Skip to navigation – Site map
Les paysages en marge du périurbain

L’horizon urbain dans la littérature de la surmodernité. Retrouver le paysage

The urban horizon in postmodern literature
Laurent Mattille

Abstracts

In our era, sometimes referred to as postmodern, urban environments have been evolving under pressure from several factors. Among these, the unbridled development of suburban areas and the anarchic expansion of the media both affect landscapes. Present-day observers often find no consistency within urban landscapes. Nonetheless, Jacques Réda, who thouroughly knows the Paris agglomeration, maintains in his book Le Citadin the existence of an urban landscape tradition. In Zones et La Clôture, Rolin describes the disorderly and confiscatory effect of the media on this same city of Paris. He thus attempts to show several aspects of postmodernity as it can be lived. He nevertheless makes the best of this postmodernity by making it his own on those occasions favorable to the emergence of properly landscape environments.

Top of page

Full text

L’aurais-je donc inventé, le pinceau du couchant
sur la toile rugueuse de la terre,
l’huile dorée du soir sur les prairies et sur les bois ?
C’était pourtant comme la lampe sur la table avec le pain.
Philippe Jaccottet, 1994 (1983). Pensées sous les nuages : 125

L’horizon des villes de la surmodernité

  • 1  Consultez à ce sujet Augé (1992), Lipovetsky et Charles (2004), Lyotard (1979).

1Depuis quelques décennies, un nouveau paradigme semble s’imposer pour qualifier notre époque. Elle ne relèverait plus seulement de la modernité, mais l’évolution de la société l’aurait fait entrer dans une nouvelle ère, du moins sous certains aspects. Les concepts d’hypermodernité, de postmodernité et de surmodernité1 ont été avancés pour en décrire des traits marquants. Cette dernière notion de surmodernité forgée par Marc Augé prend en compte des caractéristiques qui relèvent du vécu des populations en rapport avec le territoire qu’elles occupent. Elle convient en particulier aux zones périurbaines, qui ont explosé avec l’industrialisation et qui constituent une grande partie des agglomérations contemporaines. Parallèlement à ce développement urbanistique, un autre phénomène a pris une ampleur croissante durant le XXe siècle : la médiatisation de nombreux aspects de la société et le développement d’un secteur économique qui lui est lié : le système médiatico-culturel.

2L’espace urbain se trouve ainsi doublement affecté par ces deux facteurs d’évolution. Il renvoie à l’observateur un horizon, des paysages, qui ne sont peut-être plus tout à fait ceux de la modernité. Comment appréhender l’environnement dans des lieux souvent soumis à une grande pression médiatique ? Nous verrons avec les deux auteurs que sont Réda et Rolin, des visions différentes du monde urbain parisien. Dans un premier passage du Citadin, Réda perpétue l’idée moderne de paysage. Sur fond d’horizon, l’individu percevant organise ses impressions en un ensemble cohérent et stimulant.

3Nous explorerons ensuite avec quelques extraits de Rolin issu de Zones et de La Clôture, comment un esprit réceptif à « l’air du temps », c’est-à-dire sensible à une certaine mentalité collective contemporaine, appréhende l’environnement de la surmodernité. Les repères traditionnels y sont brouillés et l’idée de paysage semble s’être dissoute, ses formes peinant à émerger. Rolin nous donnera d’une certaine façon des pistes pour le « retrouver », en dépit du chaos périurbain et de l’emprise envahissante du système médiatico-culturel.

Espacement

4En ville, la vue sur les lointains est souvent difficile car les bâtiments dressent des obstacles au champ visuel. À Paris, cependant, les ouvertures créées par les grands boulevards, laissent le regard porter au loin, là où l’on peut imaginer un au-delà de la ville. Ainsi l’envisage Jacques Réda (1998 : 75) :

Je dois cependant une précision, au sujet des grandes percées qui mutilent le XIe et violent son intimité : je reconnais qu’elles m’exaltent. [...]. Un espace mal domestiqué s’y engouffre, y galope, s’y rue avec un enthousiasme contagieux pour le passant tant il semble promettre un accès aux « splendides villes » présentes, à l’horizon de chaque ville, comme un rêve récurent et son plus impérieux désir. On a parfois un reflet momentané mais saisissant de l’accomplissement de ce rêve. Ainsi à Paris, et précisément au sommet de l’avenue de la République, le massif de la Défense surgissant de façon inopinée dans la lumière du soir qui paraît l’éclairer de l’intérieur, tel un système de cristaux prismatiques. On aimerait qu’au moins une de ces avenues ne conduisît à rien qu’à sa brusque interruption au seuil d’une campagne infinie, et maintînt la vérité du rêve et du désir. Alors je m’éloignerais de la ville. Tout citadin que je suis, j’irais retrouver mon rêve natif d’ornières, de lisières, de bois muets et de champs plats sur lesquels roulent au loin des villes de rayons et de nuées.

  • 2  En italique dans le texte.

5Le narrateur est saisi par une griserie due à la relation entre le moi et le monde. L’espace qu’il perçoit est immense, s’étendant jusqu’à l’horizon et s’emparant de lui. Il est touché par un phénomène que Michel Collot (2005 : 46) appelle espacement du sujet : « L’expérience du paysage dans ses moments les plus intenses, est une véritable ek-stase2. Tout se passe comme si le sujet sortait de lui-même pour s’étendre à tout l’espace environnant, en une sorte d’ubiquité […] ». Ce débordement est lié à l’imaginaire stimulé par la perception de l’horizon. Réda, dans un premier temps ne revendique pas de point de vue particulier. L’ivresse qu’il ressent est une sensation qu’il partage avec « le passant » en l’occurrence. C’est donc un phénomène relativement commun. Et les « “splendides villes présentes à l’horizon de chaque ville » appartiennent à l’imagination collective. Cependant il aborde également sa propre subjectivité lorsqu’il évoque son « rêve natif ». C’est un songe qui renvoie en miroir la ville en tant qu’horizon de la ville. Horizon des horizons, le rêve « des villes de rayons et de nuées » n’est pas la ville parcourue et arpentée. Elle représente pour Réda un idéal imaginaire abrité par l’horizon de la ville réelle.

Renfermement

6Différente est l’impression de Jean Rolin, qui nous décrit la vue qu’il a depuis sa chambre d’hôtel de seconde catégorie, dès les premières pages de Zones (Rolin, 1995). Située en périphérie, elle fait partie de ces endroits décentrés où il se retrouve régulièrement :

À 22 h 30 la nuit vient. Depuis une demi-heure, les lampadaires bulbeux dispensent une lumière de mauvaise qualité parmi les pavillons du marché, au-dessus desquels le ciel, éclairé à l’ouest par les lueurs encore assez vives du couchant, se couvre progressivement, en altitude, d’une couche homogène de très petits nuages gris pommelés, tandis que le débarquement de Normandie fait rage à la télévision (Rolin, 1995 : 17).

7De ces deux perspectives, l’une, paisible, donne sur l’extérieur, décrivant la tombée du jour sur l’agglomération parisienne, alors que l’autre, dynamique, est créée par l’écran de télévision reproduisant le Débarquement allié de juin 1944. La suite du passage précise la situation du narrateur :

D’un même regard, étendu désormais sur le lit couvert d’une housse jaune, je peux voir sur la gauche le général Theodore Roosevelt (Henry Fonda) appuyé sur sa canne dans le haut de la plage d’Utah Beach, et sur la droite, derrière les rideaux de tulle de la fenêtre trilobée, le sommet des pavillons pyramidaux, la lueur blanchâtre des lampadaires, les trois étages supérieurs d’un immeuble de brique à toit de tuiles, et au-dessus le ciel de moins en moins lumineux et de plus en plus gris pommelé (Rolin, 1995 : 17-18).

8Rolin occupe dans la chambre une position standard qui lui donne à partir du lit un point de vue se partageant entre la télévision sur sa gauche et le coup d’œil sur l’extérieur à sa droite. Son axe de vision se dirige de bas en haut, en direction de l’azur qui s’éteint progressivement. Incomparable aux villes magnifiques de Réda, ce tableau évolutif est constitué de strates de constructions empilées laissant transparaître la banalité de leur apparence sous la blafarde lumière artificielle qui prend le relais du jour.

9Alors que la représentation traditionnelle d’un paysage à partir d’une fenêtre suppose un cadre le plus souvent rectangulaire, la forme trilobée de celle de la chambre de Rolin en est une variante dépaysante. Elle divertit et attire l’attention sur elle-même plutôt que sur l’extérieur, diminuant celui-ci comme centre d’intérêt au niveau d’un complément décoratif. D’origine médiévale et gothique, la fenêtre trilobée n’a pas pour vocation de révéler le paysage, dont l’émergence lui est postérieure. Elle permet à la lumière de pénétrer à l’intérieur et ramène le regard dans la pièce. L’écran de télévision, horizon aux contours rectangulaires, est ainsi mieux mis en évidence. Se situant à la gauche du narrateur en direction de l’ouest, il se substitue à la scène naturelle du soleil disparaissant et présente une alternative attrayante et dynamique à la morosité de l’atmosphère nocturne extérieure.

10Insensible à l’alternance du jour et de la nuit, l’écran donne à voir la reconstitution de l’événement historique du Débarquement. Il appartient désormais à un imaginaire collectif recelé par les confins du couchant parisien, situé quelque part en direction des plages de Normandie. Lorsque le narrateur éprouve le besoin de préciser que le couchant se situe à l’ouest, il entérine une perte de repère et le déclin de cet horizon dans les consciences au profit de l’horizon médiatique. Alors que la vue qui porte au-delà du cadre de la fenêtre est estompée par le rideau, posé comme un voile sur la réalité extérieure, sur le poste, au contraire, la précision du détail est frappante. En effet, on y voit la position du personnage, vers le haut de la plage, appuyé sur sa canne, renforçant de cette façon l’impression de réalité des images télévisuelles. Elles apparaissent dans un présent diurne intemporel appartenant à l’empire médiatique que l’on sait constant et omniprésent. Effectivement, les écrans sont présents partout et la télévision fait partie de l’équipement standard de la moindre chambre d’hôtel. Elle s’impose dans l’environnement quotidien et montre d’innombrables paysages au téléspectateur, dont la mémoire s’enrichit ainsi de lointains télédiffusés. L’univers apparaît alors à portée de main dans cette lucarne qui rétrécit le monde subjectif. En regard, le monde réel vu par la fenêtre paraît potentiellement moins attrayant.

11En se rejouant sur l’écran dans une représentation, l’histoire elle-même devient un paysage où se mêlent fiction et réalité (en se référant à Virilio, 1990). L’expansion spatiale que connaît l’appréhension paysagère par l’intermédiaire de la télévision se double d’une expansion dans le temps. Les images télévisuelles acquièrent ainsi une aura qui semble supérieure à celle du monde extérieur. Historiquement, la conquête militaire que constitue le Débarquement allié, préfigure la domination technico-culturelle américaine qui va étreindre l’Europe et propager ce nouveau paysage médiatique. Sociologiquement, elle nous parle d’une colonisation culturelle du spectateur par l’intermédiaire de représentations proposées voire imposées par des écrans désormais, plutôt que par la découverte personnelle du monde.

12L’intérêt pour l’horizon est lié à l’émergence du paysage, dès la Renaissance. Alors que d’aucun se demande si l’idée de paysage correspond de nos jours encore à quelque chose de tangible, il semble que le destin de l’horizon suive la même pente. Du fond de sa chambre, le narrateur assiste à l’extinction de l’horizon naturel. Rolin ne nous parle pas d’ouverture au monde et sur l’espace, mais nous montre un renfermement qui confine le narrateur dans un espace clos, tournant le dos au paysage et à la modernité qui s’efface, laissant la place à un tête-à-tête avec l’écran.

L’horizon médiatique

13Bien qu’étant un vecteur médiatique privilégié, la télévision n’est pas la seule à occuper le paysage. Partout, des médias et leurs installations le colonisent. Rolin est souvent interpellé par l’intrusion des affiches et des slogans dans son champ de perception. Alors qu’il se trouve en banlieue, une enseigne retient son attention :

« Pâtisserie-boulangerie », « lundi 22 août », « 11 h 37 », « Saint-Fabrice », « 25°C ». Je ne rapporte ces détails que parce que, désormais, c’est une des caractéristiques lancinantes de la pseudo-ville – c’est-à-dire en particulier, mais pas exclusivement, de la banlieue – que cette prolifération cancéreuse de signes, ou de messages (et donc aussi de supports pour ces signes et pour ces messages), qui ne s’adressent à personne, émanent on ne sait trop de qui, et ne sont porteurs d’aucun sens […] (Rolin, 1995 : 95).

14Alors que la simple mention de boulangerie eût suffi, l’enseigne décline des spécifications supplémentaires, sans véritable contenu, concourant à saturer le champ de perception de l’observateur.

Surmodernité

15Pour tenter de comprendre ce phénomène, penchons-nous sur un extrait de Marc Augé (1992), qui décrit certaines caractéristiques de notre époque dans son Introduction à une anthropologie de la surmodernité. La surmodernité qu’il définit pour en rendre compte dans un cadre anthropologique comprend ce qu’il appelle des non-lieux. Ce sont des endroits où font défaut le plus souvent, des caractéristiques d’ordres relationnel, identitaire et historique, relevant des sociétés humaines. Ils recouvrent le plus souvent des lieux publics dont l’une des spécificités est d’être la source de nombreux messages :

[...] les non-lieux réels de la surmodernité, ceux que nous empruntons quand nous roulons sur l’autoroute, faisons les courses au supermarché ou attendons dans un aéroport le prochain vol pour Londres ou Marseille, ont ceci de particulier qu’ils se définissent aussi par les mots ou les textes qu’ils nous proposent : leur mode d’emploi en somme, qui s’exprime selon les cas de façon prescriptive (« prendre la file de droite »), prohibitive (« défense de fumer ») ou informative (« vous entrez dans le Beaujolais ») et qui a recours tantôt à des idéogrammes plus ou moins explicites et codifiés (ceux du code de la route ou des guides touristiques) tantôt à la langue naturelle. Ainsi sont mises en place les conditions de circulation dans des espaces où les individus ne sont censés n’interagir qu’avec des textes sans autres énonciateurs que des personnes « morales » ou des institutions […] dont la présence se devine vaguement ou s’affirme plus explicitement derrière les injonctions, les conseils, les commentaires et les « messages » transmis par les innombrables « supports », (panneaux, écrans, affiches) qui font partie intégrante du paysage contemporain (Augé, 1992 : 120-121).

16Selon Augé les informations émises contribuent à définir l’endroit où elles sont diffusées. Elles sont censées régler et coordonner l’usage des lieux. Ceux-ci, en retour, se voient imprégnés et perçus en fonction des différents discours tenus à leur endroit. Chez Rolin, la banlieue est saturée par différents médias. Cette généralisation, de par sa profusion à donner le tournis, concourt à un affaiblissement, voire à la disparition du sens, laissant place à la seule communication déconnectée de toute nécessité. La constellation des organes médiatiques semble avoir gagné son autonomie par rapport à un sens quelconque. La seule raison d’être des annonces et des affiches absorbant le paysage pourrait bien être leur présence même.

Publicité

17Cette forme de communication rencontre la critique de Jean Baudrillard lorsqu’il nous parle du manque de sens qu’elle induit. Son propos,« médium et réel sont désormais une seule nébuleuse indéchiffrable dans sa vérité » (Baudrillard, 1982 : 125), indique qu’il ne s’agit plus d’établir un discours selon les règles du logos. Il faut plutôt occuper le terrain, s’exposer, s’imposer à la vue ou à l’ouïe, en cherchant à retenir l’attention par une esthétique du choc et par la surexposition. Pareil exhibitionnisme provoque un impact sur le paysage urbain en raison du nombre considérable de ces signes qui cherchent à atteindre la plus grande visibilité possible au détriment de leur intégration harmonieuse avec l’environnement. Parallèlement au phénomène moderne de l’art contemporain, dont la valeur artistique semble s’éclipser au bénéfice de sa valeur d’exposition, le sens du message médiatique se perd au profit de sa visibilité. C’est le principe de la publicité dans la mesure où son efficacité est liée à son exposition. Suivons encore Baudrillard sur ce point : « Ce que nous vivons, c’est l’absorption de tous les modes d’expression virtuels dans celui de la publicité. [...] Toutes les formes actuelles d’activité tendent vers la publicité... Pas forcément la publicité nominale, celle qui se produit comme telle, – mais la forme publicitaire » (ibid. : 131). Et il ajoute encore à propos d’une ville exemplaire à cet égard qu’est Las Vegas : « On voit que la publicité n’est pas ce qui égaie ou décore les murs, elle est ce qui efface les murs, efface les rues, les façades et toute l’architecture, efface tout support et toute profondeur » (ibid. : 138). Baudrillard met en évidence un sentiment de dématérialisation induit par la prépondérance de ce qu’il appelle la forme publicitaire que nous prenons la liberté d’assimiler ici aux différents produits médiatico-culturels qui envahissent la ville. Rolin partage cette appréhension d’un univers virtuel se substituant à un monde concret. Voyons dans ses récits quelles conséquences provoque ce développement sur les structures sociales et urbaines.

Luttes sociales

18La Clôture (Rolin, 2002) explique comment un quartier, celui de la Plaine, au nord de Paris, s’est transformé à partir d’une zone dédiée à l’industrie traditionnelle, en un territoire d’expansion du secteur médiatico-culturel.

Désormais, le quartier de la Plaine tend à se spécialiser dans la production d’images et de sons. Il attire, ou il devrait attirer, une population en rapport avec cette activité. Des immeubles neufs, de plus en plus nombreux, y voisinent avec des îlots insalubres de plus en plus clairsemés, très combustibles pour certains, et dont quelques-uns pourraient être préservés afin de prêter leur décor à des films (Rolin, 2002 : 33).

19Ainsi, alors que les centres des villes tendent à se muséifier, un phénomène semblable s’empare d’une partie de la périphérie. Entre destruction et remplacement, ce qui reste sert de décor, avec, on peut le supposer, la disparition du patrimoine historique et identitaire d’une partie de la population. Cette dernière est elle-même en évolution. Partant d’une base ouvrière, mélangée avec l’immigration, elle est peu à peu infiltrée par ce que Rolin nomme la petite bourgeoisie culturelle.

Dans le prolongement de la rue de la Clôture, à Pantin, la rue du Débarcadère forme avec la rue Edouard-Vaillant un angle obtus. Dans cet angle s’inscrit le Relais du Pont, un établissement dont la situation et le décor présente toutes les qualités requises pour qu’il devienne bientôt un point d’appui de la petite bourgeoisie culturelle, dès que l’ouverture du Centre national de la danse et le déménagement des Grands Moulins auront consacré localement l’hégémonie de cette classe sociale. Aujourd’hui, le gros de sa clientèle est constitué de camionneurs, d’employés des Grands Moulins ou de la blanchisserie industrielle Elis, d’usagers de l’école du cirque, de marginaux institutionnels et d’agents de sécurité du parc de la Villette (Rolin, 2002 : 71).

20Cette évolution peut être envisagée sous l’angle de la lutte sociale, entre une population d’ouvriers qui s’amenuise, des marginaux, et cette nouvelle petite bourgeoisie. En effet, à cet endroit du Relais du Pont, le déménagement d’une entreprise traditionnelle laissera la place à une institution représentative de l’industrie culturelle créant un effet de basculement dans le type de population fréquentant les lieux. L’établissement hébergeait jusqu’alors une clientèle mélangée. Lorsque les ouvriers disparaîtront, les marginaux ne tarderont pas à se faire évincer de ce lieu de sociabilité, illustrant la progression du système médiatico-culturel et de son environnement. La périphérie accueille pourtant volontiers les déclassés et les exclus de toutes origines qui y trouvent des espaces propres à les abriter ou convenant à leurs activités plus ou moins licites. Zones et La Clôture nous en donnent maints exemples, dessinant un aperçu social du périurbain parisien. Des drames s’y déroulent parfois, comme l’assassinat d’une jeune prostituée bulgare (Rolin, 2002 : 39), événement ponctuel largement médiatisé. Ultérieurement, le narrateur constate que les camarades de la victime sont les proies d’un autre type d’agression. Objet de grignotage territorial, le terrain où elles ont coutume de se livrer à leur commerce charnel est réquisitionné pour les besoins du tournage d’un film s’intéressant justement à leurs activités. Des actrices les remplacent et elles ne peuvent qu’observer à distance, expulsées de leur territoire habituel, leurs substituts jouer les scènes censées les représenter. Pareillement, des clochards sont à leur tour requis pour les besoins du film. Amenés à jouer leur propre rôle devant la caméra, leur image leur échappe, les cinéastes se l’appropriant (Rolin, 2002 : 146-148).

21Représentant une matière première, exploitable comme l’environnement urbain, les défavorisés sont utilisés à des fins médiatiques. L’expression de marginaux institutionnels employée par Rolin dans la citation précédente, est à cet égard indicative du cadre dans lequel se déroule cette exploitation. C’est celui d’une frange urbaine où se reconfigurent des rapports de domination et dont les acteurs ressortent en partie d’institutions, c’est-à-dire d’organismes avalisés par le système dominant, dont fait partie le secteur médiatico-culturel. Le cas de la jeune Bulgare assassinée dont nous vous parlions plus tôt est même représentatif d’une sorte d’institutionnalisation de cet état de fait. En effet, la tragédie s’est déroulée à proximité de chercheurs en sciences sociales installés dans d’anciens locaux artisanaux. Maîtres des lieux, les sociologues n’ont, le cas échéant, plus qu’à se pencher sur la scène du crime pour s’emparer de cet événement déjà fortement médiatisé et à en tirer des conclusions scientifiques propres à irriguer les différents canaux de la transmission de la connaissance ou de l’information, c’est-à-dire à le médiatiser une nouvelle fois.

22L’exploitation concerne aussi bien le matériel construit qu’humain de cette zone périphérique. Elle est au service d’une mise en représentation des choses et des êtres, des modes et des cadres de vie de ceux-ci. Elle concerne non plus la force de travail de l’individu, mais son image et son identité. Le développement du médiatico-culturel ou de l’empire du virtuel (Rolin, 2002 : 103, 114) se fait au détriment de l’industrie traditionnelle avec comme corollaire la prépondérance de la reproduction par rapport à la production, et du décor sur l’authenticité. Il favorise l’exploitation des images, des apparences et des destins dans une mise en représentation de ce qu’il touche. Tout cela peut rentrer dans le cadre du phénomène moderne de substitution à l’original de son imitation dont nous parle Walter Benjamin (1939 [1983]) dans L’œuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique. Il concourt à favoriser la copie au détriment de l’original et de l’authenticité dans une mise en spectacle de la ville et de la vie urbaine. Cette généralisation de la représentation tend au virtuel et concorde avec le spectacle publicitaire qui efface la ville.

Émergence

23Cependant l’agglomération soumise à la pression médiatique permet aussi l’émergence d’ambiances paysagères, voire de véritables paysages :

Au-delà du périphérique, assez loin mais bien visible, une enseigne lumineuse tourne sur elle-même, bleue, au sommet de la tour Pleyel. D’autres enseignes couronnent la plupart des immeubles situés entre le boulevard extérieur et le périphérique. Le long de l’avenue, c’est plutôt le rouge qui domine – le rouge de Bosch ou celui de Firestone –, mais dès que l’on s’engage dans la rue Félix-de-Croisset, sous les acacias d’où émane en saison une sorte de foutre pelucheux, on pénètre temporairement dans un espace plus confiné, baigné par les publicités Samsung, Panasonic ou Daïkin d’une diffuse et sourde lumière bleue (Rolin, 2002 : 50-51).

24Les lumières des enseignes publicitaires, estompant les astres, composent un ciel artificiel variant localement selon leurs couleurs dominantes. Ce spectacle nocturne régnant sur une partie de la périphérie abrite un milieu plus particulier issu de l’interaction entre la ville et la nature urbaine résiduelle. Un microclimat spécifique à la relation entre les arbres et les enseignes lumineuses se développe au moment de la maturité des fruits des acacias. L’espace d’une rue, le narrateur se trouve plongé dans un environnement différent, « confiné, baigné […] d’une diffuse et sourde lumière bleue ». Cette dernière impression est ambiguë. On ne sait quels sont les sens sollicités dans sa perception. D’origine visuelle, elle implique le toucher par les adjectifs « confiné » et « sourde » qui confèrent la densité d’une substance à la luminosité de cet endroit. De même, le « pelucheux » n’est peut-être envisagé que comme la propriété vraisemblable d’une matière dont l’impression visuelle précède un éventuel contact avec elle. Plutôt que des sensations tangibles, c’est la promesse d’une polysensorialité que le narrateur trouve en ce lieu. Imprégné de « la sorte de foutre pelucheux » provenant des arbres, cet espace possède les propriétés d’une matrice. À défaut de perpétuer le genre des acacias, il permet l’émergence de ce microcosme dû au hasard de la rencontre entre le cycle de la nature et l’environnement urbain. Le narrateur pénétrant lui-même dans ce milieu, vient le féconder, en initiateur d’un processus menant à l’éclosion d’une poésie en rapport avec l’émergence de paysages.

25Cette mise en abîme du travail de l’écrivain à la rencontre des paysages de la sur-modernité, est une foi dans la capacité de la ville à héberger des espaces ressentis comme cohérents, et potentiellement paysagers par conséquent. Ainsi le hasard des contingences permet l’existence d’environnements géniteurs de paysages inédits au cœur de cette zone où se reconfigurent les relations entre l’homme, l’urbanité et la nature. Cette poésie, survenant de l’interaction entre la ville et le monde végétal requiert la sensibilité du passant. Le sens qui peut sembler perdu sous l’effet de la médiatisation et de la pauvreté incohérente du bâti périurbain réapparaît alors dans l’évidence que constitue un paysage ressenti.

Ouverture

26L’horizon urbain décrit par Rolin s’est partiellement dilué dans les espaces virtuels du paysage médiatique. Le statut de référence géographique, spatial et esthétique attaché à la notion d’horizon semble s’être égaré quelque part entre la médiocrité urbanistique, le foisonnement des écrans et celui de la signalétique. Cette évolution ne se limite pas à l’espace public, mais atteint tout autant si ce n’est davantage la sphère privée dorénavant investie par de nombreux médias. Cet état de chose confère une aura d’irréalité au quotidien citadin. Dans la mesure où les villes actuelles, tentaculaires, recouvrent par l’entremise des banlieues et des campagnes urbanisées de grandes parties des territoires, c’est même l’ensemble de la population qui est touchée. Dans ces conditions de banalisation et d’homogénéisation apparente des paysages, comment échapper au divertissement médiatique, là où la ville n’est pas encore devenue décor ?

27Les échappées qui permettent à Réda de projeter ses villes magnifiques trouveraient chez Rolin, probablement, peu de passants disponibles à se laisser aspirer par elles. La quête d’une ouverture sur un ailleurs fait cependant partie des préoccupations de ce dernier. L’imaginaire qu’abrite un horizon ancré sur une réalité est une plus sûre promesse d’évasion que la visualisation de représentations tendant à nous rendre absents au monde. Rolin perçoit cet ailleurs dans les interfaces reliant centre et périphérie, au cœur de la conurbation contemporaine. Ces espaces sont représentatifs du processus de recomposition du paysage urbain. Les sens en éveil, jouant le cas échéant avec un certain effet hallucinatoire que provoque la médiatisation, mais sans tomber dans une fascination hébétée, l’observateur qu’est Rolin peut y exercer sa sensibilité et s’ouvrir à des horizons insoupçonnés, quoique parfois éphémères. Ceux-ci sont le produit des mondes naturels et médiatiques qui se mêlent dans ce laboratoire paysager qu’est la surmodernité. Rolin adapte ainsi à sa manière la tradition déambulatoire urbaine à notre époque. Il intègre différents aspects de la surmodernité dans ses impressions paysagères, sans se laisser enfermer dans l’espace cloîtré du virtuel ou absorber par l’informe urbanistique. C’est une manière pour lui de préserver une certaine liberté individuelle en perpétuant l’esprit de découverte au sein d’un environnement tendant à s’uniformiser.

Top of page

Bibliography

AUGÉ Marc, 1992, Non-Lieux : Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris : Seuil.

BAUDRILLARD Jean, 1981, Simulacres et Simulation, Paris : Galilée, pp. 119-141.

BENJAMIN Walter, 1939 (1983), « L’œuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique » dans Essais II, trad. M. de Gandillac, Paris : Denoël-Gonthier.

CERTEAU Michel de, 1980 (1990), L’invention du quotidien : 1. Arts de faire, Paris : Gallimard.

COLLOT Michel, 1989, La poésie moderne et la structure d’horizon, Paris : PUF.

COLLOT Michel, 2005, Paysage et poésie du romantisme à nos jours, Paris : Librairie José Corti.

JACCOTTET Philippe, 1983 (1994), Pensées sous les nuages, Paris : Gallimard.

HORVATH Christina, 2008, Le roman urbain contemporain en France, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

HORVATH Christina, 2006, « La déambulation comme démarche documentaire : Zones de Jean Rolin », in Bouvet R., Carpentier A., Chartier D. (dirs), Nomades, voyageurs, explorateurs, déambulateurs : les modalités du parcours dans la littérature, Paris : L’Harmattan, pp. 247-55.

LIPOVETSKY Gilles ; CHARLES Sébastien, 2004, Les temps hypermodernes, Paris : Grasset.

LYOTARD Jean-François 1979 (2002), La Condition postmoderne, Paris : Les Editions de Minuit.

MATTILLE Laurent, 2008, La perception du paysage de la sur-modernité, Lausanne, Université de Lausanne, mémoire de licence.

VIRILIO Paul, 1990, Un paysage d’événements, Paris : Galilée.

VIRILIO Paul, 1995, La vitesse de libération, Paris : Galilée.

Sources

RÉDA Jacques, 1998, Le Citadin : chronique, Paris : Gallimard.

ROLIN Jean, 2002, La Clôture, Paris : P.O.L.

ROLIN Jean, 1995, Zones, Paris : Gallimard.

Top of page

Notes

1  Consultez à ce sujet Augé (1992), Lipovetsky et Charles (2004), Lyotard (1979).

2  En italique dans le texte.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Mattille, « L’horizon urbain dans la littérature de la surmodernité. Retrouver le paysage », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 2 | 2009, Online since 24 October 2009, connection on 17 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/1118 ; DOI : 10.4000/articulo.1118

Top of page

About the author

Laurent Mattille

Laurent Mattille holds a degree in Liberal Arts from the University of Lausanne. His Master’s dissertation explored the perception of landscape of certain contemporary writers. Throughout his education he also studied the philosophical status of photography in its relation to the world and the cinematographic interpretation of works of art. Email: l.mattille@sunrise.ch

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org