Skip to navigation – Site map
Occuper la ville : la résidence des élites

Des gentrifieurs mobilisés. Les associations de quartier du South End à Boston

The mobilised gentrifiers. The neighbourhood associations of South End, Boston
Sylvie Tissot

Abstracts

This article concerns the process of gentrification in a district of a large urban area in the United States, Boston. It shows that this process has resulted not only from the evolution of market forces and the return of wealth to the inner cities, urban renewal policies and cultural transformations. The collective mobilisation of new property owners has also had a decisive impact, via the neighbourhood associations in which they have been involved since the 1960s.

Top of page

Full text

1Il existe à peu près quinze associations de quartier dans le South End, quartier de 28 000 habitants proche du centre-ville de cette grande agglomération de la côte est étasunienne : Boston. Le flou qui entoure leur nombre exact, leur délimitation spatiale mais aussi les règles d’adhésion et de fonctionnement témoigne du caractère en partie informel de ces structures. Cela n’empêche toutefois pas ces associations de jouer depuis plusieurs décennies un rôle majeur dans la transformation d’un quartier progressivement investi par des ménages blancs des classes moyennes et moyennes supérieures. C’est une spécificité de Boston qui mérite d’être étudiée : l’appropriation de cet espace par les catégories dominantes n’a pas seulement résulté des processus qui sont généralement mis en avant dans les travaux sur la gentrification (forces du marché et retour des capitaux dans les centres-villes, politiques de rénovation urbaine, évolutions culturelles et transformations des goûts) ; la mobilisation collective des nouveaux propriétaires a eu un impact décisif sur l’évolution de cet ancien « quartier ghetto ».

2Les quartiers gentrifiés sont toujours des territoires contestés, enjeux de luttes sociales, spatiales et symboliques, qui prennent des formes variables. La résistance, plus ou moins forte, des résidents de catégories populaires contre la gentrification a été étudiée (Smith, 1996 ; Freeman, 2006 ; Lehman-Frisch, 2008), mais les luttes des propriétaires blancs des classes moyennes et leur opposition à l’arrivée de résidents pauvres et noirs ont fait l’objet de travaux essentiellement consacrés à des quartiers déjà bourgeois (Davis, 2006), ou à des quartiers en construction mais dévolus d’emblée à l’homogénéité raciale et sociale comme les communautés fermées (Low, 2003). De sorte que les forces actives dans les processus de gentrification apparaissent généralement liées aux grands intérêts financiers (Smith, 1996), aux pouvoirs publics et parfois à des acteurs plus périphériques comme les artistes (Lloyd, 2006), les gentrifieurs eux-mêmes étant étudiés, notamment, du point de vue de leurs valeurs culturelles dans les travaux consacrés à la « nouvelle classe moyenne » (Ley, 1996), ou encore de leurs trajectoires résidentielles (Authier, 1993).

3Dans le South End, l’appropriation de l’espace s’est opérée sur la base d’une mobilisation active des gentrifieurs : il s’agit dans cet article de comprendre ce qui l’a rendue possible ainsi que ses modalités, car, loin de prendre la forme d’une « guerre contre les pauvres » déclarée (Gans, 1995), elle s’est accompagnée d’un engagement fort en faveur d’un quartier toujours valorisé pour sa « mixité sociale ».

Encadré 1. L’enquête sur les associations de quartier du South End

Si le nombre et la taille des associations de quartier du South End a toujours été stable depuis les années 1960 (une quinzaine d’associations, recoupant un ou plusieurs pâtés de maisons), les caractéristiques sociales de leurs membres se sont transformées au gré de la gentrification, pour accueillir une proportion de plus en plus importante de résidents de l’upper middle class. Leurs membres, cimentés par de forts liens d’interconnaissance, entretiennent d’étroites relations avec le secteur commercial et immobilier, le champ politique et la sphère caritative. L’enquête a reposé sur une soixantaine d’entretiens et des observations réalisées lors de plusieurs séjours de 1 à 6 mois, visant à restituer les trajectoires résidentielles et sociales.

Des acteurs de l’action publique

4Les neighborhood associations du South End n’apparaissent pas avec la gentrification. Elles existent déjà à la fin du XIXe siècle à une époque où le South End est considéré comme le lieu par excellent de la « sauvagerie urbaine » (Woods, 1898). L’histoire du South End connaît en effet plusieurs phases. Construit au XIXème siècle, il accueille initialement des résidents plutôt aisés qui rapidement, et notamment à la suite de la crise des années 1870, vont en partir. Dans les décennies qui suivent, des immigrés venus d’Europe et du Moyen-Orient, des hommes des zones rurales de la Nouvelle-Angleterre puis des noirs du Sud des États-Unis dans l’entre-deux-guerres, s’y succèdent. Le South End devient un des terrains privilégié de la réforme urbaine pour constituer à la fin des années 1960 une des priorités de la municipalité. À cette époque, les rapports se multiplient sur ce skid row (quartier mal famé) qui, en 1970, comprend 39% de noirs et dont le revenu médian est de 6 122 dollars pour 9 133 sur l’ensemble de la ville de Boston (Boston Redevelopment Authority, 1979).

Rénovation des centres-villes et politiques « participatives »

5L’histoire des associations de quartier est dès le départ très étroitement intriquée avec celle des réformateurs qui se penchent sur le sort du South End. Les premières associations sont créées sous l’impulsion d’un Settlement House, ces centres sociaux qui, à la fin du XIXe siècle, constituent le fer de lance de la réforme sociale dans les quartiers populaires (Keyes, 1969 : 50). Certaines d’entre elles perdurent dans l’entre-deux-guerres même si elles ont un rôle mineur. Si elles n’apparaissent pas avec la gentrification, ce sont néanmoins les gentrifieurs qui lui donnent, à partir de la fin des années 1960, une vigueur et une organisation nouvelles.

6L’investissement des associations de quartier par les classes moyennes puis moyennes supérieures est directement lié aux évolutions des politiques urbaines dans les années 1960. L’après Seconde Guerre mondiale est marqué par la mise en place de programmes de rénovation dans des centres-villes qui connaissent alors un important déclin. C’est en effet la période durant laquelle les couches blanches et aisées migrent vers les banlieues résidentielles qui se développent en périphérie des villes (Jackson, 1985). Dans les années 1960, toutefois, les politiques de rénovation urbaine (urban renewal) et les principes sur lesquels elles reposent (destruction des quartiers, déplacement des populations, association du secteur privé) sont fortement remis en cause (Mollenkopf, 1983). C’est particulièrement le cas à Boston où le West End, quartier italien du centre-ville, a été totalement rasé et livré aux promoteurs privés (Gans, 1982). La protestation contre ces politiques se développe dans le contexte plus large de la lutte pour les droits civiques et de la mobilisation contre la guerre du Vietnam des décennies 1960-1970. Un milieu militant très puissant se développe dans le South End, qui est particulièrement actif sur le front du logement. La période qui va de la fin des années 1960 au milieu des années 1970 est ponctuée par une série d’occupations et de manifestations qui aboutissent à la création de plusieurs cités de logement social où sont logés des résidents noirs, chinois et hispaniques. Squats et mobilisations prenant pour cibles les propriétaires ainsi que des agents immobiliers, qui sont alors les grands bénéficiaires de la gentrification, se multiplient (Lukas, 1985 ; Milligan, 1983).

7Dans ce contexte, l’agence municipale qui pilote les politiques urbaines, le Boston Redevelopment Authority (BRA), sans pour autant renoncer à rénover le quartier, s’engage à opter pour un « planning with people », reposant sur des dispositifs de participation locale (O’Connor, 1993 ; Bacqué, 2005). Dès 1966, un plan de rénovation est lancé, qui s’appuie sur le United South End Settlement et la Union Park Neighborhood Association située sur l’une des parties les moins dévalorisées du quartier (Keyes, 1969). En 1966, plusieurs documents sont publiés par le BRA, où figurent des listes des associations de quartier, dont le nombre tourne déjà autour de quinze.

8Le choix des associations comme interlocuteurs privilégiés par la mairie s’explique d’une part par les mutations globales des politiques urbaines et de l’autre par l’état du champ associatif local. Animées par des propriétaires, les associations de quartier s’avèrent être un rempart contre les militants anti-gentrification tout en étant, de par les idées plutôt progressistes ou liberal de leurs membres, en phase avec le renouvellement des équipes municipales qui marque l’arrivée du maire Kevin White en 1968. Elles se distinguent en effet à la fois des militants radicaux, notamment noirs, mais aussi du pôle le plus conservateur du milieu associatif, composé de propriétaires blancs engagés contre la construction de logements sociaux (Lukas, 1985 ; Milligan, 1984).

9Les associations de quartier deviennent ainsi, à la faveur de la rénovation urbaine du South End, de véritables acteurs de l’action publique. Ce quartier de maisons de briques bourgeoises dont l’urbanisme et l’architecture sont très similaires aux quartiers les plus chics de la ville est en effet devenu au cours de la première moitié du XIXe siècle un repère de rooming houses (hôtels meublés) et de tenements (appartements populaires) quasi dépourvu d’arbres, d’éclairage ou de trottoirs. La concentration du pouvoir financier WASP dans les quartiers anciens de Back Bay et Beacon Hill et la force des bastions politiques traditionnels que sont les quartiers irlandais et italiens à Boston ont fait du South End le territoire le plus délaissé de la ville (O’Connor, 2001).

10Une pression constante est exercée par les associations de quartier pour améliorer les infrastructures urbaines. La municipalité va progressivement accéder à ces demandes tout en encourageant et en profitant de leur engagement financier, particulièrement notable en ce qui concerne les petits espaces verts qui agrémentent le quartier. Au moins trois associations se constituent autour d’un parc (en en prenant parfois le nom) ; elles s’organisent pour récolter des financements et en trouver auprès des fondations privées. L’intervention des associations de quartier ne se limite pas aux infrastructures urbaines, mais touche dès les années 1970 à l’environnement commercial. À cette époque, une campagne est menée conjointement par les associations (et notamment une des plus puissantes Ellis Neighborhood Association) et la municipalité pour faire fermer un certain nombre de bars dont le nombre dans le South End est alors évalué à 116 : des résidents signalent les irrégularités et infractions à la législation à la mairie qui retire alors les licences sans par la suite les ré-accorder pour ce type de commerce. Dans les années 1990, le processus de gentrification, amorcé à la fin des années 1960, s’accélère quand la crise immobilière de la fin des années 1980 est surmontée ; les associations de quartier soutiennent alors activement l’ouverture de cafés et de restaurants adaptés à la nouvelle clientèle constituée par les résidents des classes moyennes supérieures. Les diners et autres greasy spoons (gargotes) ferment un par un, tandis que les « bistrots français » et restaurants sophistiqués ouvrent, à côté d’un Starbucks café servant lattes et expressos.

11Dans le South End, la gentrification n’a donc pas seulement résulté de la rénovation des maisons entreprise à un niveau individuel par les nouveaux habitants, laissant au marché et aux pouvoirs publics le soin de transformer l’environnement commercial et urbanistique. Ce dernier a en effet été la cible de résidents organisés, qui, jusqu’aux années 2000, interviennent dans la gestion des services urbains, en raison notamment de la faiblesse des budgets municipaux. Outre les parcs, certaines associations de quartier (dont les budgets peuvent s’élever à plusieurs dizaines de milliers de dollars) financent le nettoyage des trottoirs dont ne s’occupe pas la mairie (qui ne prend en charge que celui des rues). Mais il ne s’agit pas d’une simple délégation de pouvoir en matière de services urbains, ou plutôt, à la faveur de celle-ci, les associations de quartier se sont également imposées comme les acteurs légitimes de la gestion de la pauvreté.

Rénovation urbaine, gestion de la pauvreté

12Au cours des dernières décennies, les propriétaires blancs organisés en associations en sont progressivement venus à occuper un rôle de premier plan. Avocats, consultants, managers, banquiers ou encore comptables, qui s’installent dans le South End à partir du milieu des années 1990, sont devenus les représentants légitimes d’un quartier qui comprend toutefois en 2000 une proportion non négligeable de résidents de couleur et à bas revenus, notamment dans le logement social. Le recensement comptabilise alors 14 058 Blancs, 7 054 Noirs, 3 236 Asiatiques et 4 578 Hispaniques. La diversité selon l’origine recoupe de fortes inégalités socio-économiques : le revenu moyen par ménage est de 36 083 $ pour la population entière du South End, mais varie de 56 814 $ pour les Blancs, 15 878 $ pour les Noirs et Africains-Américains, 18 414 $ pour les Asiatiques et 12 415 $ pour les Hispaniques ou Latinos.

13La place ainsi acquise résulte d’abord des transformations du champ militant à partir de la fin des années 1970, date à laquelle l’activisme des deux décennies précédentes décline très fortement. La structure mise en place par la municipalité pour organiser la consultation dans le quartier, et contrôlée depuis 1973 par les militants radicaux, voit par exemple son rôle se réduire à néant durant la deuxième moitié des années 1970 alors que par ailleurs le programme de rénovation du quartier, piloté par la municipalité et financé par le gouvernement fédéral, touche à sa fin. De l’autre côté du spectre militant, les groupes les plus conservateurs mobilisés contre la construction de logements sociaux perdent leur raison d’être, alors que, sous la présidence Nixon mais surtout durant les années Reagan, l’interventionnisme fédéral en matière de logement se réduit drastiquement (Di Pasquale et Keyes, 1990). Les associations de locataires des cités de logement social continuent à exister sans le niveau de mobilisation qui a présidé à leur création (Small, 2004).

14Les associations de quartier font par ailleurs l’objet d’une certaine institutionnalisation, notamment en matière d’activité immobilière et commerciale. Aucun projet ne peut aboutir dans le South End s’il ne reçoit pas l’approbation de l’association de quartier basée sur la portion du territoire qu’elle recouvre. C’est le cas des constructions mais aussi de simples modifications auxquelles un restaurant peut vouloir procéder, et pour lequel l’autorisation de la mairie est requise : horaires de fermeture, installation de sièges en terrasse, licence. Le rôle qui est conféré aux associations leur permet d’exercer un certain contrôle sur l’évolution socio-démographique du territoire, en privilégiant notamment les projets de construction d’appartements de grande taille aux prix du marché. C’est un enjeu non négligeable dans le South End où un certain nombre de bâtiments – églises, agences sociales – ou encore des terrains vacants (notamment sur la partie de friches industrielles dont la municipalité encourage le développement à partir du milieu des années 1990) sont utilisés pour réaliser de nouveaux logements.

15Les présentations par les restaurateurs ou promoteurs immobiliers de leurs projets créent autant de rencontres et d’échanges qui renforcent cette institutionnalisation. Au cours des négociations, les associations ne sont pas toujours en mesure d’imposer leurs vues, notamment dans le domaine immobilier. À Boston comme dans d’autres villes des États-Unis où ils sont des contributeurs réguliers des campagnes électorales (Fainstein, 2001), les promoteurs immobiliers ont une forte influence. Il n’en reste pas moins que le pouvoir d’empêchement (à défaut de veto) érige les associations en acteurs locaux incontournables. En outre, loin d’être vus par le secteur commercial et immobilier comme des ennemis potentiels, ils sont au contraire des clients réguliers des restaurants du quartier. Ces derniers ainsi que de nombreux autres commerces contribuent ainsi fréquemment aux événements de fundraising des associations, au cours desquels leur présence en tant que sponsor est toujours mentionnée.

16Mais cette institutionnalisation ne se limite pas aux questions d’aménagements urbanistique et commercial ; les associations de quartier en sont également venues, à partir de ces questions, à intervenir sur la gestion de la pauvreté, et notamment sa présence dans l’espace public. Le rapport aux commerces, restaurants et magasins d’alcool (liquor store) en offre l’exemple le plus frappant. La campagne pour la fermeture des bars qui est menée dans les années 1970 est d’emblée conçue comme une manière de réduire la présence de personnes ivres sur l’espace public, l’alcoolisme étant un des prismes particulièrement prégnants, pour la municipalité comme pour les associations de quartier, à partir duquel les problèmes sociaux sont envisagés et traités. Une attention particulière est ainsi accordée au type d’alcool qui est vendu, et les associations n’hésitent pas à faire pression pour que soit vendu du vin, produit fortement surconsommé par les ménages des classes moyennes supérieures étasuniennes, de préférence aux petites fioles d’alcool prisées dès tôt le matin par des populations plus errantes. L’énergie et la passion avec lesquelles ces questions sont discutées témoignent de l’enjeu qu’elles représentent en termes d’appropriation et de marquage de l’espace, qui passe bien, pour les membres des associations de quartier, par une imposition de leurs propres normes (Ripoll, 2006).

17Les efforts entrepris par les associations de quartier en ce domaine se traduisent par un contrôle social rendu possible par la prise en charge du maintien des parcs ainsi que par les liens qui sont établis avec les agences sociales. Plusieurs parcs sont ainsi gérés sur un mode semi privé qui permet aux résidents mobilisés d’édicter un certain nombre de règles, comme la clôture des lieux, ouverts en de rares occasions (notamment le pique-nique de l’association) au public. La visibilité des occupants des centres de réinsertion du quartier (notamment pour anciens toxicomanes) et des SDF qui viennent chercher un repas et un hébergement dans les foyers d’accueil fait l’objet de discussions récurrentes au sein des associations de quartier. Les activités mises en place en leur sein – pique-niques, nettoyages collectifs du quartier – sont autant d’occasion d’associer ces populations, considérées comme partie prenante de la « mixité sociale », à la vie associative, tout en leur assignant des tâches et rôles précis, généralement subordonnés (nettoyage, cuisine). C’est ce contrôle social, mélange de tendances répressives et de dispositions philanthropiques qui forme la base du militantisme dans les associations de quartier.

Des « pionniers » aux notables

18L’engagement dans les associations de quartier, directement suscité et encouragé par la municipalité à partir de la fin des années 1960, ne s’explique pas seulement par cette « opportunité » ouverte par la mutation des politiques urbaines (McAdam, McCarty et Zald, 1996), ni non plus par l’intérêt objectif que des propriétaires nouvellement arrivés dans un quartier populaire ont à s’organiser pour protéger la valeur de leur bien. Pour rendre compte de cette mobilisation, il faut considérer à la fois les ressources qui l’ont rendue possible mais aussi les phénomènes identitaires qui s’y jouent.

Des ressources multiples

19Le statut social des membres des associations de quartier constitue d’abord un atout décisif dans les négociations avec la municipalité ou le secteur privé, au cours desquelles des compétences précieuses (connaissances du droit, connexions professionnelles, techniques du fundraising et de lobbying) peuvent être mobilisées. La similitude des profils favorise la collaboration et l’échange, facilités par ailleurs par les transformations du champ politique et associatif. Les associations de quartier qui, à partir des années 1980 et 1990, rationalisent les règles de fonctionnement, créent des sites internet et généralisent l’usage des listes e-mails, participent des transformations qui voient décliner les grandes organisations de masse au profit de structures ad hoc gérées de manière managériale et orientée vers le lobbying (Skocpol, 2003).

20Animées pour chacune par une ou quelques dizaines selon leur taille de résidents actifs, elles constituent finalement un type de militantisme particulièrement bien intégré au champ politique. D’abord parce que des carrières se sont constituées au sein des associations de quartier où des activistes très libéraux voire radicaux, ont pu valoriser un capital militant constitué au sein des luttes des années 1960 (Tissot, 2007). La notabilité qui se constitue au sein des associations de quartier (où réseau, estime et statut social sont convertis en positions de pouvoir) résulte aussi du fonctionnement d’un champ politique de plus en plus fermé sur lui-même. Pour les élus, les résidents du South End organisés en associations ne sont pas seulement des électeurs très probables (le taux de participation aux élections augmentant avec le revenu) ; ils sont aussi des contributeurs financiers potentiels, et même des organisateurs dans ce qui constitue, durant les campagnes électorales, un des nerfs de la guerre, le fundraising. Au sein des associations de quartier, devenues progressivement des substituts aux cellules politiques de base qu’étaient les Ward Committees du Parti Démocrate, on trouve non seulement des candidats mais aussi des soutiens actifs, qui organisent des soirées de fundraising auxquelles participent leurs voisins et amis.

21La notabilité des associations de quartier se construit autour d’un capital social constitué progressivement en lien avec les pouvoirs publics, le monde des affaires et le secteur caritatif local. Celui-ci, subissant les coupes sombres des budgets sociaux fédéraux à partir des années Reagan, dépend de plus en plus des dons privés mais aussi du financement des grandes fondations dont le soutien est indexé sur des évaluations strictes, visant à contrôler la bonne gestion des agences sociales. Les résidents fortunés du South End ne sont pas seulement, dans ce contexte, susceptibles d’apporter de l’argent mais aussi leur présence dans les conseils d’administration, perçue comme gage de rigueur managériale. Cette présence conforte la crédibilité des agences sociales, tout en renforçant, en contrepartie, le pouvoir de contrôle de ces habitants fortunés.

22Parmi les ressources qui sont nécessaires pour qu’existent et perdurent les associations de quartier, le temps constitue par ailleurs un enjeu crucial, qui permet d’assister aux auditions et réunions publiques de la mairie, de contacter des élus ou autres acteurs du quartier, bref de mener l’activité de lobbying au fondement de ce militantisme. Le temps dont disposent les membres des associations de quartier s’explique par les profils socio-démographiques. On trouve au sein de ces structures un nombre très important de retraités ou semi-retraités venant des banlieues résidentielles. Après avoir élevé leurs enfants dans le cadre protégé des suburbs, ils participent à la vogue nouvelle pour les centres-villes, attirés par les lieux de loisir, de consommation et d’engagement civique qu’offre un quartier comme le South End.

Aventure et peur sociale

23La mobilisation collective qui s’est constituée autour des associations de quartier à la fin des années 1960 est cimentée par des phénomènes identitaires forts. Se joue en effet, dans cet engagement, la construction d’un groupe social qui se mobilise pour protéger ses intérêts tout en s’organisant autour de valeurs, d’habitudes, de références communes. La perception d’un danger renforce, depuis l’arrivée des premiers ménages de classes moyennes à la fin des années 1960, la nécessité ressentie de protéger ses intérêts.

24Ce sentiment est alimenté par le spectacle de la pauvreté urbaine et de la forte présence de Noirs, qui cristallise, aux États-Unis, la peur du « ghetto » (Wacquant, 2005). En outre, à côté de ceux-ci, le South End accueille d’autres communautés libanaises, grecques, irlandaises, juives, dont la juxtaposition offre un contraste saisissant avec d’autres quartiers populaires de Boston. Le South End n’est en effet pas marqué par la prédominance d’un seul groupe « ethnique » (comme les Irlandais de Charlestown et South Boston, ou encore les Italiens du North End) et, de ce fait, n’est pas structuré par le réseau associatif, politique, religieux (catholique) et familial qui existe sur ces territoires. La perception du désordre social et moral attaché à la pauvreté urbaine est renforcée par la forte présence d’hommes seuls, qui s’explique par l’histoire de l’immigration dans le quartier mais aussi par celle des agences sociales qui s’y sont installées depuis la fin du XIXe siècle. Le nombre de ces agences, ainsi que l’hôpital public de Boston, attirent des populations perçues d’autant plus facilement comme déviantes qu’elles occupent de façon visible et prolongée les espaces publics. Accueillant les individus qui dérogent le plus aux normes familiales et bourgeoises (prostituées, clochards, clients assidus des bars), les espaces publics sont ainsi devenus des lieux de focalisation de la volonté réformatrice, et notamment celle des associations de quartier qui se développent dans les années 1960.

25Tandis qu'occupations et manifestations se multiplient dans les années 1970, alors que propriétaires et agents immobiliers, mais aussi nouveaux propriétaires, sont accusés d’alimenter l’éviction des plus pauvres, se développe une véritable peur sociale. Les associations de quartier permettent non seulement de gérer cette peur en contrôlant et/ou combattant les populations qui en sont à l’origine mais aussi de la mettre en forme en la retournent en fierté aventurière et engagement altruiste.

26L’engagement dans ces associations repose sur (et entretient) une forte conscience de classe. Celle-ci s’incarne dans un vocabulaire particulier, et notamment dans cette thématique étasunienne traditionnelle de la frontière toujours recommencée. Le terme de « pionniers », acteurs de la « renaissance urbaine », apparaît dans la littérature médiatique à la fin des années 1960 au fur et à mesure qu’est commenté le mouvement de « retour en ville ». Il est très fortement repris par les membres des associations de quartier de cette époque et encore aujourd’hui, renforçant ainsi leur crédit par rapport aux arrivants les plus récents. Malgré cela, et parce que l’arrivée de populations toujours plus aisées maintient, malgré le départ des populations pauvres, les écarts sociaux, les derniers arrivants tendent aussi à se réapproprier la rhétorique de l’aventure urbaine. C’est le cas notamment des résidents venus des banlieues résidentielles, chez qui l’attrait pour la vie urbaine se mêle toujours à une appréhension de la proximité spatiale avec des populations à bas revenus et des résidents noirs quand plusieurs années ou décennies ont été passées dans des zones socialement et ethniquement homogènes. La nécessité d’une gestion collective de la cohabitation spatiale est très fortement ressentie, car, circulant en voiture, ils ne sont pas habitués à se confronter à la différence dans les espaces publics. Ces espaces cristallisent d’autant plus les appréhensions que, quittant des maisons spacieuses pour des appartements, les résidents des banlieues voient leur espace privé diminuer, et de ce fait cherchent souvent à compenser cette perte par une appropriation de l’espace public.

Intérêts et intérêt au désintéressement

27La spécificité de l’engagement de ces catégories supérieures réside dans la combinaison de défense d’intérêts de propriétaires, de sociabilité bourgeoise, de stratégies professionnelles et de dispositions philanthropiques, elles-mêmes indissociables de l’affirmation d’un statut social. L’habitus qui s’en dégage, non réductible à la défense d’intérêts matériels, forme la base d’un certain « intérêt au désintéressement » pour reprendre le terme de Bourdieu (1996). Même s’il prend une intensité variable selon les caractéristiques sociales des membres (passé et socialisation militants, ancienneté dans le quartier, sexe), il se renforce au fur et à mesure que les associations constituent un milieu cimenté par des liens d’interconnaissance et s’ancrent dans des réseaux de pouvoir diversifiés.

28Cet intérêt au désintéressement renvoie à un habitus d’abord constitué par des dispositions morales qui sont partie prenante, comme l’a montré Lamont (1992), des formes de distinction qui opèrent dans la bourgeoisie étasunienne, à la différence de la France. L’engagement dans les associations de quartier est en effet alimenté par le sentiment d’une obligation de « rendre à la communauté » (give back to the community) qui fonde des pratiques collectives reposant sur le dévouement et le don de soi. Si le terme de community permet de masquer la lutte pour des intérêts particuliers en défense d’un intérêt général, il ne se réduit pas en effet à cela. Il indique une contrainte de sens, qui se donne également à voir dans la valorisation de la mixité sociale (diversity). L’attachement à la mixité sociale dans le quartier peut s’analyser de multiples façons. Il renvoie à des contraintes objectives en raison desquelles un certain nombre de résidents des banlieues résidentielles, désireux de revenir en centre-ville, doivent acheter dans le South End plutôt que dans les quartiers plus chics de Back Bay et de Beacon Hill devenus inabordables. Mais s’il vient rationaliser des choix sous contraintes, l’engagement pour le quartier correspond également à des valeurs intériorisées par cette fraction démocrate des classes moyennes supérieures disposée à exprimer son progressisme dans la valeur étasunienne fondatrice de community, et celle, plus récente mais largement consensuelle, de diversity. Celles-ci s’inscrivent dans une vision du monde relativement cohérente qui se déploie dans une série d’attitudes : rejet du Président Bush et de la guerre en Irak, défense des droits des minorités, du droit au mariage des gays et à l’avortement et d’une certaine assistance pour les pauvres qui reste teintée d’une très forte hostilité à l’égard de l’État-providence et de toute redistribution sociale.

29L’attachement à la mixité sociale n’est donc pas qu’une façade. Au sein des associations de quartier s’organisent des pratiques philanthropiques, dans sa version notamment la plus classique qui consiste à préparer puis servir des repas dans les foyers de sans domicile fixe deux ou trois fois par an. Des bourses sont également délivrées par une association de quartier à des étudiants méritants issus de milieu défavorisé. Ces pratiques correspondent au clivage traditionnellement sexué au sein de l’engagement associatif, les femmes privilégiant non seulement les associations de proximité mais aussi les activités liées au soin, à l’éducation et aux plus démunis (Achin et Levêque, 2006). Le bénévolat dans les foyers d’accueil est ainsi quasi exclusivement du ressort des femmes tandis que les hommes sont davantage tournés vers la négociation avec la mairie et la gestion des projets immobiliers. Néanmoins, cette répartition classique des tâches est parfois subvertie par une autre motivation au principe de l’engagement des femmes dans les associations de quartier : des ruptures biographiques (divorces, séparations) qui, parfois couplées à des migrations résidentielles, correspondent à un désir de reconstruire une vie privée et des liens sociaux en dehors (ou en décalage) avec les normes et cadres conjugaux, familialistes et hétéronormés des banlieues résidentielles (Baumgartner, 1988). On trouve ainsi dans ces associations un nombre important de femmes de 50 ou 60 ans, qui ne sont pas nécessairement prêtes à occuper un rôle secondaire, et dont la mobilisation peut appeler des formes de dévouement intense.

30L’expression du dévouement pour le quartier et l’affirmation d’un statut social restent dans le même temps indissociablement intriquées. Dans l’esprit et la pratique de ces résidents, la community et la diversity évoquent au moins autant la présence de groupes sociaux différents que la richesse d’une vie sociale qui correspond généralement à des usages du quartier reposant sur un très fort entre-soi (salutations quotidiennes et échanges de menus services entre voisins de même statut ; pratiques de consommation socialement classantes). Les formes prises par l’engagement dans les associations de quartier sont en effet révélatrices. Si certaines réunions se passent dans des lieux publics (centres sociaux ou culturels), d’autres ont lieu chez l’un des membres tandis que les rencontres plus informelles (entre présidents d’associations par exemple) se tiennent dans les restaurants du quartier. Collations et dîners accompagnent généralement les discussions, avec de la nourriture et des boissons qui connotent, aux États-Unis, le statut social : fromage, crackers et vin. Des repas de Noël ou réunions annuelles se tiennent généralement dans les maisons les plus spacieuses. S’investit dans les associations de quartier un habitus de classes moyennes supérieures qui se caractérise, en matière de culture, par un comportement « omnivore » plutôt qu’axé sur la haute culture (Peterson, 1996) et qui fait la part belle à la fréquentation des restaurants. Celle-ci participe d’autant plus à cet habitus associatif que la fermeture des bars et la transformation des restaurants ont été un des vecteurs par lesquels s’est faite l’appropriation du quartier depuis les années 1970.

31Surtout, l’engagement associatif, s’il agit comme contrainte de sens, participe dans le même temps à l’accumulation d’un capital moral qui est nécessaire à toute prétention au statut de notable. Celui-ci n’est toutefois jamais pensé en contradiction avec l’engagement, qui est même au contraire perçu comme une dimension essentielle et obligatoire de la vie des individus en haut de l’échelle sociale (Lamont, 1992). En conformité avec la hiérarchie sociale et spatiale de la ville, on retrouve ainsi les membres des associations de quartier du South End, non pas dans les institutions culturelles les plus anciennes et prestigieuses (Museum of Fine Art, Boston Symphony Orchestra) investis par les Bostoniens les plus fortunés, mais dans des formes d’art plus mineures et au sein d’organisations caritatives, locales et internationales, avec lesquelles l’engagement dans les associations de quartier forme une grande cohérence.

32Enfin, à travers la notion de mixité sociale, s’expriment à la fois un goût pour la coexistence de groupes différents mais aussi une volonté non moins forte (les deux n’étant, là encore, pas pensés comme contradictoires) de la contrôler. La diversity n’est une valeur qu’à condition qu’elle soit fondée sur un évitement des conflits et que jamais les places de chacun des groupes ne soient remises en cause. L’appréhension de la différence va en effet de pair, dans les discours sur la diversity, avec sinon une négation, du moins une occultation des inégalités sociales et des rapports de domination sur lesquelles elles peuvent reposer. La défense de la mixité sociale prend ainsi une place importante dans les activités des associations de quartier. Loin d’être homogènes, celles-ci ont toujours été traversées de conflits suscités par la présence et l’activité d’agences sociales dans le quartier, et se cristallisant sur le degré de différence acceptable. Mais à chaque fois, l’intensité des conflits internes n’a d’égal que le consensus invisible sur lequel ils reposent : la légitimité des associations à maintenir en même temps que définir et contrôler cette mixité sociale.

Conclusion

33Les associations de quartier du South End apparaissent ainsi comme un objet tout à fait singulier. Parce qu’elles sont animées par des résidents des classes moyennes supérieures, on pourrait avoir tendance à les assimiler à de simples associations de propriétaires, jaloux de leurs biens et soucieux de leur espace privé comme de l’espace public qui l’entoure. Pourtant, et même si la montée en force des politiques répressives aux États-Unis se répercute aussi dans la définition de la bonne mixité sociale qu’ils promeuvent, on ne saurait y voir, ou seulement, une manifestation du syndrome NIMBY (Not in My Backyard). S’investit, dans ces structures, un mélange d’intérêts bien compris et de dévouement à la communauté à travers lequel se donne à voir une dimension importante de l’habitus des classes moyennes supérieures étasuniennes. Et c’est d’ailleurs parce qu’il y a intérêt au désintéressement que ces résidents du South End, devenus des notables philanthropes et des réformateurs vigilants en charge de la gestion de la pauvreté, peuvent être considérés comme de véritables producteurs de l’espace urbain.

Top of page

Bibliography

ACHIN C., LEVEQUE S. 2006, Femmes en politique, Paris : La Découverte.

AUTHIER J.-Y. 1993, La vie des lieux. Un quartier du Vieux-Lyon au fil du temps, Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

BACQUE M.-H. (dir.) 2005, Projet urbain en quartier ancien : La Goutte d'Or, South End, Paris : Ministère de l’Equipement, Rapport pour le PUCA.

BAUMGARTNER M.P. 1988, The Moral Order of a Suburb, Oxford : Oxford University Press.

BOSTON REDEVELOPMENT AUTHORITY 1979, South End. District profile and proposed 1979-1981 neighborhoood improvement program, Boston : City of Boston.

BOURDIEU P. 1996, Raisons pratiques : sur la théorie de l’action, Paris : Seuil.

DAVIS M. 2006, City of Quartz : Excavating the Future in Los Angeles, Londres et New York : Verso.

DIPASQUALE D., KEYES L.C. 1990, Building Foundations. Housing and Federal Policy, Philadelphia : University of Pennsylvanian Press.

FAINSTEIN S. 2001, The City Builders. Property, Development in New York and London, 1980-2001, Lawrence : University Press of Kansas.

FREEMAN L. 2006, There goes the ‘Hood’. Views of Gentrification from the Ground Up, Philadelphia: Temple University Press.

GANS H. J. 1995, The War against the Poor : the Underclass and Antipoverty Policy, New York : BasicBooks.

GANS H.J. 1982, The Urban Villagers : Group and Class in the Life of Italian-Americans, New York : Free Press et Londres : Collier Macmillan.

Jackson K.T. 1985, Crabgrass Frontier : The Suburbanization of the United States, New York : Oxford University Press.

KEYES L. 1969, The Rehabilitation Planning Game. A Study in the Diversity of Neighborhood, Cambridge : MIT Press.

LAMONT M. 1992, Money, Morals, and Manners: The Culture of the French and American Upper-Middle Class, Chicago : University of Chicago Press.

LEHMAN-FRISCH S. 2008, « “Gentrifieurs, gentrifiés” : cohabiter dans le quartier de la Mission (San Francisco) », Espaces et sociétés, n° 132-133, pp. 143-160.

LEY D. 1996, The New Middle Class and the Remaking of the Central City, Oxford : Oxford University Press.

LLOYD R. 2006, Neo-Bohemia. Art and Commerce in the Postindustrial City, Londres et New York : Routledge.

LOW S. 2003, Behind the Gates. Life, Security, and the Pursuit of Happiness in Fortress America, Londres et New York : Routledge.

LUKAS A.J. 1985, Common Ground. A Turbulent Decade in the Lives of Three American Families, New York : Vintage Books.

MACADAM D., MACCARTY J.D., ZALD M.N. 1996, Comparative perspective on social movements. Political opportunities, mobilizing structures, and cultural framings, Cambridge : Cambridge University Press.

MILLIGAN M. A. 1984, Gentrification and the Conflict over the Future of the South End, 1967-1977, Cambridge, Harvard University, Thèse de doctorat.

MOLLENKOPF J.H. 1983, The Contested City. Princeton : Princeton University Press.

O’CONNOR T.H. 2001, The Hub. Boston Past and Present, Boston : Northeastern University Press.

O’CONNOR T.H. 1993, Building a New Boston. Politics and Urban Renewal. 1950-1970, Boston : Northeastern University Press.

PETERSON K. 1996, « Changing Highbrow Taste : from Snob to Omnivore », American Sociological Review, n° 61, pp. 900-907.

RIPOLL F. 2006, « Réflexion sur les rapports entre marquage et appropriation de l’espace », in BULOT T., VESCHAMBRE V. (dirs.) Mots, traces, marques : dimension spatiale et linguistique de la mémoire urbaine, Paris : L’Harmattan, pp. 15-36.

SKOCPOL T. 2003, Diminished Democracy. From Membership to Management in American Civil Life, Norman : University of Oklahoma Press.

SMALL M. L. 2004, Villa Victoria.The Transformation of Social Capital in a Boston Barrio, Chicago : Chicago University Press.

SMITH N. 1996, The New Urban Frontier. Gentrification and the Revanchist City. Londres et New York : Routledge.

TISSOT S., GAUBERT C., LECHIEN M.-H. 2007. Reconversions militantes, Limoges : Presses Universitaires de Limoges.

WACQUANT L. 2005, « Les deux visages du ghetto », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 160, pp. 5-21.

WOODS R. (ed.) 1898, The City Wilderness. A Settlement Study by Residents and Associates of the South End House, South End Boston. Boston : Houghton, Mifflin and Co.

Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Tissot, « Des gentrifieurs mobilisés. Les associations de quartier du South End à Boston », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Special issue 1 | 2009, Online since 27 May 2009, connection on 17 October 2017. URL : http://articulo.revues.org/1042 ; DOI : 10.4000/articulo.1042

Top of page

About the author

Sylvie Tissot

Sylvie Tissot, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire PRISME-GSPE (CNRS). Auteure de L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique (Seuil, 1997). A également coordonné deux numéros des Actes de la recherche en sciences sociales parus en 2005 : « Classer, penser, administrer la pauvreté ».

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org