Skip to navigation – Site map
Occuper la ville : la résidence des élites

Proximité familiale et organisation résidentielle de la parentèle dans les élites d’une ville d’Europe du Sud. L’exemple de Naples

Familial proximity and residential organisation of the family within the elite of a southern European city. The example of Naples
Thomas Pfirsch

Abstracts

Numerous studies have stressed the importance of the residential proximity of family members in southern Europe. Far fewer studies, however, have examined this phenomenon within the upper social classes, where familial proximity reaches record levels, or at the intra-urban level, although forms of familial aggregation are highly dependent on urban context. It is the importance of the impacts of social status and urban structure on familial proximity in southern Europe that this article insists upon, while limiting itself to a specific social group, that of the Neapolitan upper classes. The study is based on a combination of quantitative sources with a series of interviews which have permitted the precise reconstruction of the residential histories of 50 families of the old Neapolitan bourgeoisie within the city over four generations. It was found that although the forms of familial proximity seen within the city’s upper classes (“quasi-cohabitation” within a building and groupings across neighbouring streets) reflect southern European cultural models, they also show strong specific traits, involving as they do massive familial concentrations reproduced over the long term in the same inner-city districts over more than three generations. Other than the “familial” mechanisms of the property market, the heavy spatial concentration of the families studied is also explained by their hereditary hold on the city and their position within a cycle of urban integration.

Top of page

Full text

  • 1  Ce phénomène a d’abord été relevé par de grandes enquêtes statistiques sur la parenté aux États-Un (...)
  • 2  Voir Istat, 2002 : 118. Proportion d’individus mariés et âgés de 18-64 ans ayant encore leur mère (...)

1Depuis une trentaine d’années, de nombreuses études ont souligné l’importance de la proximité résidentielle entre membres d’une même famille dans les sociétés urbaines occidentales. Aux Etats-Unis comme en Europe, parents et enfants adultes continuent à résider à proximité les uns des autres tout au long de leur cycle de vie1. Cependant, si cette proximité familiale est partout importante, elle atteint une intensité étonnante dans les pays d’Europe du Sud où elle a lieu à une échelle beaucoup plus locale qu’en Europe du Nord ou aux Etats-Unis. En Italie, cette proximité familiale atteint même des taux records, qui sont systématiquement les plus élevés y compris au sein des pays d’Europe du Sud. Ainsi, en 1998, les deux tiers des Italiens mariés habitaient dans la même commune que leur mère, 43% d’entre eux habitaient à moins d’un km de chez elle et 11% résidaient dans un appartement du même immeuble qu’elle2.

  • 3  En France, la proximité familiale est beaucoup moins importante chez les cadres supérieurs que che (...)

2Mais si elle est beaucoup plus « locale » qu’en Europe du Nord, la proximité familiale est aussi en Italie beaucoup plus répandue dans la société. Alors qu’en France ou en Grande-Bretagne le phénomène est plus important dans les classes populaires et a pu être présenté comme une spécificité de certains quartiers ouvriers3, en Italie la proximité familiale est forte dans toutes les catégories sociales, et atteint même les taux les plus importants dans les classes supérieures (Barbagli et al., 2003 : 180). Enfin, même si en Italie la proximité familiale tend à diminuer en fonction de la taille des villes, elle reste tout de même importante dans les grandes villes de la péninsule au regard des standards européens (voir Istat, 2001 : 34 et Cioni, 1997 : 216-217), et ce alors que les stratégies d’agrégation familiale sont structurellement plus compliquées à réaliser dans les grandes agglomérations du fait des prix élevés de l’immobilier, de la moindre diffusion de la propriété, ou du turn-over des populations.

  • 4  L’Istat mène tous les cinq ans une enquête nationale sur les rapports de parenté en Italie où le t (...)

3Comment expliquer cette force de la proximité résidentielle familiale dans des grandes villes, et dans des catégories sociales aisées qui pourraient a priori se passer aisément de l’entraide de la parentèle dans la vie quotidienne ? Les formes de proximité familiale et d’organisation résidentielle de la parentèle présentent-elles des spécificités dans le milieu des élites urbaines ? Ces questions restent aujourd’hui largement sans réponse. Les études sur la proximité familiale sont certes nombreuses en Italie, mais rares sont les travaux qui ont tenté d’analyser l’impact de ce modèle résidentiel dans le milieu des classes supérieures. Surtout, le phénomène demeure mal connu à l’échelle intra urbaine, les grandes enquêtes nationales sur les relations de parenté en Italie ne descendant pas à une échelle infrarégionale4. Le but de cet article est donc de montrer, à travers le cas de la vieille bourgeoisie napolitaine, l’influence du territoire et du contexte urbain sur la proximité familiale en Europe du Sud. Si la proximité familiale relève d’un modèle culturel caractéristique des parentèles « à liens forts », ses formes varient en effet considérablement en fonction des types d’habitat, de la composition sociale ou de l’ancienneté de la population d’une ville et revêtent des caractéristiques très originales dans les « beaux quartiers ».

4Troisième ville d’Italie, ancienne capitale du Royaume qui porte son nom et longtemps siège d’une cour prestigieuse, Naples convient bien à une telle étude car les élites de la ville se caractérisent encore aujourd’hui par la présence d’un nombre important de vieilles familles possédantes d’origine noble ou bourgeoise, héritage d’une époque où la ville attirait les élites de tout le Mezzogiorno et pour lesquelles le patrimoine et la parentèle constituent un des éléments fondamentaux à la fois du statut social et de l’inscription spatiale dans la ville. Les taux de proximité résidentielle entre parents y sont extrêmement élevés. Les spécificités de l’organisation résidentielle de ce milieu social n’apparaissent toutefois que si l’on double l’approche classique et « quantitative » de la proximité familiale, mesurée habituellement par la distance entre un individu et son parent le plus proche géographiquement, par une approche plus morphologique soucieuse de reconstituer dans le temps l’inscription résidentielle de l’ensemble de la parentèle d’un individu et de situer cette dernière dans l’espace concret de la ville, ses différents types d’habitat et de quartier.

  • 5  Allant de la grande section de maternelle à la 4e, l’École française de Naples est une école privé (...)
  • 6  Pour les anthropologues (voir Godelier, 2004 : 111), la parentèle désigne un groupe de parenté cen (...)

5Deux sources principales ont donc servi de base à notre étude. La première est quantitative. Faute de pouvoir s’appuyer sur les grandes enquêtes nationales sur la parenté en Italie, qui ne permettent pas d’analyser la proximité familiale à l’intérieur de la ville, on a utilisé le fichier des élèves italiens d’une école sélecte de la ville, l’Ecole française de Naples, qui avait la particularité de mentionner, en plus de l’adresse des parents des élèves, celle des autres proches à prévenir en cas de problème, fournissant ainsi un indice sur la répartition résidentielle de la parentèle des élèves dans l’espace local5. Mais la source principale de cette étude est qualitative, il s’agit d’une campagne d’entretiens menée en 2005-2006 auprès de 50 individus témoins appartenant à l’aristocratie ou à la vieille bourgeoisie des entrepreneurs et des professions libérales napolitaines, tous nés entre 1943 et 1960 et résidant au moment de l’enquête dans les beaux quartiers du centre de la ville. Ces entretiens ont permis de reconstituer avec précision la trajectoire résidentielle des personnes interrogées mais également celle de leur parentèle6, à savoir celle de leurs quatre grands-parents, de leurs parents et de leurs oncles et tantes maternels et paternels, de leur fratrie et de leurs enfants adultes, permettant de cartographier la répartition actuelle de leur parentèle dans la ville et de situer cette dernière dans le temps en reconstituant le parcours résidentiel de la famille des personnes interrogées sur quatre générations depuis la naissance de leurs grands-parents dans les années 1860-70 jusqu’à aujourd’hui.

6Le croisement de ces deux sources permettra, dans un premier temps, de comparer les formes de proximité familiale observées dans la bourgeoisie napolitaine avec les résultats des grandes enquêtes de parenté réalisées en Italie et en Europe du Sud, l’ampleur de la proximité familiale dans les élites de la ville renvoyant effectivement à des modèles culturels « sud-européens ». Mais en permettant de situer avec précision les configurations résidentielles familiales de la bourgeoisie napolitaine dans l’espace concret de la ville et de suivre leur évolution dans le temps, les entretiens permettront ensuite de montrer les originalités de l’organisation résidentielle de ces familles, qui n’ont pas toujours la même stabilité, la même composition et n’ont pas lieu dans le même type d’habitat que dans les autres milieux sociaux. Enfin, on insistera en dernier lieu sur l’un des facteurs principaux permettant d’expliquer cette inscription familiale originale dans la ville, à savoir la présence dans les élites napolitaines d’un véritable modèle résidentiel patrimonial fondé sur la reprise des logements de familles par les jeunes adultes.

La bourgeoisie napolitaine : un modèle sud-européen de proximité familiale

7Lorsqu’on observe les lieux de résidence des familles de la bourgeoisie napolitaine dans l’espace de la ville, un premier constat s’impose immédiatement, celui d’une extrême proximité entre membres de la même parentèle, ces derniers se regroupant non seulement dans le même quartier, mais bien souvent dans la même rue ou le même immeuble.

« Quasi-cohabitations » en immeuble et regroupements familiaux en rues voisines

  • 7  Plus qu’une simple « proximité » familiale, les regroupements familiaux en immeuble créent en effe (...)

8La forme de proximité familiale la plus répandue dans notre échantillon de 50 familles est en effet celle de la « quasi-cohabitation » en immeuble, qui fait se côtoyer des membres de la même parentèle non pas dans le même logement, mais dans des appartements indépendants du même immeuble ou de la même copropriété7. Ainsi 19 des 50 personnes interrogées (soit 38% d’entre elles !) habitaient au moment de l’entretien dans un immeuble où vivait également un membre de leur parentèle, mais dans un autre appartement. Si on y ajoute les personnes ayant habité temporairement après leur mariage dans un immeuble où vivait également un autre membre de leur famille, ce sont au total 34 des 50 individus interrogés qui ont vécu durant leur vie adulte dans une telle situation de « quasi-cohabitation » familiale en immeuble. Lorsque le parent le plus proche géographiquement des personnes interrogées ne résidait pas dans le même immeuble, il habitait en général dans le même quartier (c’est le cas de 15 des 50 personnes interrogées, soit 30% de l’échantillon). Ces résultats sont d’ailleurs confirmés par l’échantillon, quantitativement plus important, des élèves italiens de l’école française de Naples. Les chiffres sont ici étonnamment analogues : près des deux tiers des 132 élèves (59%) comptaient en 2005 au moins un de leurs parents dans le même quartier et un tiers d’entre eux (34%) habitaient dans le même immeuble qu’un membre de leur parentèle. Ainsi, quelle que soit la source utilisée, le constat est le même : dans la bourgeoisie napolitaine, on a toujours un parent à proximité immédiate de chez soi, à quelques rues de distance ou dans le même immeuble.

Des formes locales de proximité familiale typiques de l’Europe du Sud

  • 8  D’après des données de l’enquête SHARE (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe) portant (...)
  • 9  Cette différence entre Europe du Nord et Europe du Sud en matière de proximité familiale a été sou (...)

9Ces formes extrêmement locales de proximité familiale dans la ville ne sont cependant pas des spécificités des élites napolitaines. Elles sont répandues dans toute la société italienne et relèvent même plus généralement d’un modèle sud-européen. Ainsi, le phénomène des « quasi-cohabitations » familiales en immeuble est très fréquent dans toute la péninsule, où il est présent dans tous les milieux sociaux. En 2003, près de 16% des grands-parents italiens résidaient dans le même immeuble qu’un de leurs petits-enfants (mais en appartement indépendant) (Istat, 2006 : 38). Les regroupements familiaux en immeuble sont également très répandus en Grèce et en Espagne, même si on n’y retrouve pas toujours les taux record de l’Italie. Ainsi, en 2004, la majorité (51,2%) des Italiens de plus de 60 ans habitaient dans le même appartement ou le même immeuble qu’un de leurs enfants, cette proportion étant également très élevée en Espagne (45%) et en Grèce (43,5%), mais tombant à 15,3% en France et à 6,2% au Danemark (Hank, 2005 : 30)8. Globalement, les nombreuses enquêtes comparatives européennes réalisées depuis une trentaine d’années permettent d’opposer nettement deux cas de figure9. En France et en Europe du Nord, la situation qui domine est celle d’une proximité familiale dans un rayon de 25 km (ou à l’échelle du département français), qui met les parents les plus proches à moins d’une heure et permet des contacts hebdomadaires avec la parentèle, tandis que dans les pays d’Europe du Sud, la règle est plutôt celle d’une proximité à l’échelle du quartier, de la rue ou de l’immeuble, qui permet souvent des interactions quotidiennes avec la famille. Les formes très « locales » de proximité familiale observées dans notre échantillon de vieilles familles de la bourgeoisie napolitaine entrent donc parfaitement dans ce cadre « sud-européen » et apparaissent ainsi non comme des spécificités d’un milieu social mais comme des caractéristiques d’un modèle culturel familial présent dans les pays d’Europe du Sud.

Des facteurs culturels : valorisation des interactions de face à face dans la parentèle et système d’accès familial au logement

  • 10  Sur ce « familialisme ouvrier » voir Schwartz, 1990 ; Willmott et Young, 1957.

10Cette diffusion de formes extrêmement locales de proximité familiale en Europe du Sud, à l’échelle de la rue ou de l’immeuble, s’explique en effet avant tout par des facteurs culturels et apparaît comme une caractéristique structurelle des systèmes familiaux à liens forts. Le cas de la bourgeoisie napolitaine le montre bien puisque dans ce milieu, on pourrait aisément se passer du soutien matériel de sa famille dans la vie quotidienne. Les nécessités de l’entraide familiale quotidienne ont souvent été présentées comme l’un des facteurs principaux de la proximité résidentielle familiale dans certains quartiers ouvriers d’Europe du Nord10. Mais elles expliquent mal l’importance de la proximité familiale dans la bourgeoisie napolitaine où les services domestiques quotidiens, la garde des enfants ou celle des personnes âgées ne sont pas assurés directement par la parentèle mais par du personnel salarié, souvent d’origine étrangère et logé dans les familles. 43 des 50 personnes interrogées employaient ainsi régulièrement au moins un domestique et 28 d’entre elles avaient un domestique salarié à temps plein.

  • 11  Ainsi, en 1998, les services les plus fréquents rendus par les Italiens à des membres de leur fami (...)

11Mais dans les familles étudiées, à cette aide matérielle quotidienne apportée par la domesticité s’ajoute un soutien moral intense fourni quant à lui par la parentèle, et qui suscite des visites quasi quotidiennes entre proches. La forme d’entraide la plus répandue dans notre échantillon d’étude – comme d’ailleurs dans toute l’Italie11 – est en effet celle qui consiste simplement à se « tenir compagnie » et à apporter un soutien moral à ses proches. Les visites sont ainsi quotidiennes entre les parents qui habitent dans le même immeuble et pluri-hebdomadaires pour ceux qui habitent dans des rues différentes du même quartier, et surtout, ces visites et ces contacts de face à face dans la famille sont recherchés et valorisés. Cela apparaît nettement dans le discours des enquêtés, 23 des 50 personnes interrogées ayant explicitement affirmé avoir voulu se rapprocher de leurs parents ou de leurs enfants adultes et ayant justifié ce choix par le fait qu’ils se sentaient « très liés » à leur famille. C’est donc moins l’entraide matérielle proprement dite que cet attachement plus général à un mode de vie fondé sur la fréquence des interactions de face à face au sein de la parentèle qui est à l’origine de la proximité familiale dans la bourgeoisie napolitaine. Cette valorisation des interactions de face à face dans la famille et les groupes primaires est d’ailleurs une caractéristique structurelle des systèmes à liens forts des pays de l’Europe du Sud, où elle apparaît comme l’une des causes principales de la proximité résidentielle familiale (Höllinger et Haller, 1990).

  • 12  Les grandes enquêtes sur les structures familiales en Europe montrent effectivement une corrélatio (...)

12Outre cet attachement à la fréquence des contacts dans la famille, un deuxième facteur culturel contribue à favoriser la proximité familiale au sein de la bourgeoisie napolitaine, il s’agit du modèle italien – et plus généralement « sud-européen » – de formation de la famille, fondé sur le mariage et l’installation des enfants par les parents dans un logement en propriété12. En effet, sur les 50 personnes interrogées, plus de la moitié (28) ont obtenu leur logement actuel par donation, héritage ou mise à disposition gratuite par l’un de leurs ascendants, principalement leurs parents et en général à l’occasion de leur mariage. La moitié des personnes interrogées ne se sont donc pas « installées » dans leur logement ; elles ont plutôt « été installées » par leurs parents qui leur ont procuré leur logement à l’occasion de leur mariage ou quelques années plus tard et l’ont fait à proximité de chez eux, contribuant à les retenir dans les espaces de leur ascendance. Les personnes interrogées ont fait de même pour leurs enfants adultes, en leur procurant dès qu’ils le pouvaient un logement pour leur mariage. La proximité familiale dans l’échantillon étudié est donc étroitement liée à ce système d’accès familial au logement, et les discours des enquêtés s’en font l’écho puisque pour la moitié des personnes interrogées, la proximité familiale n’a pas été explicitement recherchée, mais est présentée comme une résultante « involontaire » des mécanismes familiaux de l’accès au logement.

  • 13  Entretien n° 42, juin 2006. Tous les noms et prénoms des personnes interrogées et citées dans cet (...)

13Bien entendu, dans la réalité, ces deux facteurs se conjuguent comme en atteste l’exemple d’Alessandra L. suivant. Alessandra L., née dans la seconde moitié des années 1940, est issue d’une riche famille de propriétaires terriens13. Elle réside aujourd’hui à Naples dans le quartier chic de Posillipo, juste en dessous de chez sa mère et à quelques rues de chez sa sœur. Cette proximité résidentielle s’explique par un système d’accès familial au logement car l’appartement actuel d’Alessandra et celui de sa mère sont en fait deux logements de famille situés dans un immeuble construit par le grand-père d’Alessandra dans les années 1960 et dans lequel il s’était réservé deux appartements pour sa fille. Alessandra y a emménagé après son mariage et sa mère, qui s’était installée après son mariage dans un quartier voisin a rejoint sa fille quelques années plus tard. Les « liens forts » dans la famille ont aussi joué un rôle clé dans ce regroupement familial puisque la mère d’Alessandra, séparée de son mari, voulait se rapprocher de ses deux filles établies dans le quartier de Posillipo. Ainsi, bien que sa mère (aujourd’hui très âgée) soit assistée en permanence par une domestique qui vit chez elle, Alessandra « monte » tout de même la voir deux fois par jour pour lui tenir compagnie et sa sœur passe également plusieurs fois par semaine.

14La proximité résidentielle familiale observée dans la bourgeoisie napolitaine s’inscrit donc bien dans un modèle sud-européen puisqu’on y retrouve à la fois des formes de proximité caractéristiques des pays du sud de l’Europe (les « quasi-cohabitations » en immeuble et les regroupements en rues voisines) et que la proximité familiale y renvoie aux mêmes facteurs culturels, à savoir l’attachement à un mode de vie fondé sur la fréquence des interactions de face à face dans la parentèle et un modèle de formation de la famille fondé sur l’installation des enfants adultes par les parents dans des logements en propriété. Mais la mise en œuvre de ces modèles culturels sud-européens a aussi été facilitée dans le milieu particulier de la bourgeoisie napolitaine, dont les vastes patrimoines et l’important tissu de relations dans la ville ont pu être mis à profit pour réinstaller les enfants à proximité de leur famille dans des quartiers prestigieux, en y favorisant le développement de formes originales de proximité familiale.

Les beaux quartiers : une concentration familiale aux formes originales ?

15Même si elle s’intègre à un modèle sud-européen de proximité familiale, l’organisation résidentielle des familles de la bourgeoisie napolitaine présente en effet également de fortes originalités, qui tiennent aux particularités du milieu des classes supérieures et aux spécificités du contexte urbain napolitain. Mais ces originalités n’apparaissent que si l’on cesse d’étudier l’organisation résidentielle des familles uniquement en termes de proximité et de distance, comme le font généralement les enquêtes sur la parenté en Europe (en mesurant la distance entre un individu et son parent le plus proche géographiquement), pour l’approcher comme une « configuration spatiale », c’est à dire en prenant en compte l’ensemble des lieux de résidence des membres de la parentèle d’un individu et en étudiant leur inscription dans l’espace concret de la ville. Quatre caractéristiques originales de l’organisation résidentielle des familles de la bourgeoisie napolitaine peuvent alors être mises en avant.

Des parentèles concentrées dans la ville

  • 14  La répartition résidentielle de cette famille dans la ville, comme celle de toutes les autres fami (...)

16Tout d’abord, la proximité familiale observée dans notre échantillon est aussi une concentration familiale. Non seulement on vit toujours à proximité d’un parent, mais bien souvent c’est la majorité de la parentèle proche qui se regroupe dans le même quartier, dans un groupe de rues voisines ou à différents étages du même immeuble. La configuration dominante est le regroupement familial dans des rues voisines du même quartier, regroupement souvent appuyé sur un pôle de concentration de deux ou trois ménages apparentés dans le même immeuble : un individu résidera à 5 minutes à pied de l’immeuble où habitent à la fois ses parents et sa sœur mariée, chacun dans un appartement indépendant sur le même palier, tandis qu’un autre de ses frères réside dans la même rue et qu’un de ses enfants adultes est parti s’installer dans un quartier voisin14. Les familles peuvent parfois être dispersées à l’échelle nationale, voire internationale, mais à Naples elles sont extrêmement polarisées et ne se dispersent pas dans l’espace de la ville. Ces concentrations familiales ont également une composition particulière. Elles rassemblent des membres d’une parentèle proche (le groupe parents, fratrie, enfants), mais s’élargissent aussi souvent à une parentèle plus éloignée et hétéroclite : on réside dans les mêmes immeubles ou les mêmes rues que ses parents et ses frères et sœurs, mais aussi qu’une tante paternelle, un lointain cousin maternel ou une nièce.

De vastes parentèles regroupées dans leurs immeubles de famille

  • 15  Ainsi, les « quasi-cohabitations » familiales en immeuble ne concernaient que 11% des ménages à Bo (...)

17L’une des plus grandes originalités de notre échantillon est que ces concentrations familiales peuvent aussi avoir lieu dans le même immeuble. Un nombre important de familles étudiées sont en effet majoritairement regroupées dans le même immeuble (13 des 50 parentèles étudiées, soit plus d’une famille sur quatre), qui est presque toujours dans ce cas un immeuble de famille et qui réunit souvent plus de 5 ou 6 ménages apparentés répartis dans des appartements indépendants situés sur les mêmes paliers ou à des étages contigus. On l’a déjà souligné, la bourgeoisie napolitaine se distingue par la diffusion extrêmement élevée des « quasi-cohabitations » familiales, qui concernent plus du tiers des individus interrogés, chiffre très élevé pour des quartiers centraux d’une grande ville italienne, où ce modèle résidentiel concerne rarement plus de 10% des ménages15. Mais la grande originalité des familles étudiées réside moins dans le nombre de ces « quasi-cohabitations » familiales que dans leur taille et leur composition. A côté des petits noyaux composés de deux ou trois ménages apparentés réunis dans le même immeuble, très fréquents dans les classes moyennes du centre de la ville, on trouve ici un nombre élevé de très vastes agrégations familiales en immeuble réunissant plus de 5 ou 6 ménages.

18Un bon exemple de ces grands regroupements familiaux en immeuble est fourni par le cas de Margherita D. Cette dernière habite aujourd’hui dans la villa familiale de sa famille paternelle, achetée dans les années 1870 par l’un de ses aïeux et située dans le quartier chic de Posillipo. Cette villa appartenait entièrement à sa grand-mère paternelle, qui l’a divisée de son vivant entre ses quatre enfants. Le père de Margherita ainsi que la totalité de ses oncles et tantes paternels ont fini par s’y réinstaller et y habitent encore aujourd’hui (figure 1). De même, la quasi totalité de la fratrie de Margherita s’est réinstallée dans la villa familiale. Seule sa sœur cadette a fait un autre choix, en allant habiter dans un logement possédé par son mari dans un quartier voisin. Voici donc deux générations d’une même lignée qui se retrouvent presque entièrement concentrées dans la même villa, formant une agrégation de 6 ménages apparentés correspondant à 17 individus et où se côtoient parents et enfants, frères et sœurs, oncles et neveux, chacun dans un appartement indépendant, le tout au prix d’une fragmentation de la villa principale et de son extension progressive dans le jardin attenant.

Figure 1. Une lignée regroupée dans sa villa : l'exemple de la famille de Margherita

Figure 1. Une lignée regroupée dans sa villa : l'exemple de la famille de Margherita

Source : Pfirsch, 2009

19On trouve dans cet exemple les principales caractéristiques de ces configurations résidentielles familiales centrées sur un immeuble réunissant la majorité de la parentèle. Il s’agit d’agrégations familiales de grande dimension réunissant facilement plus de 5 ménages apparentés et qui s’étendent à une parentèle relativement élargie, quoique toujours limitée à une même lignée (on cohabite avec ses oncles ou ses tantes paternelles, ou alors aux côtés des membres de sa famille maternelle, mais jamais avec les deux lignées à la fois). Enfin, ces vastes regroupements familiaux en immeuble sont liés à un type particulier d’habitat. Ils n’ont pas lieu dans des immeubles de copropriété mais dans de vieux immeubles de famille, c’est-à-dire des immeubles qui étaient à l’origine propriété unique d’un de leurs ascendants et qui restent encore aujourd’hui propriété partielle ou totale de membres de leur famille. Ces immeubles de famille ont été mis à profit pour loger les différents membres de la famille au fil des générations, si bien qu’aujourd’hui une personne peut avoir dans le même immeuble non seulement ses parents ou ses frères, mais aussi des oncles et des cousins germains qui descendent comme lui de l’ancêtre propriétaire de l’immeuble. C’est ce long processus de division patrimoniale qui explique à la fois l’aspect parfois hétéroclite de ces regroupements familiaux et leur limitation à une seule lignée. Il explique aussi pourquoi ces grands regroupements familiaux en immeuble restent socialement et spatialement limités dans la ville. Sur le plan social, ils sont surtout le privilège des plus vieilles familles, celles dont la fortune – aujourd’hui souvent fortement amenuisée – remonte à plus de deux ou trois générations et dont les ancêtres ont donc pu acquérir des palais ou des immeubles entiers à une époque où l’expansion des beaux quartiers reposait encore beaucoup sur la construction familiale : familles nobles possédant un palais dans la vieille ville ou familles de la bourgeoisie d’entreprise ou de riches professions libérales ayant acquis en bloc de grands immeubles ou des villas dans la baie de Chiaia à la fin du XIXe siècle ou lors de l’expansion des beaux quartiers dans les collines dans les années d’après-guerre. Sur le plan spatial, le phénomène reste aussi limité puisque dans notre échantillon les grandes « quasi-cohabitations » familiales ont toujours lieu dans trois types d’immeubles de famille ayant une localisation spécifique dans la ville : les palais nobiliaires de la vieille ville, les immeubles familiaux des beaux quartiers de l’époque libérale, et les anciennes villas de villégiature des collines rattrapées par l’urbanisation dans les années 1950 et 1960.

Des concentrations familiales maintenues dans les mêmes lieux sur plusieurs générations

20Cette importance des vieux immeubles de famille dans la bourgeoisie napolitaine met en lumière une troisième grande caractéristique des configurations résidentielles familiales des élites de la ville, à savoir leur caractère ancien et durable dans le temps. Que ce soit dans le cas des regroupements en immeuble ou en rues voisines, ces concentrations familiales dans la ville remontent au plus tard aux années 1960, et surtout, près du tiers des configurations observées remontent à la Belle Epoque ou aux années 1920, et se sont donc ensuite maintenues dans les mêmes lieux sur plus de trois générations. Pour 20 des personnes interrogées, le regroupement dans le grand immeuble de famille ou dans quelques rues voisines des beaux quartiers remonte en effet à la génération de leurs grands-parents et s’est constitué avant 1930.

  • 16  Entretien n° 27, janvier 2006.

21La famille d’Elisabetta T., une architecte née à Naples à la veille de la Seconde Guerre mondiale, fournit un bon exemple de cette capacité de la bourgeoisie de la ville à maintenir durablement des concentrations familiales dans les mêmes rues et les mêmes immeubles16. Aujourd’hui, cette famille très nombreuse est fortement dispersée à l’échelle nationale et internationale. Mais à Naples, elle est encore majoritairement regroupée dans le quartier chic de Chiaia, à proximité immédiate des rues où s’était installé le grand père d’Elisabetta dans les années 1920.Le grand père paternel d’Elisabetta et son grand-père maternel étaient en effet voisins de quelques dizaines de mètres dans le quartier de la Piazza dei Martiri, une des places les plus prestigieuses des beaux quartiers de la ville. Puis après leur mariage les parents d’Elisabetta et ses tantes maternelles se sont majoritairement réinstallées dans le quartier dans un rayon de moins d’un kilomètre et à la génération suivante Elisabetta et deux de ses frères et sœurs ont fait de même. La géographie familiale s’est certes complexifiée au fil du temps, mais l’émigration dans le nord du pays ou les départs en banlieue n’ont pas remis en cause la stabilité d’un pôle de regroupement familial dans quelques rues voisines des beaux quartiers sur trois générations. Aujourd’hui encore, Elisabetta et l’un de ses frères habitent tous les deux dans la maison que leur grand-père avait fait construire juste après la Première Guerre mondiale, tandis que leur mère vit à 5 minutes de là dans le même quartier avec l’une des sœurs d’Elisabetta.

22Les familles étudiées se caractérisent donc par un cycle long de proximité familiale, qui dépasse souvent le seuil critique des deux générations, celle des fondateurs du regroupement familial et celle de leurs héritiers directs « réinstallés » dans les logements de famille issus de la division du patrimoine. Ici, le cycle regroupement/territorialisation n’a pas été suivi tout de suite d’une nouvelle phase de dispersion du fait de la taille des patrimoines et des pratiques complexes mises en œuvre par la bourgeoisie de la ville pour rester dans ses espaces traditionnels. Les concentrations familiales de la bourgeoisie napolitaine sont certes complexifiées et usées par le temps, mais elles résistent longtemps à la dispersion et s’appuient sur des lieux hérités d’exception, des espaces symboliques de prestige maintenus durablement dans les familles.

Des regroupements familiaux dans des quartiers de centre-ville

  • 17  En 1994, la proportion de couples italiens vivant à moins d’un Km de l’une des familles d’origines (...)

23Enfin, ces concentrations familiales ont la particularité d’être durablement maintenues dans quartiers centraux, où les prix de l’immobilier, la moindre diffusion de la propriété, le turn-over des populations, ou la complexité et la densité du bâti rendent pourtant structurellement plus compliquées les stratégies d’agrégation familiale. En Italie, la proximité familiale diminue en effet avec la taille des villes et est également beaucoup moins élevée dans les centres-villes que dans la périphérie des grandes agglomérations où les pratiques de regroupement familial ont au contraire été facilitées par des prix fonciers moins élevés, une moindre densité du bâti et les possibilités d’autoconstruction familiale17. Ainsi, dans les classes moyennes napolitaines, on rencontre aujourd’hui fréquemment de grosses villas familiales autoconstruites dans les années 1970 où se côtoient plusieurs ménages apparentés ou encore des regroupements familiaux grâce à des achats « en famille » dans les copropriétés de banlieue. Mais ces concentrations familiales sont plus récentes, remontant rarement à plus de deux générations et surtout plus périphériques que dans les classes supérieures. Dans la bourgeoisie, l’importance et l’ancienneté des fortunes ont permis de réaliser de grosses opérations immobilières dès la fin du XIXe siècle, de construire de très grands immeubles de famille dans des zones centrales et prestigieuses de la ville, d’acheter progressivement des logements dans des rues proches de quartiers chers et de s’y maintenir ensuite durablement sur plus de trois générations.

24Toutefois, c’est moins dans le « centre historique » de Naples, socialement contrasté, que dans le « centre bourgeois » de la ville, qui correspond aux « beaux quartiers » construits à partir des années 1860, que l’on trouve les agrégations familiales les plus vastes et les plus stables. Ces quartiers sont en effet assez homogènes socialement et assez anciens pour avoir permis une territorialisation en profondeur des familles dans l’espace local, mais restent également assez récents pour que le processus de division des patrimoines et de complexification du bâti et des populations typique des centres historiques n’y soit pas trop avancé. Si la concentration résidentielle des familles de la vieille bourgeoisie napolitaine s’explique par des effets de position sociale, elle subit donc également d’importants « effets de quartiers » et est clairement favorisée par l’homogénéité sociale et la position « intermédiaire » des beaux quartiers de centre-ville dans le cycle urbain.

25Comment expliquer cette capacité de la bourgeoisie à se regrouper en famille dans des quartiers centraux et prestigieux et à s’y maintenir durablement ? Les exemples précédents ont déjà permis de mettre en lumière l’importance des dynamiques patrimoniales dans ces processus d’agrégation familiale, et c’est donc sur les spécificités de ces pratiques d’ancrage patrimonial des classes supérieures dans les beaux quartiers que l’on voudrait insister pour terminer.

Un « modèle résidentiel patrimonial » dans les vieilles familles

26Dans un milieu caractérisé par une richesse importante et la possession de vastes patrimoines immobiliers dans la ville, le modèle culturel d’installation des enfants par les parents est en effet largement facilité car cette installation se fonde moins sur des achats directs de logements que sur la transmission de logements de famille. Le « parc » de logements de famille est mis à profit pour satisfaire au modèle culturel de l’installation des enfants au moment du mariage.

Un système de reprise des logements de famille dans la bourgeoisie napolitaine

27Ainsi, dans près de la moitié des familles étudiées, les parents n’ont pas eu besoin d’acheter un appartement pour le mariage de leurs enfants, il leur a suffi de « libérer » un logement de famille et de le donner aux nouveaux couples, soit en leur faisant une donation, soit en leur mettant gratuitement l’appartement à disposition. Ainsi, sur les 50 personnes interrogées, 21 vivent non seulement dans un logement donné par leurs parents, mais également dans un logement de famille, c’est-à-dire un appartement qui a appartenu à l’un de leurs ascendants. Il y a dans la bourgeoisie napolitaine un véritable « modèle résidentiel patrimonial » fondé sur la reprise des logements de famille par les enfants et c’est ce système qui explique les taux extrêmement élevés de proximité familiale dans les familles étudiées. Ici le regroupement familial n’a même pas à composer avec le marché du logement, il est entièrement le fruit de la transmission familiale et des divisions du patrimoine, si bien que les individus qui acceptent de se réinstaller dans ces logements de famille se retrouvent retenus dans l’espace résidentiel de leurs ascendants, contribuant à renouveler la proximité familiale sur plusieurs générations.

  • 18  Entretien n° 22, décembre 2005.

28Dans l’échantillon étudié, deux pratiques principales permettent de mettre à disposition des logements de famille aux enfants mariés : le réaménagement de l’appartement des parents de leur vivant en logements indépendants et la reprise d’un logement hérité d’un ascendant. Les entretiens montrent d’ailleurs que beaucoup de parents ont en fait acheté leur logement en pensant déjà à la possibilité d’en aménager une partie pour leurs enfants. Mais pour la majorité des individus interrogés, le logement a été obtenu par héritage à la suite d’une succession, le plus souvent à la mort des grands-parents. C’est par exemple le cas de Francesca B., née en 194918. Celle-ci a passé son enfance avec ses parents dans un immeuble où vivaient également ses grands-parents maternels ; son grand-père avait acheté les deux appartements dans les années 1950, à la suite du mariage de sa fille, à la fois pour y habiter et pour y « installer » cette dernière. À la génération suivante, le schéma s’est reproduit : après son mariage en 1976, Francesca a passé quelques années en location dans un quartier voisin, avant de revenir dans l’immeuble parental après la mort de ses grands-parents maternels, l’appartement de ces derniers lui a alors été mis à disposition par sa mère.

Un système lié à l’importance historique de la construction familiale et de la spéculation immobilière dans la bourgeoisie de la ville

  • 19  La très forte extension de la ville dans les années 1880-1914, puis dans les années 1950-60, a per (...)

29Au sein des familles étudiées, ce système de reprise des logements de famille a été facilité par la taille des patrimoines immobiliers dans la ville, due au rôle déterminant de la spéculation immobilière et de la rente urbaine dans la bourgeoisie napolitaine. Les élites napolitaines se rattachent en effet très bien au modèle d’une bourgeoisie méridionale rentière et précocement reconvertie dans la spéculation immobilière. Avec la crise de la rente foncière dans les années 1876-1900, la bourgeoisie de la ville s’est largement reconvertie dans la rente urbaine(Macry, 1984 : XXIII-XXIV), qui a continué à jouer un rôle essentiel dans les élites napolitaines tout au long de la période de forte croissance de la ville jusqu’à la fin des années 1970, devenant non seulement l’une des bases principales de l’économie locale, mais aussi l’un des piliers du système politique napolitain19. La spéculation immobilière a ainsi été l’un des moteurs de la construction des « beaux quartiers » de la baie de Chiaia à partir de 1860, qui a dédoublé la ville de Naples en juxtaposant un centre bourgeois relativement homogène socialement, à la vieille ville fortement contrastée et située plus à l’est, derrière le port. Elle a également joué un rôle déterminant dans les années d’après-guerre, lorsque les beaux quartiers se sont étendus sur les collines de la baie de Chiaia. Ces deux périodes de forte croissance urbaine ont permis aux élites de la ville de se constituer de vastes patrimoines dans les nouveaux quartiers, patrimoines qui ont ensuite été partiellement conservés dans les familles.

30En effet, à Naples, cette spéculation immobilière n’avait pas seulement une logique économique, mais obéissait également à des préoccupations familiales. Les entretiens le font apparaître clairement. Les opérations immobilières réalisées à la fin du XIXe siècle ou dans les années 1950 dans les beaux quartiers de Naples ont largement reposé sur la construction familiale. Ainsi, une pratique très répandue au sein des familles étudiées est celle qui consistait à acheter un vaste terrain dans les zones encore rurales situées aux portes des beaux quartiers afin d’y faire construire un ou plusieurs grands immeubles destinés pour une partie à être loués ou revendus par appartements, et pour une autre partie à loger la famille du propriétaire (on en a vu un exemple avec le cas d’Alessandra L.). Dans les familles étudiées, les opérations immobilières dans les beaux quartiers étaient donc aussi des opérations « familiales », l’investissement immobilier s’accompagnant d’une stratégie de relogement de la parentèle dans les beaux quartiers. Ce relogement était aussi souvent l’occasion d’un regroupement dans le même immeuble pour des familles bourgeoises auparavant dispersées, ou même pour des lignées nobles dont les patrimoines et les palais familiaux du centre historique étaient fortement divisés. Ces immeubles familiaux ont été ensuite divisés entre les descendants de leurs acquéreurs et progressivement vendus par étages, mais étant donné leur taille initiale importante, ces patrimoines restent encore conséquents dans les familles étudiées et y ont clairement facilité les dynamiques d’agrégation de la parentèle.

Une organisation en « systèmes résidentiels familiaux » dans la ville

31Outre la dimension initiale importante des patrimoines immobiliers constitués à la fin du XIXe siècle ou dans les années 1950 et 1960, un autre facteur contribue à expliquer la persistance du système de reprise des logements de famille dans la bourgeoisie napolitaine et ce malgré l’amenuisement des fortunes et les divisions patrimoniales. Il s’agit d’un mode de gestion souple et collectif du patrimoine familial fondé sur le retard de la mise à disposition des logements de famille aux enfants mariés. En effet, les entretiens montrent que la reprise des logements de famille intervient toujours relativement tardivement, en général plusieurs années après le mariage. La division de l’appartement parental en logements indépendants implique de lourds travaux, tandis que la reprise d’un appartement à la suite d’une succession intervient nécessairement assez tard dans le cycle de vie, après la mort des grands-parents. Il faut attendre 5 à 10 ans avant de pouvoir « s’installer » véritablement dans un logement en propriété à proximité de chez les parents. Les enfants qui reprennent des logements de famille après leur mariage le font donc en général au terme d’une trajectoire en boucle, retournant dans les lieux de résidence traditionnels de leurs ascendants après une période passée hors du territoire familial d’origine : on en a vu un exemple avec Francesca B.

32Ce retard de l’installation dans les logements de famille se double d’un autre retard : celui du transfert de la propriété véritable des logements de famille aux enfants. En général, lorsque les parents « donnent » un logement de famille à l’un de leurs enfants, ils ne font que le mettre gratuitement à sa disposition, ou lui en donnent l’usufruit ou le droit d’habitation, mais ils en conservent généralement la propriété. Cette dernière reste concentrée dans les mains d’un des deux parents, puis entre celles du conjoint survivant à la mort de ce dernier. La propriété reste ainsi longtemps indivise et c’est généralement quelques années avant la mort des parents qu’elle est finalement répartie entre leurs enfants, en venant confirmer – ou non – la répartition de la résidence déjà effectuée à l’occasion de leur mariage.

  • 20  Entretien n° 26, janvier 2006.

33Ce système de décalage chronologique entre répartition de la résidence et répartition de la propriété a aussi l’avantage d’être très souple et de permettre d’adapter constamment le « stock » de logements de famille aux évolutions de la parentèle et aux besoins des enfants. Le cas de Fabiana G., née au début des années 1950, en fournit un bon exemple20. Issue de la vieille aristocratie napolitaine, cette dernière habite aujourd’hui dans le palais historique de sa famille maternelle dont un tiers appartient encore à sa mère. Au moment du mariage de ses enfants, la mère de Fabiana leur a mis des logements à disposition dans le palais familial, mais en a conservé la propriété. Cela a permis des échanges d’appartements au sein même du palais : dans les années 1980, Fabiana, qui s’était réinstallée dans le palais après son mariage a laissé son appartement à sa sœur, qui revenait alors du nord de l’Italie avec son mari, pour emménager dans un autre appartement sur le même palier. Ces échanges d’appartements entre frères et sœurs ou les phénomènes de circulation entre plusieurs logements de famille situés dans le même immeuble ou le même quartier sont assez fréquents dans les familles étudiées et apparaissent comme le résultat d’un système de gestion familiale des logements fondé sur le maintien prolongé de l’indivision du patrimoine.

  • 21  Le concept de « système résidentiel familial » a été forgé au sujet des villes d’Afrique de l’Oues (...)

34Ainsi, on observe dans la bourgeoisie napolitaine de véritables « systèmes résidentiels familiaux » qui ne sont pas sans rappeler ceux étudiés dans certaines villes des pays du Sud21 et qui, en organisant la mobilité des individus entre les logements de famille, permettent à la vieille bourgeoisie de la ville de se maintenir dans les quartiers prestigieux de Naples malgré la division des patrimoines et l’effritement des fortunes.

Conclusion

35La proximité résidentielle familiale apparaît comme extrêmement élevée dans la bourgeoisie napolitaine et les « quasi-cohabitations » familiales en immeuble y sont particulièrement nombreuses. Cette proximité familiale renvoie avant tout à des modèles culturels typiques des parentèles à « liens forts » de l’Europe du Sud, fondées sur le valorisation des interactions de face à face dans la famille étendue et sur un système familial d’accès au logement, les jeunes adultes tendant à s’installer après leur mariage dans un logement en propriété fourni par leurs parents. Cependant, dans le milieu particulier de la vieille bourgeoisie napolitaine, précocement reconvertie dans la rente urbaine, la mise en œuvre de ces modèles culturels a aussi été facilitée par la possession de vastes patrimoines dans la ville. La proximité familiale s’y fonde sur un système de reprise des logements de familles dont le parc est géré collectivement et avec souplesse, permettant une circulation des individus dans l’espace patrimonial, et une adaptation constante du « système résidentiel familial » à la mobilité de ses membres. Il en résulte des configurations résidentielles familiales originales, car étendues à une parentèle élargie et hétéroclite, et surtout durablement reproduites dans les mêmes quartiers prestigieux de centre-ville sur plusieurs générations, là où dans les classes moyennes le regroupement de la parentèle s’est souvent fait au prix du départ en périphérie. La présence de vastes parentèles majoritairement ou entièrement regroupées dans leurs vieux immeubles de famille des beaux quartiers apparaît de ce point de vue comme l’un des traits les plus distinctifs des élites de la ville.

  • 22  Quelques études, encore trop rares, ont abordé ce problème (voir Maloutas, 1995 et Pfirsch, 2008a, (...)

36On retrouve donc là l’importance, déjà soulignée par d’autres travaux (par exemple Imbert, 2004), des effets de position sociale et de contexte urbain dans l’explication de la proximité familiale dans la ville. Les formes d’agrégation familiale dépendent en effet non seulement de facteurs culturels ou de la position sociale des individus, mais aussi de leur position dans un cycle d’intégration urbaine et de leur ancienneté d’établissement dans la ville. Dans notre échantillon d’étude, constitué de familles à la fortune ancienne et établies dans la ville depuis au moins deux générations, la proximité familiale atteint des taux très élevés car elle s’appuie sur un processus intergénérationnel d’ancrage patrimonial et relationnel dans les beaux quartiers de la ville, où homogénéité sociale et proximité familiale ont pu se renforcer mutuellement. Les immeubles familiaux des beaux quartiers restent le privilège des vieilles familles, tandis que dans la bourgeoisie plus récente, ou dans les élites plus récemment installées dans la ville, la proximité familiale prend des formes différentes. Ces jeux d’influence réciproque entre espace familial et espace urbain apparaissent comme une clé de compréhension majeure de l’inscription résidentielle des élites dans les villes italiennes. Quel rôle ont par exemple joué ces dynamiques d’agrégation familiale dans le maintien des élites urbaines dans les centres-villes italiens ? La question de l’impact de ce modèle résidentiel de proximité familiale sur la géographie sociale des villes de la péninsule – et plus généralement des villes d’Europe du Sud – mérite d’être posée et appelle des études ultérieures22.

Top of page

Bibliography

ALLUM P., ALLUM M.P. 1994, « Naples telle qu’en elle-même », in Vallat C. (dir.) Naples. Le paradis et les diables, Paris : Autrement, pp. 104-118.

BALBO L., MAY P., MICHELI G. 1990, Vincoli e strategie della vita quotidiana, Milan : Franco Angeli.

BARBAGLI M., CASTIGLIONI M., DALLA ZUANNA G. 2003, Fare famiglia in Italia, Bologne : Il Mulino.

BONVALET C., ARBONVILLE D. (dirs) 2006, Quelles familles ? Quels logements ? La France et l’Europe du Sud, Paris : Ined.

BONVALET C., MAISON D. 1999, « Famille et entourage : le jeu des proximités », in BONVALET C., GOTMAN A., GRAFMEYER Y. (dirs) La famille et ses proches. L’aménagement des territoires Paris : PUF, pp. 27-69.

CIONI, E. 1997, « Il sistema di parentela », in Barbagli M., Saraceno C. (dirs) Lo stato delle famiglie in Italia, Bologne : Il Mulino, pp. 214-224.

DUREAU F. 2002, « Les systèmes résidentiels : concepts et applications », in LÉvy J.-P., Dureau F. (dirs) L’accès à la ville. Les mobilités spatiales en questions, Paris : L’Harmattan, pp. 355-382

FINCH J. 1989, « Kinship and friendship », in JOWELL R., WITHERSPOON S., BROOK L. (dirs) British social attitudes. Special international report, Aldershot : Gower, pp. 87-104.

GODELIER M. 2004, Métamorphoses de la parenté, Paris : Fayard.

HANK K. 2005, « Spatial proximity and contacts between elderly parents and their adult children. A European comparison », University of Mannheim, Discussion Papers, n° 510, pp. 1-24.

HÖLLINGER F., HALLER M. 1990, « Kinship and social networks in modern societies : a cross-cultural comparison », European Sociological Review, n° 6, pp. 103-124.

IMBERT C. 2004, « Proximités familiales et géographiques en Ile-de-France », Bulletin de l’Association des Géographes Français, n° 1, pp. 17-30.

ISTAT 2001, Parentele e reti di solidarietà, Rome : Istat.

ISTAT 2002, Rapporto statistico sulla regione Emilia Romagna, Rome : Istat.

ISTAT 2006, Parentele e reti di solidarietà, Rome : Istat.

LE BRIS E., MARIE A., OSMONT A., SINOU A. 1987, Famille et résidence dans les villes africaines, Paris : L’Harmattan.

MACRY P. 1988, Ottocento. Famiglia, élites e patrimoni a Napoli, Turin : Einaudi.

MALOUTAS T. 1995, « Ségrégation urbaine et relations familiales dans deux villes grecques : Athènes et Volos », Sociétés contemporaines, n° 22-23, pp. 89-107.

PFIRSCH T. 2008a, Des territoires familiaux dans la ville. Classes supérieures, relations familiales et espace urbain à Naples, Paris, Université Paris X – Nanterre, thèse de doctorat de géographie.

PFIRSCH T. 2008b, « La proximité familiale, clé de compréhension des localisations des classes supérieures dans les villes d’Europe du Sud ? L’exemple de la bourgeoisie napolitaine », MEFRIM, n° 120/1, pp. 297-314.

REHER D.S. 1998, « Family ties in Western Europe : Persistent contrasts », Population and Development Review, vol. 24, n° 2, pp. 203-234.

ROGERSON P.A, WENG R.H., LIN G. 1993, « The spatial distance of parents and their adult children », Annals of the Association of American Geographers, n° 83, pp. 656-671.

SHELTON N., GRUNDY E. 2000, « Proximity of adult children to their parents in Great Britain », International Journal of Population Geography, n° 6, pp. 181-195.

SCHWARTZ O. 1990, Le monde privé des ouvriers, Paris : PUF.

TOMASSINI C., GLASER K.F. 2000, « Proximity of older women to their children : a comparison of Britain and Italy », The Gerontologist, n° 40, pp. 729-737.

VERGATI S. 2000, Affari di famiglia. Il neofamilismo : reti, valori, stili di vita, Rome : Bonanno.

WILLMOTT P., YOUNG M.1957, Family and kinship in East London, Londres: Routledge.

Top of page

Notes

1  Ce phénomène a d’abord été relevé par de grandes enquêtes statistiques sur la parenté aux États-Unis, en Grande Bretagne et en France dans les années 1970, avant d’être observé également en Europe du Sud. Pour la France, l’enquête fondatrice est l’enquête « réseau familial » de l’INED (voir Roussel, 1976). Depuis, les études sur ce thème se sont multipliées. Parmi les plus récentes, voir pour la France : Bonvalet et Maison, 1999 ; pour la Grande-Bretagne: Shelton et Grundy, 2000 ; pour l’Italie : Barbagli et al., 2003 et Istat, 2001 ; pour les Etats-Unis : Rogerson et al., 1993.

2  Voir Istat, 2002 : 118. Proportion d’individus mariés et âgés de 18-64 ans ayant encore leur mère en vie en 1998.

3  En France, la proximité familiale est beaucoup moins importante chez les cadres supérieurs que chez les ouvriers (Bonvalet et Maison, 1999 : 35), où elle sert à gérer le quotidien (Schwartz, 1990).

4  L’Istat mène tous les cinq ans une enquête nationale sur les rapports de parenté en Italie où le thème de la proximité résidentielle familiale est analysé. Il s’agit de l’enquête Famiglie, soggetti sociali e condizioni dell’infanzia (Istat, 2001 et 2006). Mais ces grandes enquêtes ne garantissent la représentativité de leur échantillon qu’à l’échelle nationale ou régionale et ne permettent donc pas d’étudier la proximité familiale à l’échelle intra-urbaine.

5  Allant de la grande section de maternelle à la 4e, l’École française de Naples est une école privée fréquentée par la bonne société de la ville. L’enquête a porté sur les fiches individuelles de 132 élèves italiens en décembre 2005. Malgré leur intérêt, ces fiches comportaient des limites. Elles ne permettaient pas une étude complète de la proximité résidentielle familiale puisqu’elles ne mentionnaient pas systématiquement les grands-parents ou les tantes des élèves, mais seulement les membres de la famille autres que les parents à contacter en cas de problème, privilégiant ainsi les parents proches des élèves à la fois généalogiquement et géographiquement.

6  Pour les anthropologues (voir Godelier, 2004 : 111), la parentèle désigne un groupe de parenté centré sur un individu qui en définit lui-même les contours par sa mémoire (quels parents un individu est-il capable de citer ?) et ses pratiques sociales (avec quels parents est-il régulièrement en contact ?). Il s’agit donc d’un groupe aux dimensions très variables, mais au sein duquel on distingue en général un « axe porteur » constitué par le groupe parents-fratrie-enfants, c’est-à-dire les anciens membres d’un même foyer conjugal, et que nous appellerons ici « parentèle proche ».

7  Plus qu’une simple « proximité » familiale, les regroupements familiaux en immeuble créent en effet plutôt une « quasi-cohabitation » (Balbo et al., 1990 : 77) : les parents-voisins ne partagent pas tous les aspects de la vie quotidienne comme dans le cas d’une « cohabitation » véritable dans le même logement, mais une grande partie de cette vie quotidienne se déroule tout de même en « contact étroit » avec la parentèle.

8  D’après des données de l’enquête SHARE (Survey of Health, Ageing and Retirement in Europe) portant sur un échantillon représentatif à l’échelle nationale de 15 000 ménages répartis dans 10 pays : Suède, Danemark, Allemagne, Pays-Bas, France, Suisse, Autriche, Italie, Espagne et Grèce.

9  Cette différence entre Europe du Nord et Europe du Sud en matière de proximité familiale a été soulignée pour la première fois en 1986 dans l’enquête Social Relations and Social Support (voir Finch, 1989 ; Höllinger et Haller, 1990). Depuis, de véritables enquêtes comparatives européennes, utilisant les mêmes méthodes et les mêmes échantillons, ont confirmé ces différences (voir Hank, 2005 ; Tomassini et Glaser, 2000).

10  Sur ce « familialisme ouvrier » voir Schwartz, 1990 ; Willmott et Young, 1957.

11  Ainsi, en 1998, les services les plus fréquents rendus par les Italiens à des membres de leur famille non cohabitants étaient, dans l’ordre, la simple « compagnie », les tâches domestiques, l’aide aux personnes âgées et la garde des enfants (Istat, 2001 : 52).

12  Les grandes enquêtes sur les structures familiales en Europe montrent effectivement une corrélation entre proximité familiale, diffusion de la propriété du logement et poids du mariage dans les pays d’Europe du Sud. Les pays qui comportent les plus forts taux de proximité résidentielle familiale (L’Italie, l’Espagne, la Grèce, le Portugal) sont également les pays européens où l’on compte le plus de ménages propriétaires de leur logement, et ceux où le mariage continue à jouer encore un rôle fondamental dans la formation de la famille (voir Bonvalet et D’Arbonville, 2006). Sur cette persistance en Europe de deux modèles de formation de la famille, voir également Reher (1998).

13  Entretien n° 42, juin 2006. Tous les noms et prénoms des personnes interrogées et citées dans cet exemple comme dans ceux qui suivent ont été changés.

14  La répartition résidentielle de cette famille dans la ville, comme celle de toutes les autres familles citées dans cet article, a été cartographiée dans la thèse de l'auteur (voir Pfirsch, 2008a).

15  Ainsi, les « quasi-cohabitations » familiales en immeuble ne concernaient que 11% des ménages à Bologne en 1988 (Balbo et al., 1990 : 92), et 11% des ménages à Rome en 1996 (Vergati, 2000 : 131).

16  Entretien n° 27, janvier 2006.

17  En 1994, la proportion de couples italiens vivant à moins d’un Km de l’une des familles d’origines des conjoints était en effet de 78% dans les communes rurales de moins de 2000 habitants, contre seulement 56% dans les villes de plus de 50 000 habitants et 46% dans les onze plus grandes villes de la Péninsule (Cioni, 1997 : 216-217).

18  Entretien n° 22, décembre 2005.

19  La très forte extension de la ville dans les années 1880-1914, puis dans les années 1950-60, a permis aux élites napolitaines de se constituer de vastes patrimoines dans la ville, mais également de jeter les bases d’un système clientéliste fondé sur l’attribution des terrains et le contrôle du marché du logement (voir Allum, 1994).

20  Entretien n° 26, janvier 2006.

21  Le concept de « système résidentiel familial » a été forgé au sujet des villes d’Afrique de l’Ouest (Le Bris et al., 1987)  ; pour désigner un « ensemble articulé de lieux de résidence des membres d’une famille étendue ou élargie » (ibid. : 258) marqué par une forte mobilité interne et une stabilité territoriale d’ensemble. Le concept a ensuite été utilisé dans d’autres contextes urbains (voir Dureau, 2002).

22  Quelques études, encore trop rares, ont abordé ce problème (voir Maloutas, 1995 et Pfirsch, 2008a, b).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Une lignée regroupée dans sa villa : l'exemple de la famille de Margherita
Credits Source : Pfirsch, 2009
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1052/img-1.png
File image/png, 125k
Top of page

References

Electronic reference

Thomas Pfirsch, « Proximité familiale et organisation résidentielle de la parentèle dans les élites d’une ville d’Europe du Sud. L’exemple de Naples », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 1 | 2009, Online since 27 May 2009, connection on 21 August 2017. URL : http://articulo.revues.org/1052 ; DOI : 10.4000/articulo.1052

Top of page

About the author

Thomas Pfirsch

Thomas Pfirsch is an Assistant Professor of Geography at the University of Valenciennes (France) and a member of the CALHISTE Laboratory. Email: thopfirsch@hotmail.com

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org