite légitimée par l’attribution de différents prix : à une échelle internationale les Charter Awards, prix récompensant les réalisations les plus fidèles à la charte du NU, ou à une échelle européenne, le prix Rotthier pour la Reconstruction de la Ville Européenne. Ayant reçu un Charter Award en 2003 et nominé en 2008 au prix Rotthier, le projet Quartier am Tacheles établi selon les standards du TND illustre la stratégie globale du bureau DPZ quant à la circulation de la notion de paysage urbain.

20DPZ fût mandaté par un groupe immobilier haut de gamme, le Fundus Gruppe, pour établir un master plan à l’emplacement du squat emblématique nommé « Tacheles » situé dans le quartier de Berlin-Mitte.

Figure 1 : L’actuel « Tacheles » et le terrain en friche qui accueillera le projet

Figure 1 : L’actuel « Tacheles » et le terrain en friche qui accueillera le projet

Source : B. Dupuis, 2008

21Au départ, le projet fût appelé « Johannisviertel » en raison de la rue Johannistrasse bordant la parcelle. Néanmoins, le terme « Quartier am Tacheles » demeure l’argument de vente du groupe immobilier car il évoque pour celui-ci à la fois la vie « traditionnelle » des quartiers des années 1920 et l’effervescence culturelle des années 1990. Le master plan connecte deux axes historiques par un boulevard traversant des espaces rappelant les cours intérieures (Höfe) caractéristiques du Berlin du début du XXe siècle. Des squares sont liés par des arches de style néo-classique.

22Outre cet aspect traditionnel, le projet fût choisi en raison de la mixité d’usage qu’il propose. Sept bâtiments composent l’ensemble, dont le Flatiron, le Tacheles Residence, un hôtel cinq étoiles, plusieurs lofts et des bureaux chics. L’esthétique proposée est un mélange de style : par exemple, l’architecture new-yorkaise volontairement rétro a valu au projet d’être taxé de « petite Amérique », et les cours intérieures caractéristiques de Berlin ont été réinterprétées en squares urbain, qui ne sont pas une forme locale (Figure 2).

23L’urbanisme développé par DPZ est normatif car ne pouvant être transgressé par d’autres architectes s’inscrivant par la suite dans le site. En effet, les standards du TND ainsi que des codes propres à l’esthétique néo-traditionnelle (empruntant différentes formes historiques telles que les corniches, les architraves, les frontons, les moulures, etc.) doivent être respectés afin de garantir la cohérence des paysages de l’urbain. Cette cohérence est aussi assurée par la mixité d’usage proposée (habitats, commerces, emploi) structurant les îlots, les espaces publics et les espaces verts, autant d’invariants équilibrant le paysage de ville. En définitive, le modèle promu par DPZ a été mis en forme dans une perspective d’élitisation spatiale par le groupe immobilier Fundus : le projet s’adresse avant tout à une catégorie aisée de la population en proposant des espaces luxueux à l’architecture rétro. Mais aujourd’hui, le projet est bloqué, d’une part, en raison des difficultés financières du groupe immobilier, et d’autre part, à cause de l’esthétique du projet qui a peu suscité l’adhésion des habitants du squat.

Se distinguer à travers un urbanisme normatif et historiciste

24En conclusion, la notion de paysage urbain construite depuis plus d’un siècle par divers auteurs, revues et institutions a influencé les pratiques des architectes et urbanistes néo-traditionnels et a modifié en conséquence la formalisation des villes et de leurs espaces internes. En raison de la mondialisation, l’identification, la capitalisation et la circulation de concepts et pratiques s’accroit et passent désormais par différents flux d’informations constitués par des livres, des chartes ou déclarations d’intentions, des revues scientifiques, des manuels techniques et le réseau Internet (Thompson-Fawcett, 2003).

25Du Townscape movement au New Urbanism, la notion de paysage urbain a toujours été un moyen de se distinguer du mouvement moderne en proposant une approche holistique, normative et historiciste. Rattaché au modèle organique utilisé par Léon Krier, ce modèle postule une relation « naturelle » entre la prescription d’une esthétique traditionnelle et l’avènement d’une communauté authentique (Thompson-Fawcett, 1998). L’interface entre les façades et la rue renvoie à une pratique architecturale où la coexistence d’éléments construits (porche, arcade, trottoirs) et « naturels » (jardins, arbres, plantes) est symbole de socialisation. Les codes paysagers spécifiques, les valeurs civiques attribuées aux espaces publics et la fonction mémorielle et identitaire des lieux du NU sont indissociables d’une certaine conception de l’être-au-monde.

26En véhiculant un mode de connaissance et d’action sur l’espace permettant de rendre la société plus harmonieuse, les modèles urbains sont morpho-déterministes. Le modèle progressiste s’est concentré sur l’individu, la technologie, le zoning et a rencontré un succès international autant dans les milieux professionnels, académiques et politiques. Marginalisés par ces diverses institutions, les architectes et urbanistes néo-traditionnels ont réussi néanmoins à se fédérer peu à peu à un niveau international, à échanger leur savoir et pratiques et à proposer des notions à l’opposé du mouvement moderne telles que le paysage urbain en se focalisant sur la communauté, les traditions et la mixité. Travailler à la fois sur la forme de la ville pour rendre celle-ci plus dense et diversifiée (le paysage de ville) et sur la forme des rues, leur esthétique et leur agencement pour rendre celle-ci agréables à la marche et à la socialisation (les paysages de l’urbain) permet aux architectes et urbanistes néo-traditionnels de se distinguer du mouvement moderne.

27Le CNU, qui s’est attaqué avant tout aux problématiques liées à l’étalement urbain aux États-Unis, est actuellement face au défi de traduire un modèle spatialement déterministe et socialement conservateur. Le NU a souvent été accusé de vouloir réifier l’histoire d’un lieu et souffre pour cette raison d’un manque de compréhension en Europe comme l’illustre l’exemple de DPZ à Berlin (Bodenschatz, 2003). Concevoir l’urbanisme de manière transnationale permet de mieux saisir ces processus de production, circulation, et transformation de concepts ou de pratiques spécifiques. Des termes tels que sense of place ou community design mériteraient d’être redéfinis selon les contextes culturels. Les trois registres d’existence des « bonnes pratiques », incitatif, prescriptif et normatif, renvoient à des rapports de domination et d’imposition (Devisme, Dumont et Roy, 2007) et l’expert doit en être conscient lors du marketing de son modèle afin de transférer celui-ci à la fois en conservant sa substance et en proposant des adaptations locales.

Top of page

Bibliography

ALEXANDER Christopher, ISHIKAWA Sara, SILVERSTEIN Murray, 1977, A Pattern Language: Towns, Buildings, Construction, New York : Oxford University Press.

Al-Hindi Karen F., Staddon Caedmon, 1997, « The Hidden Histories and Geographies of Neotraditional Town Planning : The Case of Seaside, Florida », Environment and Planning D : Society and Space, n°15(3), pp. 349-373.

ARAB Nadia, 2007, « À quoi sert l’expérience des autres ? « Bonnes pratiques » et innovation dans l’aménagement urbain », Espaces et sociétés, n°131(4), pp. 33-47.

Baridon Michel, 2006, Naissance et renaissance du paysage, Arles : Actes Sud.

Bodenschatz Harald, 2003, « New Urbanism and the European Perspective - Presumption, Rivalry or Challenge? », in KRIER Rob (éd.), Town Spaces. Contemporary Interpretations in Traditional Urbanism, Bâle : Birkhäuser, pp. 266-279.

Chenet-Faugeras Françoise 2007, « Du paysage urbain », in SANSON Pascal (éd.), Le Paysage Urbain. Représentation, Significations, Communication, Paris : L’Harmattan, pp. 35-48.

CHOAY Françoise, 1979, L’urbanisme, utopies et réalités, Paris : Seuil.

CONZEN M.R.G., 1960, Alnwick, Northumberland: A Study in Town-plan Analysis, Institute of British Geographers Publication n°27, Londres : George Philip.

CULLEN Gordon, 1973, The Concise Townscape, London : The Architectural Press.

DEVISME Laurent, DUMONT Marc, ROY Élise, 2007, « Le jeu des « bonnes pratiques » dans les opérations urbaines, entre normes et fabrique locale », Espaces et sociétés, n°131(4), pp. 15-31.

DOVEY Kim, 2001, Framing places : mediating power in built form, Londres : Routledge.

Frampton Kenneth, 1992, Modern Architecture : A Critical History, Londres: Thames and Hudson.

Guggenheim Michael, Söderström Ola (éds) 2009, Re-shaping Cities : How Global Mobility Transforms Architecture and Urban Form, Londres : Routledge.

Heineberg Heinz, 2007, « German geographical urban morphology in an international and interdisciplinary Framework », Urban Morphology, n°11(1), pp. 5-24.

Jackson John Brinckerhoff, 1984, Discovering the Vernacular Landscape, New Haven et Londres : Yale University Press.

JACOBS Jane, 1961, The Death and Life of Great American Cities, New York : Random House.

Jannière Hélène, Pousin Frédéric, 2007, « Paysage urbain : d’une thématique à un objet de recherche », Strates, n°13, pp. 9-21.

Krier Léon, 1996, Architecture, choix ou fatalité, Paris : Norma.

King Anthony, 2004, Spaces of Global Cultures. Architecture, Urbanism, Identity, Londres et New-York : Routledge.

LaFrank Kathleen, 1997, « Seaside, Florida : ‘The New Town, The Old Ways’ », Perspectives in Vernacular Architecture: Shaping Communities, n°6, pp. 111-121.

Lehrer Ute A., Milgrom Richard, 1997, « New (Sub)Urbanism : Countersprawl or Repackaging the Product », Capitalism, Nature, Socialism, n°7(2), pp. 49- 64.

LÉVY Jacques (dir.), 2008, L’invention du monde. Une géographie de la mondialisation, Paris : Presses de Sciences Po.

LUSSAULT Michel, 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris : Seuil.

LYNCH Kevin, 1969, L’image de la cité, Paris : Dunod.

Mondada Lorenza, Panese Francesco, Söderström Ola, 1992, « L’effet paysager », in Mondada Lorenza, Panese Francesco, Söderström Ola (éds), Paysage et crise de la lisibilité. De la beauté à l’ordre du monde, Lausanne : Institut de Géographie, pp. 335-379.

MONGIN Olivier, 2005, La condition urbaine. La ville à l’heure de la mondialisation, Paris : Seuil.

MUMFORD Lewis, 1961, La cité à travers l’histoire, Paris : Seuil.

Nasr Joe, Volait Mercedes (éds) 2003, Urbanism - Imported or Exported? Native Aspirations and Foreign Plans, Londres : John Wiley.

Poullaouec-Gonidec Philippe, Domon, Gérald, Paquette Sylvain, 2005, « Le paysage, un concept en débat », in Poullaouec-Gonidec Philippe, Domon Gérald, Paquette Sylvain (dirs), Paysages en perspective, Québec : Presses de l’Université de Montréal, pp. 19-43.

Poullaouec-Gonidec Philippe, Paquette Sylvain, 2005, « Des paysages de l’urbain », in Poullaouec-Gonidec Philippe, Domon Gérald, Paquette Sylvain (dirs), Paysages en perspective, Québec : Presses de l’Université de Montréal, pp. 275-318.

POUSIN Frédéric, 2007, « Du townscape au ‘paysage urbain’, circulation d’un modèle rhétorique mobilisateur », Strates, n°13, pp. 25-50.

Rabinow Paul, 1995, French Modern : Norms and Forms of the Social Environment, Chicago : University of Chicago Press.

ROSSI Aldo, 1966, L’architettura della città, Padova : Marsilio.

Saunier Pierre-Yves, 2001, « Sketches from the Urban Internationale, 1910-1950 : Voluntary Associations, International Institutions and US Philanthropic Foundations », International Journal of Urban and Regional Research, n° 25(2), pp. 380-403.

Schlüter Otto, 1899, « Bemerkungen zur Siedlungsgeographie », Geographische Zeitschrift, n°5, pp. 65-84.

Sitte Camillo, (1889) 1996, L’art de bâtir les villes : l’urbanisme selon ses fondements artistiques, Paris : Seuil.

Thompson-Fawcett Michelle, 1998, « Léon Krier and the Organic Revival within Urban Policy and Practice », Planning Perspectives, n°13, pp. 167-194.

Thompson-Fawcett Michelle, 2003, « A New Urbanist Diffusion Network. The Americo-European Connection », Built Environment, n°29(3), pp. 253-270.

Unwin Raymond, 1932, Town Planning in Practice: An Introduction to the Art of Designing Cities and Suburbs, Londres : E. Benn.

WHITEHAND Jeremy, 1992, The Making of the Urban Landscape, Oxford : Blackwell.

Top of page

Notes

1  Ville paradigmatique du NU, Seaside a inspiré le décor et les scènes de vie quotidienne du film The Truman Show de Peter Weir en 1998. Jim Carrey y incarne Truman Burbank, à la fois habitant modèle d’une ville artificielle (Seaheaven) et acteur involontaire d’un reality-show depuis sa naissance.

2  La charte est complétée depuis 2008 par des normes et règles à respecter en lien avec le développement urbain durable, Canons of Sustainable Architecture and Urbanism (cf. www.cnu.org/charter [consulté le 30.03.09]).

3  Cette idée d’accessibilité piétonne fut théorisée par l’architecte luxembourgeois Léon Krier (1996) qui s’est inspiré des travaux de la fin du XIXe siècle de Camillo Sitte (1996).

4  Dans le cadre de l’école allemande de géographie, Otto Schlüter (1899) a développé une analyse urbaine morphogénétique où le paysage renvoie aux formes visibles et tangibles construites à la surface de la terre. Après la Seconde Guerre mondiale, le géographe Conzen, influencé par l’approche allemande, développa en Angleterre un cadre d’analyse des formes urbaines (Heineberg, 2007) : l’étude des plans de ville (town-plan), de l’utilisation normée du sol urbain (urban land-use pattern) et des processus de conception de la ville permet de comprendre, d’une part, la genèse des formes (analyse historique du développement urbain) et d’autre part leur agencement (analyse synchronique de la composition urbaine).

5  Voir www.cnu.org/civicrm [consulté le 12.08.08].

6  Voir www.dpz.com/projects.aspx [consulté le 15.01.2008].

7  Entretien personnel [effectué le 23.04.08 à Berlin].

8  Le Smart Code, le Form-Based Code ou le Transect sont des outils développés par DPZ permettant de disséquer la dispersion de l’urbain (du rural à l’inner-city) selon des caractéristiques morphologiques, esthétiques et fonctionnelles, et d’attribuer ainsi à chaque espace un aménagement spécifique. Voir www.dpz.com/transect.aspx [consulté le 01.04.2009] et www.tndtownpaper.com/rating.htm [consulté le 01.04.2009].

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : L’actuel « Tacheles » et le terrain en friche qui accueillera le projet
Credits Source : B. Dupuis, 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1133/img-1.jpg
File image/jpeg, 292k
Title Figure 2 : Du paysage de ville aux paysages de l’urbain, la maquette du projet
Caption Le Tacheles-Residence, architecte Robert A.M. Stern, USA (à gauche), et le Flatiron, architectes Hammond, Beeby, Ruppert, Ainge, USA (à droite). Deux copies de l’architecture new-yorkaise du début du XXe siècle.
Credits Source : B. Dupuis, 2008
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1133/img-2.jpg
File image/jpeg, 132k
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1133/img-3.jpg
File image/jpeg, 103k
Top of page

References

Electronic reference

Blaise Dupuis, « Le mouvement du New Urbanism et le paysage urbain. La circulation d’une doctrine urbanistique », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 2 | 2009, Online since 24 October 2009, connection on 20 August 2017. URL : http://articulo.revues.org/1133 ; DOI : 10.4000/articulo.1133

Top of page

About the author

Blaise Dupuis

Blaise Dupuis is currently completing his PhD at the Royal Holloway, University of London. His PhD is about the transnational constitution of the New Urbanism movement. His major research interest lies in the mobility of knowledge in architecture and urbanism. He has published in several fields including urban globalization and cultural transformations and has recently coordinated a two-year research on the globalization of urban forms in Hanoi and Ouagadougou. Email: blaise.dupuis@unine.ch

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org