Skip to navigation – Site map
Les paysages en dérive

Encyclopédies du voyage et Cartoville. Pourquoi deux guides Gallimard consacrés à Lausanne ?

Encyclopédies du voyage and Cartoville. Why two Gallimard guides of Lausanne?
Ariane Devanthéry

Abstracts

Lausanne, part of travellers’ repertoire for over three centuries, enjoys a unique location and is frequently mentioned in travel guides. Guides devoted to it have mushroomed in the past few years. It is easy to understand the interest of Publishing Houses, just as the particular topics explored in their individual guides. Yet one still wonders what benefit a publisher may draw by issuing two distinct guides of the very same place. What if the difference lay precisely in the landscape?

Top of page

Full text

Pléthore ?

1Bien sûr, la Suisse ne manque pas de guides en français où la ville de Lausanne soit mentionnée. Sans remonter aux Délices de la Suisse d’Abraham Ruchat en 1714, on peut évoquer – entre autres – les Guides Bleus (dès 1919, et même dès 1841 si l’on considère leur prédécesseur, l’Itinéraire descriptif et historique de la Suisse d’Adolphe Joanne), les Guides Verts Michelin (dès 1957), les Guides du Routard (dès 1997) ou les Petit Futé (dès 1998). Ces ouvrages sont des guides généralistes traitant de la Suisse en son entier, faisant de Lausanne une entrée parmi de nombreuses autres.

2Comme destination régionale pourtant, la ville de Lausanne a connu récemment, une fortune remarquable auprès de plusieurs guides imprimés : entre janvier 2003 et mai 2008, trois nouveaux guides lui ont en effet consacré un titre et une bonne partie de leurs pages. Ouvrant la marche, on trouve les Encyclopédies du voyage (Gallimard) en 2003, puis un Cartoville (Gallimard) en 2007 et enfin un Petit Futé (Petit Futé) en 2008.

3Sa situation géographique privilégiée, son important dynamisme actuel, son fort potentiel culturel et sa bonne accessibilité font de Lausanne une destination intéressante pour le tourisme urbain européen et expliquent certainement l’intérêt que les éditeurs de guides portent depuis quelques années à cette ville. La logique des maisons d’éditions, qui multiplient les collections en diversifiant autant les espaces traités (pays, région, ville) que l’offre thématique (tourisme culturel ou sportif, branché ou pittoresque) ainsi que la prise en compte de la variété des publics possibles (pressé ou plus contemplatif, urbain ou « nature », riche ou plus chiche), est aussi assurément l’une des clés du phénomène.

4Ceci posé, une question demeure : qu’est-ce qui distingue deux guides du même éditeur consacrés à la même ville ? Une fois mis à part tous les aspects matériels et quantitatifs (forme, taille, organisation interne du guide, nombre de pages, nombre de signes pour chaque monument), qu’est-ce qui différencie en effet, ces deux guides de la maison Gallimard que sont les Encyclopédies du Voyage et le Cartoville ? J’en propose ici une lecture.

Une grille de lecture

5Lors de la rédaction de ma thèse de doctorat sur l’histoire et la forme des guides de voyage consacrés à la Suisse de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle (Devanthéry, 2008), je me suis rendu compte qu’il n’existait pas de grille de lecture formelle qui soit opératoire pour les guides de voyage. Quand on s’est en effet efforcé de porter un regard analytique sur ces objets, on s’est attaché à leur contenu, cherchant, comme Francon (2001) il y a quelques années par exemple, à faire la part des évocations dédiées à la nature (paysages), à la culture (églises), au « para-culturel » (sites industriels) ou à des espaces qu’il nomme « complexes », car ils rassemblent des intérêts variés (grandes villes, par exemple). Toutes ces analyses de contenu mènent peu ou prou au même type de constat : les guides de voyage traditionnels sont des textes normatifs et prescriptifs, qui diffusent des valeurs culturelles et esthétiques souvent qualifiées de « bourgeoises », et cela sans beaucoup se renouveler. Sans contester ces études (l’apport de connaissance des guides de voyage, qui véhiculent un savoir « assis » et reconnu par tous les spécialistes du domaine, tient en effet plus des dictionnaires et de l’encyclopédie que d’un discours de création), il me semble toutefois utile de proposer une autre grille de lecture.

6Celle-ci est à la fois fonctionnelle et formelle. Fonctionnelle, car elle envisage les guides comme des textes qui remplissent un certain nombre de fonctions que l’on détaillera par la suite ; formelle, car elle les considère comme des réalisations de communication originales qui ont inventé une forme tenant compte de modes de consultation et de lecture particuliers. Comme les guides de voyage sont issus des récits de voyage (l’étude de plusieurs guides dédiés à la Suisse permet de constater qu’ils s’en distinguent progressivement entre 1770 et 1840 environ), faisant ainsi partie d’une large littérature de voyage, il n’est pas inutile de prendre comme base une analyse fonctionnelle proposée initialement pour la littérature de voyage en son entier (Reichler, 2005 : 11-36). Selon cette analyse, on peut identifier, dans la diversité de la littérature de voyage (qui s’étend du récit le plus subjectif aux comptes-rendus d’exploration, par exemple), trois fonctions : la première, qui constitue la base des textes de voyage, est la fonction épistémique, pourvoyeuse de savoir(s). Pour reprendre les mots de Reichler (2005 : 26), on constate, lors d’un voyage comme lors de sa lecture, « un différentiel entre ici et là-bas, entre les connaissances qu’[on] emmène et celles qu’[on] rapporte ». La deuxième est la fonction testimoniale, qui permet de retrouver le voyageur-témoin ; et la dernière est une fonction esthétique, pensée ici comme mesure de la qualité de l’écriture, de la beauté du texte. Ces trois fonctions sont postulées valables pour l’ensemble de la littérature de voyage, mais pouvant être soumises à de fortes variations, prenant ici ponctuellement une grande ampleur ou, au contraire, tendant ailleurs à s’effacer presque complètement.

7La lecture des guides de voyage permet de constater que ces fonctions leur sont tout à fait applicables, mais qu’elles demandent cependant à être précisées et complétées. La précision tient à la fonction esthétique, qui, telle que décrite, tend dans ces textes à l’effacement dès la seconde moitié du XIXe siècle. On peut toutefois lui substituer une fonction esthétique que l’on nommera « culturelle », qui se définit par la diffusion des codes et normes esthétiques propres à chaque époque (classiques, romantiques, post-modernes, etc.) Une quatrième fonction, que j’appellerai « pratique », doit enfin être ajoutée pour pouvoir rendre compte de l’entier des procédés que l’on rencontre dans les guides imprimés.

8Cette fonction pratique s’articule en trois parties, qui sont trois repérages : le premier est un repérage dans un espace qui nous est inconnu (un guide doit donner des informations qui vont permettre de ne pas se perdre et d’arriver sans encombre au château que l’on souhaite visiter ou à l’hôtel où l’on désire dormir) ; le deuxième est un repérage dans le guide en tant que livre : il doit favoriser une consultation aisée en découpant l’ouvrage en grandes parties facilement identifiables, qui regroupent, par exemple, les informations encyclopédiques au début, les données pratiques sur les hôtels et restaurants à la fin et la description des lieux, le corps du texte, au milieu. Dans cette organisation macro-structurelle, tous les procédés de chapitrage et de titrage sont essentiels, et l’usage des couleurs peut apporter une aide non négligeable à l’identification des différentes parties. Le troisième et dernier repérage est, lui, actif au niveau de l’écrit, un guide ne se lisant pas de manière absolument régulière, comme, par exemple, un roman. Mais, pensé pour pouvoir être lu sur les lieux (même si on peut aussi le lire dans son fauteuil), il doit autoriser une lecture non linéaire, où l’œil quitte fréquemment le texte pour vérifier sa lecture sur monde.

9Le moment du retour au texte est alors déterminant, où l’on doit retrouver facilement la ligne à laquelle on s’était arrêté. Toutes sortes de méthodes peuvent être utilisées pour marquer l’écrit, le parsemer de flotteurs ou d’ancrages ; la typographie, qui permet des mises en évidences variées, est très utile : elle joue sur les italiques, les caractères gras, les petites capitales, la taille des polices, voire des mots-clés en marge, par exemple. Ce troisième repérage, qui touche à la micro-structure du guide, est l’un des éléments qui permet de distinguer le plus clairement les guides modernes des récits de voyage. C’est aussi lui qui autorise les rapprochements déjà évoqués entre guides et encyclopédies.

10On le constate, la grille de lecture fonctionnelle proposée mène à une grille de lecture formelle, les fonctions épistémique, testimoniale, esthétique-culturelle et pratique conduisant finalement à une réflexion autour des conditions de lecture et de consultation des guides de voyage. Ce qui est une autre manière encore de particulariser ces textes, qui doivent satisfaire aux besoins de deux sortes d’usagers : les lecteurs et les voyageurs. Contraints par le monde (les guides ne peuvent mentionner des routes qui ne mènent nulle part ou des belvédères inexistants), ils se trouvent aussi contraints par les conditions de lecture et de consultation. Pour répondre à ces besoins variés, les auteurs/concepteurs de guides de voyage ont développé de nombreuses stratégies, qui en influencent autant le contenu que la forme. Les deux guides de Lausanne des éditions Gallimard, si différents d’aspect, en sont des exemples parmi d’autres.

Encyclopédie du voyage et Cartoville

11L’un est bleu lavande, l’autre est rouge, étroitement allongé ou une sorte de large livre de poche, comptant plus de 230 pages d’un papier standard ou 6 à 8 grandes pages cartonnées et dépliables, atteignant 27 euros ou moins de 9 euros. Matériellement, on le voit, les différences sont nombreuses et évidentes. Mais les plus intéressantes se cachent sous la couverture.

Encyclopédie du voyage

Structure

  • 1  Le guide est présenté ainsi par son éditeur en quatrième de couverture : « une collection unique d (...)

12Premier à être paru, Lausanne et le Léman s’inscrit dans la ligne des guides marqués par la volonté de transmettre un savoir conséquent et varié, issu du monde universitaire1. Les textes ne sont donc pas rédigés par des auteurs issus de chez Gallimard, mais par des spécialistes des espaces décrits, la plupart du temps locaux : géographes, historiens, littéraires, historiens de l’art, conservateurs de musée, etc. Pour ce guide, ceux-ci sont d’ailleurs spécialement nombreux : on en compte près de 50. De ce choix de base découle un grand morcellement structurel du guide et la fragmentation potentielle du propos, du ton général de l’ouvrage, voire des intentions de communication. L’homogénéisation revient à la structuration générale qui a précédé les commandes de textes et au travail, ici, des auteurs « maison ».

13La structure d’un guide de cet ordre peut en effet être comparée à une sorte de meuble de typographe : un grand nombre de cases ou d’espaces prédéfinis qui sont remplis dans un deuxième temps. Là, trois organisations s’emboîtent comme des poupées russes : une première, déterminée par l’éditeur, qui se retrouve dans tous les guides de la collection et qui agit comme un organisateur du livre, une deuxième déjà thématique mais encore très générale, et une troisième qui, propre à l’espace présenté, permet d’affiner les thématiques retenues.

14La première articule trois grandes parties intitulées « des clés pour comprendre », « itinéraires » et « informations pratiques », plus une quatrième (non titrée) qui présente, dans les premières pages, le sommaire du guide, les itinéraires, les auteurs, l’éditeur et le mode d’emploi de l’ouvrage. Ce dernier point est à relever : contrairement à un roman ou un récit de voyage, un guide de voyage ne se lit généralement pas de manière continue, et, pour que son lecteur puisse l’utiliser au mieux, celui-ci doit connaître les codes de consultation qui ont été déterminés. Variables d’un guide à l’autre, ces codes facilitent le maniement du livre (une fois qu’ils ont été intériorisés) et permettent une plus grande efficacité à la fois pour les concepteurs et pour les lecteurs. On le voit, un guide de voyage ne peut être réduit à son texte, et des éléments structurels et paratextuels remplissent un rôle essentiel.

15À l’intérieur de cette première organisation prend place un agencement thématique assez général pour pouvoir être adapté à de nombreuses régions. Les « clés pour comprendre » proposent ainsi des entrées : nature, histoire, arts et traditions, architecture ainsi que la région vue par les peintres et par les écrivains. Ce n’est qu’au troisième niveau d’emboîtement que l’on parvient à des chapitres qui ne sont plus des organisateurs du guide et de son propos, mais qui sont nécessités par la description de l’espace, de son histoire et des coutumes locales. Alternativement thématiques ou géographiques, ces unités plus petites (« les oiseaux du Léman », « les parcs », « l’imprimerie et l’édition », « l’orfèvrerie », « cafés et bistrots » ou « l’omble chevalier au court-bouillon » du cuisinier étoilé Philippe Rochat) sont toutefois bien délimitées et doivent respecter l’espace qui leur a été imparti à l’origine, au moment de la détermination du « chemin de fer » du guide. Elles tiennent ainsi souvent en une double page (ou en un multiple de la double page, évidemment définie en un nombre de signes indépassable). Au sein de ce cadre, l’auteur spécialiste est libre de ses choix.

16On a compris le principe : une organisation décidée à l’avance, un ensemble de cases qu’il s’agit d’occuper sans déborder. La force de cette structuration tient certainement en cela, qu’elle permet d’organiser le discours sur un lieu de façon générale, sans être dépendante à ce stade d’une région précise. Il est étonnant de constater combien un guide (que l’on imagine facilement ne nous parler que de pays et de lieux particuliers) est, en amont de ces informations et peut-être avant tout, une structure de communication extrêmement organisée. Ce compartimentage du propos avant rédaction, cette organisation structurelle et visuelle de l’ouvrage qui est pensée pour un usage (consultation, recherche d’une information particulière) autant que pour son contenu est très semblable à ce que l’on trouve dans les encyclopédies et les dictionnaires. Là aussi, le discours est fragmenté et doit se plier à une mise en forme qui le précède ; là aussi, les besoins de la consultation semblent au moins aussi importants que le contenu des notices. Dans les guides de voyage et paradoxalement peut-être, les particularités spatiales et historiques des espaces traités ne sont ainsi que rarement visibles au sein de l’organisation générale.

Contenu

17Quand on quitte le niveau de l’organisation du guide et du discours, on peut entrer dans le texte et s’intéresser aux fonctions qu’il remplit. Rappelons brièvement que l’on a identifié quatre fonctions principales pour les guides de voyage modernes : l’apport de connaissances, la transmission de modèles esthétiques culturels ou plus personnels (qui se rapprochent alors du témoignage) et une fonction pratique qui tient dans trois repérages différents : dans l’espace (pour éviter que le voyageur ne se perde), dans le livre (pour rendre la consultation plus aisée) et dans le texte (pour faciliter la lecture). Sans surprise, on se rend compte que les Encyclopédies du voyage sont des guides qui privilégient clairement la fonction épistémique (l’apport de connaissances – ce qui est limpide dès la lecture des noms des auteurs) et la fonction pratique (j’ai déjà évoqué l’importante organisation du guide ainsi que le marquage de son texte). Toutes les informations pratiques (concernant les hôtels, restaurants et boutiques) ressortissent aussi à cette fonction. Elle est donc ici clairement active et efficace.

18De manière générale et malgré la diversité de leurs auteurs, les textes sont majoritairement descriptifs et informatifs, et ne font émerger que ponctuellement des jugements esthétiques. Quand cela se passe, c’est toutefois toujours avec l’intention de faire ressortir le remarquable, l’extraordinaire ou l’unique du monument ou de l’espace traité, ces importantes motivations de la curiosité touristique : « Ville historique, touristique, industrielle : ainsi peut se résumer la personnalité de Vevey, qui est d’abord une belle cité lacustre. La ville s’est enrichie grâce à son marché et à sa position stratégique sur les grands axes routiers (route d’Italie, route de Berne) et a très tôt acquis une importance qu’elle n’a jamais perdue » (Lausanne et le Léman : 174).

19Dans ce paragraphe, un seul mot implique un jugement esthétique (qui est en outre plus culturel que propre à l’auteur ou à l’éditeur) : belle. Le reste n’est que description et informations neutres. Quand elle transparaît, la fonction esthétique-culturelle est ainsi le plus souvent discrète et modérée. Les auteurs spécialistes restent donc en retrait sur cette question et semblent se méfier des jugements de valeur, accordant plus de poids à la fonction épistémique qu’à la fonction esthétique. Pour la voir se marquer beaucoup plus clairement, il faut lire les petits encadrés pris en charge par l’éditeur, comme celui sur la Fondation de l’Hermitage à Lausanne, présentée à la fois comme un « incontournable » et un « coup de cœur » de l’éditeur : « profitant d’une des plus belles situations sur les hauteurs de la ville, l’Hermitage ravira tant l’amateur d’art que le promeneur » (Lausanne et le Léman : 160). On le voit, les auteurs spécialistes s’engagent nettement moins que l’éditeur, qui, lui, se permet ou de promouvoir la branche économique à laquelle il appartient, ou de transmettre plus franchement son enthousiasme. Si l’on parle « tendance », les Encyclopédies du voyage penchent donc globalement peu vers la fonction de témoignage du voyageur qui a été ému ou choqué et qui le dit, mais accentuent fortement la fonction épistémique.

20La cartographie, qui est l’un des éléments relevant de la fonction pratique, apporte toutefois un bémol à l’imposante machine de transmission de connaissances que sont ces guides. Elle est en effet à mon avis le point le plus faible de ces réalisations. Pour ne prendre que deux exemples du centre ville de Lausanne, on peut relever que les Escaliers du Marché, qui débouchent clairement face au portail ouest de la cathédrale sont représentés comme arrivant au sud de celui-ci ; tandis que le passage uniquement piétonnier qui se glisse sous l’Hôtel de Ville et qui relie les places de la Palud et de la Louve est figuré non seulement aussi grand que l’avenue Ruchonnet à trois voies de circulation, mais aussi comme passant au nord dudit Hôtel de Ville. Pour un piéton, il y a de quoi en perdre ses repères. Une carte qui perd (même ponctuellement) son lecteur est plus qu’une maladresse, c’est une contradiction…

21Est-il besoin de résumer ? Lausanne et le Léman est un guide de voyage privilégiant clairement les apports de connaissances (historiques, patrimoniales, géographiques, etc. – ce dont atteste le choix de confier la rédaction à des spécialistes de ces domaines), très bon dans les repérages au sein du livre (son organisation, le marquage de son texte), et passablement en retrait concernant les jugements de valeur personnels et la trace d’une présence subjective. Si sa cartographie était meilleure, un voyageur avide d’informations culturelles assez fouillées n’aurait pas grand-chose à lui reprocher.

Cartoville

Structure

22Si la même maison d’édition a choisi de publier trois ans plus tard (2007) un Cartoville sur la cité qui constituait le centre du premier guide, ce n’est peut-être pas pour rien. Comme son nom l’indique, la fonction première de ce second guide est essentiellement cartographique. Celle-ci dépasse même la simple notion de fonction pour devenir aussi la structure de l’ouvrage. Un ouvrage construit en six cartes qui découpent la ville en six grands quartiers. Il se complète par une carte présentant visuellement ce découpage et un plan des transports publics. À l’intérieur des volets et des rabats, d’autres cartes (régionales et réduites) sont encore présentes, ainsi que de très nombreuses petites photographies.

23La mise en forme du texte suit, elle aussi, une organisation très simple et régulière : chaque quartier est d’abord présenté par un texte général ; des adresses pratiques commentées (restaurants, bars, clubs, concerts, boutiques, etc.) occupent le verso de la carte et, sous celle-ci, prennent place les informations épistémiques concernant les monuments ou les musées que l’on peut visiter. Le découpage des sujets et la mise en scène typographique du texte sont remarquablement clairs et participent de manière évidente au très bon repérage dans l’espace que propose ce guide. La réalisation de la fonction pratique est ainsi particulièrement réussie.

Contenu

24Sans réelle surprise, les informations épistémiques transmises par ce guide sont reprises du « grand frère » que j’ai évoqué précédemment. Généralement très raccourcies, elles en font une sorte de digest. Qu’on ne s’y trompe cependant pas : ce n’est pas une copie du premier texte, mais bien une réécriture très différente dans son esprit. Celle-ci est due, cette fois, non à des spécialistes locaux, mais à une auteure « maison », travaillant donc pour les éditions Gallimard.

25Pour s’en convaincre, voyons comment est traité le bâtiment du Conservatoire de musique. Dans Lausanne et le Léman (2003 : 136), sa description est courte, essentiellement centrée sur l’architecture : « De style néobaroque et Art nouveau, ces anciennes galeries du Commerce (1908-1909) recèlent un remarquable escalier double elliptique, couronné d’une verrière Art nouveau. L’ancien ascenseur en bois est connu sous le nom de « Pater Noster ». Le bâtiment a été restauré en 1990 ».

26Dans le Cartoville (plan B), le texte dévolu au Conservatoire de musique est, un peu paradoxalement, à la fois raccourci et plus long : « Le somptueux bâtiment des anciennes galeries du Commerce a conservé quelques éléments Art nouveau tout à fait exceptionnels : escaliers ouvragés, verrière, ascenseur Pater noster. Une restauration réussie (1990) a fait de cet ensemble lumineux un lieu culturel incontournable et accessible à tous : chaque mercredi, de mars à novembre, chacun peut assister aux Midi-concerts (12h15-13h) et, en plus, c’est gratuit ! ».

27Plus court donc, le premier extrait est à la fois plus descriptif, plus précis et moins empreint de jugements personnels et/ou esthétiques. Contrairement au second texte, on apprend, par exemple, en plus des dates de construction de l’édifice, que deux styles sont entremêlés (néobaroque et Art nouveau), ou que l’escalier est « double et elliptique ». Bien que très bref, ce texte ne fait pas l’impasse sur la complexité (ce dont atteste la mention du mélange des styles). Dans la présentation du Cartoville se retrouvent la plupart des informations purement épistémiques du premier texte, mais de manière parfois simplifiée (l’édifice a perdu, par exemple ses éléments néobaroques et les escaliers ne sont plus qu’« ouvragés »). On leur y a toutefois adjoint plusieurs adjectifs ou formulations clairement porteurs d’une appréciation esthétique : somptueux, tout à fait exceptionnels, réussi ou incontournable. Si le second texte est plus long que le premier, cela est dû à deux éléments neufs : la mention de concerts ouverts à tous et une observation d’« ambiance » : cet immeuble compose un « ensemble lumineux ».

28La différence d’esprit soulignée dans cet exemple est généralisable à l’entier du Cartoville, qui insiste de manière répétée sur les ambiances. Ainsi en est-il, par exemple, de l’évocation des quartiers du Flon et de Montbenon : « Dans le nouveau quartier du Flon, aux boîtes survoltées, le calme succède à l’embrasement de la nuit ; plaisirs éphémères que Montbenon préfère ignorer, tourné vers le sud et la quiétude des paysages lémaniques » (Cartoville, plan C).

29Au-delà de la figure de style hardie qui transforme des quartiers en personnages animés et capables de sentiments, on ne peut que reconnaître l’efficacité de la formulation : le Flon est ainsi associé à la nuit, aux clubs et aux « plaisirs éphémères », tandis que Montbenon se trouve allié au calme, à la vue et aux paysages.

30Ce faisant et après avoir fortement axé son apport sur la fonction pratique du repérage dans l’espace, le Cartoville met un accent soutenu sur la fonction esthétique. Une fonction esthétique à mi-chemin d’ailleurs entre une culture et une subjectivité : si les ambiances, les impressions générales qualifiant un quartier sont parfois descriptives (les abords de l’Opéra sont « effervescents » et dans le parc Mon-Repos « le bien-nommé, le temps retient son souffle », Cartoville, plan B), elles sont aussi très souvent les indices d’un regard, d’une appréciation (souvent positive, d’ailleurs, le guide préférant généralement taire le négatif), donc d’une subjectivité. Cette présence subjective est très certainement à rattacher à une volonté éditoriale claire, et une auteure « Gallimard » très probablement plus à même de réaliser cela que des spécialistes indépendants. La prise en charge du texte par une seule personne permet aussi d’obtenir une homogénéité de style que l’on ne retrouve pas dans les ouvrages rédigés collectivement.

  • 2  La « devise » des Cartoville est en effet : « L’essentiel en un clin d’œil ».

31Les deux fonctions les plus marquées du Cartoville sont donc les fonctions pratiques (et spécialement le repérage dans l’espace) et esthétiques, celles-là même qui, on l’a vu, étaient les moins présentes dans Lausanne et le Léman qui privilégiait, lui, la fonction d’apport de connaissances (toutes disciplines confondues). Ces deux guides sont donc loin de se redoubler ou d’empiéter sur le territoire éditorial de l’autre : orientés de manière très différente, ils ont chacun un public spécifique, plus savoir et approfondissements ici, plus ambiance et rapidité2 là.

Et le paysage urbain, dans tout ça ?

32Cette question soulève de nombreuses autres questions. Quelle définition, en effet, adopter pour le « paysage » ? Un « paysage urbain » existe-t-il ? Les guides sont-ils les lieux adéquats où trouver une expérience paysagère ? Pour parvenir à un langage commun, commençons par nous donner quelques définitions de base. Pour le paysage, je me référerai d’abord aux définitions qu’en proposent Berque (1995) et les auteurs de la synthèse thématique I du PNR 48 « Paysages et habitats de l’arc alpin » (Backhaus, Reichler et Stremlow, 2007) : un paysage n’existe pas en tant que tel, comme morceau de réel. Comme ces auteurs, j’accepte la définition qui fait du paysage une relation, celle qu’établit et entretient un spectateur avec un morceau d’espace particulier en un temps particulier. Un même espace, regardé par deux personnes différentes et qui vont établir avec lui des relations différentes, se laissant émouvoir ici par une transparence ou une disposition particulière, restant là hermétique à toute émotion, peut donc être construit comme un paysage ou non. Cette définition du paysage fait ainsi intervenir de façon structurante un individu et ses affects.

33La notion de « paysage urbain » prolonge et complexifie ce débat. Un passant dans une rue bordée de hautes maisons considérera-t-il cet espace comme un paysage ? Ou parlera-t-il plus volontiers d’espace, voire de décor ? Une vue dégagée est-elle nécessaire à un paysage ? Quand il y a perspective, même urbaine, on a en effet plus tendance à envisager cela comme un paysage. On le voit, la notion est donc fluctuante, et changera selon les quartiers d’une ville et surtout selon les spectateurs qui vont, comme dit plus haut, créer le paysage par leur regard, leur subjectivité et leurs émotions.

34Sur cette base, peut-on parler de paysage dans les guides de voyage ? Et si oui, dans quelle mesure ? Certains guides seraient-ils plus « paysagers » que d’autres ? La lecture que je viens de proposer des deux guides des éditions Gallimard consacrés à Lausanne et sa région semble l’attester. Alors que, dans le premier (Lausanne et le Léman), les auteurs paraissent se refuser la plupart du temps au paysage pour ne transmettre que des informations épistémiques, de sorte que seules les citations littéraires et les reproductions de tableaux de la section introductive en parlent, le Cartoville est, lui, beaucoup plus « paysager ». L’important travail réalisé autour des ambiances que j’ai déjà relevé en est un premier signe. Mais il en est un autre, qui ne trompe pas, puisqu’il souligne très précisément les vues larges, qu’elles soient perspectives ou horizon. Plongeons à nouveau dans le texte du Cartoville :

Dominée par le Palais de Rumine, la vaste place de la Riponne dégage enfin la perspective (Cartoville, plan A).

Bien loin de l’agitation citadine et plus près du lac, le calme se fait peu à peu ; le regard embrasse enfin le paysage entièrement et se perd à l’horizon (Cartoville, plan D).

Un peu plus loin, les talus verdoyants du Denantou exhibent de vastes pelouses propices à une sieste rédemptrice, avec le Léman et les Alpes pour horizon (Cartoville, plan E).

Restée longtemps enserrée dans ses murailles, Lausanne s’ouvre au XIXe s. sur les splendides paysages alentour. […] Le cœur historique étale à leurs pieds ses joyaux et le Léman, au loin, dévoile les panoramas les plus grandioses (Cartoville, plan F).

  • 3  « Dans ce site classé, des éléments d’époque XVIIIe remarquables : une ferme, un jardin de plaisan (...)

35Toutes tirées des présentations générales des quartiers, ces citations dessinent plus que des ambiances, mais brossent en quelques mots et de manière tout à fait réfléchie des paysages. Si par hasard un lecteur inattentif devait passer à côté du pointage systématique des paysages qu’opèrent ces descriptifs, le vocabulaire ramène le distrait à l’important : les mots perspective, paysage, horizon et panoramas sont là pour lever toute équivoque. La fonction « paysagère » de ce guide s’affirme ainsi comme une volonté éditoriale déterminée. Techniquement, la présence subjective dont attestent ces extraits qui évoquent des paysages se marque aussi par des procédés rhétoriques qui peuvent, parfois, paraître un peu antinomiques avec l’exigence de concision qui est généralement faite aux guides de voyage. Outre l’anthropomorphisation déjà évoquée qui tend à transformer la ville en un être vivant, on peut relever la multiplication des énumérations qui facilitent la création des ambiances3 et des jugements qui peuvent être contraignants et qui tiennent souvent en un adjectif (« vertigineux ! », in Cartoville plan F) ou une formule elliptique (« À voir ! », in Cartoville plan F). On remarquera aussi la ponctuation emphatique, qui est bien éloignée de la neutralité d’un texte purement objectif.

Des guides et des lecteurs

36On aura compris que les positionnements éditoriaux des guides de voyage sont aussi variés que les intentions dont ils sont le reflet et les publics auxquels ils s’adressent. Diserts ou concis, tendant vers l’objectivité ou la subjectivité, très ou peu illustrés, plutôt orientés « savoir » ou « bonnes adresses »… les éditeurs détiennent une recette dont les ingrédients peuvent être diversifiés à volonté, comme peuvent être multipliés les angles de vue et les lecteurs. La question de savoir s’il y a des options dominantes et si certaines n’apparaissent jamais mériterait une étude particulière.

37Une histoire de la présence (ou de l’absence) des auteurs dans les guides de voyage (et, donc, potentiellement si l’on peut généraliser la lecture que je viens de présenter, d’une relation paysagère et de paysages) pourrait être tentée entre le début du XIXe siècle et aujourd’hui, car on peut déterminer, à certaines époques, des tendances assez claires vers l’un ou l’autre pôle. La première moitié du XIXe siècle serait ainsi une période de plus forte subjectivité que la seconde moitié, qui est, elle, clairement à la recherche de la (d’une ?) neutralité. Au point même que la langue, le français, finit à force de volonté d’efficacité objective par se déstructurer (les guides Joanne – ancêtres des Guides Bleus – du début du XXe siècle ont moins de phrases avec des verbes conjugués que d’infinitives). Peut-être le positivisme du temps explique-t-il partiellement ce mouvement, à moins que ce ne soit la tendance opposée à la forte personnalisation qu’ont connue les récits de voyage du XVIIIe siècle et dont sont issus les guides modernes. Même si l’analyse doit encore être menée pour les guides de voyage du XXe siècle, un deuxième retour de balancier semble avoir commencé à s’opérer dans la seconde moitié du siècle, avec la publication de guides au ton fortement typé, où l’auteur (les auteurs) n’hésite(nt) pas à donner une vision très subjective des lieux décrits. Entre ces deux extrêmes, de nombreuses variations sont possibles, comme l’a montré la lecture ci-dessus.

38Pour ces analyses, une grille de lecture qui ne s’arrête pas au contenu des guides (à ce qu’ils mentionnent ou taisent, à ce qu’ils recommandent ou non – et qui a été pendant longtemps le principal accès à ces ouvrages) a aussi montré tout son intérêt. Comme pour les dictionnaires et les encyclopédies (auxquels ils se réfèrent parfois explicitement) leur présentation, et la présence dans le texte d’un auteur-témoin ou d’un auteur transmettant le ton éditorial choisi pour une collection sont d’une lecture tout aussi intéressante. Sciences humaines, naturelles et sociales trouvent ici, dans l’analyse et la compréhension du genre de communication particulier que sont les guides de voyage, un terrain à explorer de concert. Et la question du paysage est un thème très fédérateur.

Top of page

Bibliography

Backhaus Norman, Reichler Claude, Stremlow Matthias (dirs), 2007, « De quel paysage parle-t-on ? », in Paysages des Alpes – de la représentation à l’action : synthèse thématique relative au thème de recherche I « Processus de perception et représentation des paysages et des habitats des Alpes », Zurich : vdf.

Berque Augustin, 1995, Les raisons du paysage, Paris : Hazan.

Devanthéry Ariane, 2008, Itinéraires. Les guides de voyage en Suisse de la fin du XVIIIe siècle à 1914. Contribution à une histoire culturelle du tourisme, Lausanne, Université de Lausanne, thèse de doctorat en littérature et histoire culturelle.

Francon Marc, 2001, Le guide Vert Michelin. L’invention du tourisme culturel populaire, Paris : Economica.

Reichler Claude,2005, « Pourquoi les pigeons voyagent. Remarques sur les fonctions du récit de voyage », in Versants, n° 50, p. 11-36.

Corpus d’étude

2003, Lausanne et le Léman, Les encyclopédies du voyage, Paris : Gallimard.

2007, Lausanne, Cartoville, Paris : Gallimard.

Top of page

Notes

1  Le guide est présenté ainsi par son éditeur en quatrième de couverture : « une collection unique de guides de voyage, une somme impressionnante d’informations et d’observations transmises par des spécialistes ».

2  La « devise » des Cartoville est en effet : « L’essentiel en un clin d’œil ».

3  « Dans ce site classé, des éléments d’époque XVIIIe remarquables : une ferme, un jardin de plaisance, un canal (d’inspiration hollandaise), un poulailler (folie néogothique) ; sans oublier un jardin potager, restauré en 2000 et offert comme "plantage" (petites parcelles cultivables) aux habitants du quartier » (Cartoville, plan F).

Top of page

References

Electronic reference

Ariane Devanthéry, « Encyclopédies du voyage et Cartoville. Pourquoi deux guides Gallimard consacrés à Lausanne ? », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 2 | 2009, Online since 24 October 2009, connection on 23 June 2017. URL : http://articulo.revues.org/1117 ; DOI : 10.4000/articulo.1117

Top of page

About the author

Ariane Devanthéry

Ariane Devanthéry holds a PhD in Literature and Cultural History from the University of Lausanne. Her research interests lie in the literary genre of tourist guidebooks, the history of tourist guidebooks in Switzerland, and the textual shaping of space. She also had the opportunity to put history and culture into practice, by creating and leading numerous thematic guided tours in Lausanne. Email: ariane.devanthery@sunrise.ch

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org