Skip to navigation – Site map
2009

Quête muséographique de l’Autre. Les enjeux symboliques de pratiques touristiques à vocation « culturelle » au Sénégal

Hélène Quashie

Abstract

La promotion du « tourisme culturel » à destination du continent africain s’appuie sur de nombreuses images issues et adaptées de récits de voyages et de l’ethnologie classique. Teintées de références évolutionnistes et primitivistes, celles-ci alimentent une quête des origines et d’un « monde perdu », aujourd’hui largement répandue, accentuée, détournée, ou renforcée par ce même phénomène touristique. La destination Sénégal propose très peu de spécificités culturelles exploitables par les voyagistes ; elle s’ouvre pourtant de manière accrue aux marchés de la « découverte authentique » et de la « rencontre de l’Autre ». L’analyse de discours promotionnels, des modalités d’activités « culturelles » proposées aux voyageurs, des présupposés que ceux-ci entretiennent et des perceptions locales de l’Autre-touriste auxquelles ils se trouvent confrontés révèle les ressorts symboliques et sociaux qui garantissent et encouragent le succès de ces expériences touristiques. Elle met ainsi en exergue des représentations et pratiques sociales qui soutiennent une éthique paradoxale de la connaissance de l’Autre.

Top of page

Full text

Introduction

1La quête de l’Autre et de sa rencontre repose sur un canevas complexe d’imaginaires sociaux. La fascination que celui-ci exerce semble d’autant plus grande qu’il est lointain, « comme si le rêve, pour se nourrir, avait besoin d’une absence » (Duval, 2000 : 5). L’éloignement spatial, constitutif de l’évasion touristique, contribue donc, entre autres, à l’élaboration de diverses conceptions mythologiques cet Autre. Le tourisme international propose en effet un dispositif comparatiste de destinations et de sociétés, selon des définitions et distinctions posées comme fondamentales et « naturelles ». Il participe ainsi à une géopolitique culturelle, dont les idéologies spécifiques tendent à organiser des rencontres touristiques « authentiques ».

2La promotion du tourisme culturel à destination du continent africain (principalement élaborée depuis les pays occidentaux) s’appuie sur de nombreuses images issues et adaptées de la littérature des récits de voyages et de l’ethnologie classique. Celles-ci, teintées de références évolutionnistes et primitivistes et alimentent une quête des origines et d’un « monde perdu », aujourd’hui largement répandue, accentuée, détournée, ou renforcée par le phénomène touristique. La « massification » de celui-ci n’use en rien les mécanismes de l’émotion et de l’illusion de la découverte que les professionnels du voyage construisent à partir de discours marketing très élaborés. Ceux-ci reposent sur une fine analyse des attentes fantasmées de leur clientèle et correspondent à cet effet de mode contemporain qui fétichise particulièrement le caractère « exotique » des destinations du sud (cf., par exemple, l’important développement des pratiques de « tourisme ethnologique »).

  • 1  Notre travail de thèse s’appuie sur des enquêtes qualitatives réalisées au cours de différents lon (...)

3Nous nous sommes intéressés à différents modèles de « tourisme culturel » parmi les plus répandus au Sénégal1. Ils concernent une minorité de voyageurs (à peine 20% des flux touristiques) venue visiter un pays pourtant relativement connu dans les pays du Nord et qui ne fait pas figure de « destination reculée ». Les professionnels de ce tourisme vendent désormais plus régulièrement des voyages qui promettent une découverte authentique du Sénégal et l’expérience originale d’une rencontre avec l’Autre. Or, cette destination propose très peu de spectacularités ou spécificités culturelles exploitables par le secteur touristique (contrairement au Mali par exemple). Elle n’évoque pas non plus de références ethnologiques notoires, qui affirmeraient une image « culturelle » plus riche. Quels sont donc les ressorts symboliques et sociaux qui garantissent et encouragent le succès de ces pratiques touristiques ?

  • 2  Le concept de représentation sociale fait référence à des réserves de savoirs pratiques, de tradit (...)

4L’analyse de discours promotionnels, des modalités d’activités « culturelles » proposées aux voyageurs, des présupposés que ces derniers entretiennent et des perceptions locales de l’Autre-touriste auxquelles ils se trouvent confrontés, met en scène des représentations2, stéréotypes et imaginaires sociaux récurrents, propres à ces espaces d’interlocution.

Spécificités du marché touristique sénégalais

  • 3  Ses plages facilement aménageables et la faiblesse de ses courants marins en font une région touri (...)
  • 4  Tous les mots en italiques dans le texte sont des citations de propos issus d’entretiens et tenus (...)

5Le tourisme international à destination du Sénégal s’est affirmé dans les années 1970, grâce à la mise en valeur de l’une de ses régions sud, la Casamance. Mais les tensions politiques qui s’y sont par la suite développées ont largement affaibli son attractivité touristique (Masurier, 1998). De nos jours, la destination Sénégal repose donc principalement sur la vente de séjours au sein de complexes hôteliers sur la Petite Côte3, à partir desquels sont proposés divers types de loisirs alliant le plaisir balnéaire à la découverte de « l’intérieur des terres »4.

Régions et sites touristiques du Sénégal

Régions et sites touristiques du Sénégal

Source : Vincent Turmine (Institut de recherche pour le développement – Dakar), 2008.

6Les infrastructures hôtelières et réceptifs touristiques appartiennent de manière quasi exclusive à des tour-opérateurs internationaux et des entreprises européennes privées. La promotion, la vente et l’organisation touristiques de la destination ne sont pas assurées par l’État sénégalais qui attire simplement ces investisseurs étrangers : il aménage certaines localités et perçoit les taxes relatives aux transports aériens et aux complexes hôteliers. Le secteur touristique représente donc une source importante de devises, dont l’organisation est « réservée » et confiée à des multinationales occidentales. Cette particularité structurelle du tourisme sénégalais a favorisé l’émergence d’un réseau d’acteurs et d’un marketing publicitaire spécifique, qui influencent et caractérisent largement l’image de la destination.

  • 5  En pleine saison touristique cependant, le nord du Sénégal subit des vents très frais et les tempé (...)

7Les touristes qui viennent séjourner au Sénégal proviennent principalement de pays émetteurs occidentaux (prédominance de la clientèle française, puis par ordre d’importance, belge, espagnole, suisse, et plus minoritairement, nord-américaine). Le marché touristique sénégalais fonctionne ainsi selon un calendrier saisonnier qui situe la « haute saison » entre les mois de novembre et mai, c’est-à-dire l’hiver et le printemps des pays du Nord. La destination est peu vendue le reste de l’année en raison des changements climatiques locaux (forte pluviométrie, chaleur et diffusion plus importante du paludisme, qui sont les critères d’un climat considéré comme « hostile » et « dangereux »)5.

8Grâce à la régularité des vols charters (une dizaine hebdomadaire), les flux de visiteurs les plus importants choisissent des séjours à forfait d’une semaine en moyenne. La majorité de ces voyages s’inscrivent dans la catégorie du « tourisme de masse », caractérisé par des activités balnéaires et excursions à caractère culturel très appréciées, ou des circuits itinérants en groupes organisés. Ce type de tourisme a néanmoins favorisé l’émergence de pratiques qui se veulent « alternatives », proposées par des voyagistes de moindre envergure spécialisés dans les séjours de découverte.

9Toutefois, nous l’avons dit, l’image de la destination Sénégal n’évoque pas d’aspects « traditionnels » spécifiques qui font habituellement largement référence à la « culture africaine », tels que les masques dogon du Mali ou les autels lobi du Burkina-Faso. Seule la région du Sénégal oriental (Kédougou) est valorisée depuis peu grâce à la promotion de « cérémonies rituelles » des « ethnies minoritaires » bassari et bedik, pour compenser la faible fréquentation touristique de la Casamance. Le Sénégal apparaît ainsi comme un pays moins stigmatisé sur le plan culturel que le reste du continent africain. Autrefois au centre de l’administration coloniale française en Afrique de l’Ouest, aujourd’hui l’un des pays les plus visités de cette région, il est en effet présenté comme la « Porte de l’Afrique ». L’image ambivalente de ce slogan, repris par de nombreux voyagistes européens et le Ministère du tourisme, avance à la fois l’idée d’un carrefour entre l’Occident et le continent africain et celle d’une représentation miniaturisée de ce dernier. Cette orientation marketing, qui s’est longtemps arrêtée à la promotion des loisirs balnéaires du littoral sénégalais, accompagne désormais le développement de pratiques de « tourisme culturel », fondées notamment sur la production et l’entretien d’un imaginaire primitiviste du « milieu rural africain ».

La magie culturelle du « tourisme de masse »

Découverte de la « Porte de l’Afrique »

  • 6  Nous avons réalisé, lors de séjours dans différents hôtels-clubs de la station balnéaire de Saly, (...)

10La station balnéaire aménagée autour du village de pêcheurs de Saly connaît chaque année une très forte affluence de touristes occidentaux. Elle concentre la plus grande partie des infrastructures de tour-opérateurs internationaux (ils représentent 80% du marché touristique sénégalais), tels que Nouvelles Frontières, Look Voyages, Jet Tours, Fram, le Club Méditerranée, TUI, etc. Ces derniers affrètent ou possèdent leurs propres compagnies aériennes6. D’autres localités de la Petite Côte accueillent de grands hôtels en bord de mer, tels que Nianing, Warang, ou encore la Somone.

  • 7  Nous avons complété les données obtenues au sein des clubs balnéaires de la Petite Côte par une en (...)

11L’enchantement exotique et tropical de la Petite Côte semble cependant laisser place depuis quelques années à un engouement certain pour un tourisme plus « culturel ». Les plages ensoleillées bordées de cocotiers ne constituent plus un critère de choix de séjour suffisamment important, et la place accordée aux pratiques touristiques de découverte s’est rapidement accrue. Les touristes qui séjournent dans ces clubs balnéaires sont ainsi de plus en plus nombreux à exprimer l’envie de découvrir « en profondeur » le continent africain, ses modes de vie et sa culture7.Les jugements critiques et médiatisés portés ces dernières années à l’encontre du « tourisme de plage » semblent avoir eu un effet notable sur l’évolution des pratiques touristiques proposées par les clubs de vacances. Au Sénégal, le nombre de ces visites dites culturelles a fortement augmenté : la clientèle logée dans les complexes hôteliers de la Petite Côte effectue désormais une moyenne de 3,5 excursions pour des villégiatures d’une durée de six jours.

12Ainsi, certains sites sont devenus des « lieux à voir » très fréquentés par ces excursions et caractérisent idéalement l’image ambivalente de la « Porte de l’Afrique » : l’île de Gorée classée au Patrimoine mondial de l’Unesco pour son histoire et son architecture coloniales liées au souvenir de l’esclavage, le lac Rose (arrivée du rallye Paris-Dakar), l’île de Fadiouth appelée « île aux coquillages » (voisine de Joal, ville de l’ancien président sénégalais et académicien français Léopold Sedar Senghor), les îles du Delta du Saloum (parc naturel visité en pirogue, également classé au Patrimoine mondial de l’Unesco), et enfin la réserve zoologique de Bandia dont la faune provient de différents pays du continent. Un dernier type d’excursion, la journée ou la soirée « brousse », effectuée en quad ou en bus, visite la zone rurale des régions de la Petite Côte et du Saloum. Cette dernière prestation est la plus vendue : elle consiste en plusieurs visites de « villages » (plus précisément de petites concessions villageoises isolées où vivent ensemble une à deux familles). En raison de son succès auprès des touristes, les autres excursions incluent également la plupart du temps au moins une visite de concession villageoise le long de leurs itinéraires.

  • 8  Les guides locaux sont des individus de nationalité sénégalaise, qui, par opposition aux « guides (...)

13Dans le même état d’esprit, ces touristes de clubs de vacances portent un intérêt croissant aux excursions organisées par des « guides locaux »8, qui proposent les mêmes programmes de visites à un tarif très inférieur. Selon ces guides, leur autre principal atout est d’offrir à leurs clients davantage de contact avec la « population locale ». En leur permettant de rencontrer leurs connaissances et entourage autour d’un thé ou d’un déjeuner, ils organisent « LA » rencontre culturelle tant attendue par ces touristes. Ceux-ci apprécient le ton personnalisé de leurs excursions et oublient très vite leurs craintes face à l’inconnu de « l’Afrique », ravis d’aborder « de l’intérieur » ses réalités socio-économiques.

14Les stéréotypes sociaux très médiatisés autour de la pauvreté, ses incertitudes et ses dangers, ne sont pas à négliger dans l’analyse des modalités de pratiques de tourisme balnéaire au Sénégal. Les touristes qui s’estiment « initiés » à des voyages sur le continent africain recommandent en général de s’y rendre une première fois dans un cadre hôtelier et balnéaire, avant d’y revenir (en louant une villa ou par le biais d’un séjour itinérant), toujours sous couvert d’une agence de voyage. Les déplacements selon le mode routard ou voyage indépendant sont ainsi souvent déconseillés : les images médiatiques négatives du continent africain limitent l’attraction et la fascination que celui-ci exerce. Les hôtels de la Petite Côte sont donc souvent fréquentés par des individus qui, face aux « insécurités de l’Afrique », ont opté pour des conditions de confort maximales, sans pour autant désirer initialement un séjour balnéaire classique.

  • 9  Nous avons participé à des circuits itinérants proposés par des tour-opérateurs internationaux. No (...)
  • 10  Ces citations sont présentées en exemple et sont issues des discours publicitaires des catalogues (...)

15Parallèlement aux programmes d’excursions de leurs hôtels-clubs, les grands tour-opérateurs internationaux ont développé des circuits itinérants, d’une durée moyenne d’une semaine également9. Ils concernent 30% environ de leur clientèle, et sont destinés à ceux qui refusent d’être associés aux touristes supposés « sots » et dénués d’intérêt culturel qui séjournent dans des clubs en bord de mer. Ces voyagistes leur proposent de découvrir un Sénégal marqué par une « nature pigmentée de couleurs chatoyantes », des « paysages forts en contrastes » et une « population accueillante et traditionnelle »10. Ces slogans répondent aux attentes d’une clientèle qui n’a, en général, jamais voyagé sur le continent africain et qui souhaite avoir un aperçu global du pays. Les circuits touristiques proposés traversent en effet un certain nombre de régions du Sénégal ; ils éveillent également l’intérêt des touristes quant aux conditions de vie de ses « populations locales ». Celles qu’il semble légitime de « rencontrer », d’un point de vue touristique, appartiennent au monde rural car elles sont présentées comme représentatives des « populations africaines ». Les attentes de cette catégorie de visiteurs ne sont pas très différentes de celles exprimées par les touristes de clubs participant à des excursions. Ces deux types de produits sont en outre proposés par les mêmes voyagistes : les circuits de découverte présentent pour la plupart un enchaînement des programmes d’excursions proposés en hôtel-clubs. Leurs itinéraires traversent en bus climatisé les quatre régions au nord-ouest de la Gambie et visitent la capitale Dakar, l’île de Gorée, le lac Rose, St Louis (ancienne capitale de l’Afrique occidentale française), le Parc du Djoudj (classé au Patrimoine mondial de l’Unesco), pour certains le désert de Loumpoul, puis les îles du Delta du Saloum (autour de Ndangane ou Toubacouta). Certains circuits se rendent également en Gambie, qui « remplace » par ses décors très verdoyants la Casamance, et la majorité d’entre eux se termine sur la Petite Côte (visite de Joal-Fadiouth et repos dans la station balnéaire de Saly).

16Les visites de concessions villageoises comprises dans ces circuits itinérants (en moyenne trois par séjour) connaissent également un franc succès auprès des touristes. Ces prestations sont organisées sans que ces derniers ni les villageois ne s’y attendent. L’enchantement des visiteurs naît donc de la surprise créée par des « rencontres » improvisées qui ne sont pas indiquées dans les programmes de découverte. L’analyse des modalités de ces visites permet de mesurer l’efficacité symbolique et le degré d’attractivité qu’exerce la mise en valeur de la ruralité sénégalaise au sein des volets culturels du « tourisme de masse » et de ses alternatives.

Visite enchantée d’une brousse « authentique »

  • 11  Nos excursions et circuits touristiques nous ont permis de participer à la visite de dix-neuf conc (...)

17Les guides professionnels des grands tour-opérateurs internationaux sont tous sénégalais et en général persuadés que seul le monde rural est digne d’intérêt dans la découverte de leur pays. Ce postulat, qui entre en résonance avec les directives marketing de leurs employeurs, repose sur l’a priori suivant : l’individu européen/occidental ne s’est pas déplacé en Afrique pour y voir des bâtiments en béton et des infrastructures qu’il possède déjà, selon des modèles en outre plus réussis. Il faut donc lui faire découvrir ce que le Sénégal recèle de plus « typique »11.

18Les guides procèdent de manière quasi identique lors des visites de concessions villageoises, et chacun d’entre eux en inclut un certain nombre dans ses itinéraires. Ils choisissent essentiellement ces concessions en fonction de leur habitat « traditionnel » (cases) et de la rusticité de leur mode de vie (absence d’électricité et d’eau, par exemple). Cependant, ils ne s’arrêtent pas dans les mêmes concessions à chacun de leur passage. En effet, il leur paraît largement souhaitable, tout autant qu’à leurs employeurs, que les habitants ne prennent pas « l’habitude » de ces visites, afin que leur improvisation bénéficie constamment d’un accueil « spontané » des touristes.

  • 12  Le wolof est la langue nationale la plus parlée au Sénégal, et la référence linguistique de la maj (...)
  • 13  La Petite Côte et le Saloum sont les régions où ont lieu la plupart des visites de concessions vil (...)

19Les guides demandent aux habitants (le plus souvent en wolof12) d’accueillir chez eux des groupes d’étrangers « amis » souhaitant connaître les « valeurs » d’un mode de vie qui leur est tout à fait inconnu. Les habitants des concessions villageoises acceptent en général ces visites, bien qu’aucun ne connaisse véritablement les liens économiques qui existent entre ces guides, leurs groupes et les voyagistes. Une fois les salutations effectuées, les guides expliquent aux visiteurs quelle est l’ethnie à laquelle appartiennent les habitants. Ces derniers sont en principe choisis pour leur appartenance sérère et peul ; ils peuvent ainsi être présentés comme membres d’« ethnies minoritaires » constituées principalement d’agriculteurs et d’éleveurs13. La plupart des guides appartiennent en effet à l’« ethnie » wolof ou toucouleur : ces deux catégories sociales, dont la première est démographiquement majoritaire dans le pays, sont localement davantage identifiées comme proches et issues des milieux urbains (elles auraient ainsi plus facilement accès à un mode de vie « évolué »). Ainsi, selon les guides, elles ne possèderaient plus de traditions ni de culture à exhiber, contrairement aux autres groupes sociaux minoritaires. Ces discours reflètent ici certains rapports de force socio-politiques présents au sein de la société sénégalaise.

  • 14  Le terme wolof téranga, traduit par les termes accueil et hospitalité, a été érigé en valeur natio (...)

20Les guides détaillent dans ces concessions l’organisation du quotidien, des travaux agricoles, les spécificités de l’habitat, les principes religieux observés. Ils invitent également leurs groupes à en faire le tour et à entrer à l’intérieur des cases, au sein desquelles sont présentés outils, mobiliers et ustensiles. Une fois revenus à l’entrée de la concession, les visiteurs sont parfois invités à piler le mil avec les femmes, ou encore se voient proposer de danser avec elles et les enfants sur quelques rythmes joués au tam-tam. Ces requêtes sont une initiative des guides dont n’ont pas connaissance les visiteurs, car ils entendent mettre en scène et démontrer des valeurs propres à la société sénégalaise sous leur forme la plus « authentique » : hospitalité (la « téranga sénégalaise »14), générosité et joie de vivre. Les habitants des concessions, quant à eux, croient devoir répondre à des attentes formulées par leurs hôtes qui ne connaîtraient ni le mil ni le tam-tam.

21Avant ces visites, les guides accompagnent leurs clients qui ont constitué une cagnotte et acheté des denrées pour les habitants (riz, bougies, savon, huile, pâtes, gâteaux, etc.). Ces « cadeaux » leur sont remis en fin de visite. Les guides expliquent aux touristes que ces dons sont localement d’usage courant lorsqu’une personne qui vit en ville rend visite à sa famille restée au village. Ils sont en effet composés de denrées auxquelles les habitants de ces zones rurales n’ont pas facilement accès. Mais dans ce contexte touristique, ces dons se veulent également le symbole d’un échange (et par extension parfois un « passe-droit »), car ils sont en réalité offerts pour remercier les habitants de leur accueil.

22Les concessions visitées se trouvent souvent à proximité d’une école, dans laquelle les guides amènent aussi leurs groupes à l’improviste et sont accueillis par un(e) instituteur(trice). Les touristes s’assoient à côté des élèves, observent la tenue de leurs cahiers et leur contenu, les encouragent dans leurs efforts, assistent à un quart d’heure de leçon, photographient le tableau et les enfants. Ces derniers leur chantent généralement une chanson en français au moment de leur départ, et les touristes, émus, distribuent à l’instituteur(trice) les cahiers et stylos qu’ils ont achetés. Ils notent également l’adresse de l’école pour y envoyer des fournitures scolaires dès leur retour en Europe.

23Les dispensaires font aussi l’objet de visites ; tout comme les marchés hebdomadaires à proximité des villages ou l’arrivée des pêcheurs dans les ports régionaux : ceux-ci retiennent particulièrement l’attention des touristes et leur apparaissent toujours très « exotiques » et « hauts en couleur ». Les concessions villageoises isolées sont donc « muséographiées », identifiées comme représentatives du « milieu rural africain », et très appréciées car « observables à l’état naturel».

24Ce modèle de visites et les représentations sociales primitivistes qu’ils véhiculent ont inspiré d’autres voyagistes qui, pourtant, n’inscrivent et n’associent pas leur politique touristique à celle du « tourisme de masse ». Ils n’empruntent pas non plus les mêmes réseaux d’acteurs, mais leurs discours marketing diffusent des idées reçues identiques, voire davantage stéréotypées. Ils développent une perspective plus mythologique de la « Porte de l’Afrique », ce qui accentue l’enchantement de leurs clientèles. Certaines des images préconçues de ces dernières sont ainsi à la fois entretenues et orientées, dessinant des représentations semblables à celles recueillies auprès des adeptes du « tourisme de masse ».

Les « profondeurs » du milieu rural sénégalais : adaptation touristique d’un exotisme à la mode

  • 15  Nous avons travaillé avec ces deux agences de voyage, installées à Dakar respectivement en 2001 et (...)

25De plus en plus d’excursions et de circuits touristiques sont ainsi vendus au Sénégal par des agences spécialisées dans le tourisme de découverte. Celles-ci souhaitent promouvoir un tourisme plus respectueux de l’environnement, des populations locales et de leur culture. Ces réceptifs sont installés à Dakar, St Louis ou sur la Petite Côte, et leur direction, pour la majorité, est assurée par des résidents européens ou des couples mixtes (européen/sénégalais). Les circuits de ces structures sont ciblés autour de certaines régions du sud du pays et s’effectuent en véhicules tout terrain (les tour-opérateurs utilisent des bus). L’accès routier vers ces régions est en effet relativement difficile et renforce ainsi l’impression de « s’enfoncer dans une Afrique sauvage ». Ces circuits sont construits en fonction d’un marketing touristique qui vise le « local », seul créneau de démarcation possible avec les produits des grands tour-opérateurs internationaux. Ils restent donc essentiellement orientés vers le monde rural, tout en incluant quelques visites des sites classiques très médiatisés (Gorée, St Louis, les îles du delta du Saloum) que demande aussi leur clientèle. Ces agences de voyage ont pour objectif de proposer une approche moins superficielle du pays au cours de séjours d’une à deux semaines conçus pour de petits groupes (des familles, couples et petits groupes d’amis), qui évoluent dans des zones rurales délimitées mais inexploitées par le « tourisme de masse ». Elles attirent ainsi des visiteurs habitués à voyager de manière indépendante, mais pour lesquels, à l’instar des touristes de clubs de vacances, le relais de l’agence de voyage est un gage de sécurité. Ces réceptifs captent ainsi une frange croissante de la population touristique internationale qui aspire à davantage d’individualité. Nous prendrons pour exemple l’organisation des activités touristiques de deux de ces structures : les agences X et Y15.

Quelques paradoxes d’un tourisme « respectueux des populations locales »

26L’agence X possède une clientèle constituée de résidents européens dakarois (corps de l’armée, enseignants, cadres de multinationales) et de touristes clients de tour-opérateurs français et belges de petite envergure (par exemple Terres d’Afrique). Son directeur est un ancien cartographe français qui a travaillé en Afrique de l’Ouest. Certains circuits de l’agence sont organisés au Mali, en Mauritanie et au Cap-Vert. Les régions qu’ils traversent au Sénégal sont les milieux ruraux du Saloum, du Sénégal oriental et de la Casamance. Le sud du pays est plus précisément défini par cette agence comme une « porte d’entrée sur l’Afrique » qui permet un « voyage au bout du monde ». Selon ce discours publicitaire, les régions du sud abritent des « ethnies » chrétiennes minoritaires (diola, bassari et bedik) qui vivent au sein de décors plus « conformes » à l’image classique que l’Occident se fait de la partie sub-saharienne du continent (villages de « cases traditionnelles » construites en terre cuite et en chaume au milieu de paysages ocres, verdoyants et vallonnés). Les régions du nord du Sénégal possèdent en effet des paysages sahéliens, désertiques par endroits, et sont souvent stigmatisées dans les milieux occidentaux par les traditions islamiques très ancrées de leurs populations. Les régions du sud apparaissent donc, par comparaison,luxuriantes et plus riches sur le plan culturel, grâce à une variété « ethnique » et « traditionnelle » et des croyances dites animistes « typiquement africaines ». En outre, les régions ciblées étant peu fréquentées par les circuits du « tourisme de masse », il serait plus facile d’y établir, selon le directeur de l’agence X, des relations humaines« authentiques » et « sincères » entre les touristes et les « populations rurales », c’est-à-dire des rapports dénués localement de toute attente financière.

27Souvent adepte du Guide du Routard ou du Lonely Planet, la clientèle de l’agence X souhaite justement participer à un voyage riche en échanges avec des individus issus de ces fameuses « populations locales ». Pour répondre à ces attentes, l’agence X possède une politique touristique spécifique : ses chauffeurs sont des « accompagnants », leurs rôles auprès des touristes dépassent largement celui de la simple logistique alors que les autres structures de voyage distinguent les statuts de chauffeur et de guide-accompagnateur. L’agence travaille parallèlement avec des guides locaux, dont elle s’est assurée qu’ils étaient natifs de chacune des régions visitées. Elle souhaite en effet mettre ses clients en contact avec des personnes qui connaissent parfaitement les réalités des localités qui leur sont présentées. Selon son directeur, un « guide wolof » est incapable de décrire une région « à dominante culturelle peul ou sérère » car il n’en connaît ni la langue ni les mœurs et activités économiques.En outre, les guides professionnels sont, à ses yeux, trop « formatés » et adeptes du divertissement, attitude supposée à l’encontre de l’apprentissage culturel que prône l’agence X pour ses clients. Le principe est donc le suivant : ne pas proposer de mise en scène mais de l’authenticité. La rencontre avec « les populations locales » qui est ici vendue correspond donc à celle dont les clients font l’expérience avec leurs chauffeurs-accompagnants et les guides qui leur font apprécier le milieu rural sénégalais. Sont choisis pour cela des interlocuteurs qui maîtrisent relativement bien le français et qui sont issus de classes sociales peu aisées (lesquelles seraient plus au coeur des « réalités sociales africaines » types).

28Cependant, ce personnel local cerne peu les objectifs de la politique touristique de son employeur et tend donc à accentuer l’aspect folklorique des réalités sociales locales qu’il présente. Les maladresses des chauffeurs et des guides proviennent en grande partie de leurs difficultés à jouer eux-mêmes le rôle d’éléments socioculturels caractéristiques de l’« authenticité africaine » mise en tourisme par leur agence, qui correspond aussi à un ensemble de stéréotypes dont la plupart de ses clients sont porteurs. Maîtrisant mal les enjeux idéologiques de ces représentations, le personnel local de l’agence X entretient donc auprès de ses touristes nombre d’idées reçues, par simple jeu d’imitation ou une relative distanciation dans leurs rapports avec les « populations locales » visitées. Les visites de concessions villageoises qu’ils effectuent par exemple sont aussi caricaturales que celles présentées plus haut pour les groupes de tour-opérateurs, alors qu’elles ont lieu dans les mêmes concessions lors de chaque circuit et dépendent de relations interpersonnelles, voire familiales, entre les guides locaux et leurs habitants. De plus, pour préserver « l’accueil spontané » de ces derniers et éviter qu’ils ne sollicitent financièrement leurs hôtes, le personnel de l’agence X remet à chaque visite de l’argent aux chefs de villages, à l’insu des touristes qu’ils incitent en revanche à faire des dons personnels (de vieux vêtements par exemple), ou à acheter des produits artisanaux fabriqués par les villageois eux-mêmes. Selon le directeur de l’agence, l’achat de denrées donnerait paradoxalement un ton trop « décalé » et « humanitaire » à la visite de ces concessions.

29Enfin, cette agence présente la réalité sociale sénégalaise par le biais de microprojets de développement qui procèdent d’une aide individualisée et ciblée (financement d’une école ou réalisation d’un puits dans une localité particulière). Elle soutient une politique relative à l’éthique du tourisme responsable et renforce ainsi ses propres choix touristiques auprès d’interlocuteurs locaux bien choisis. Par exemple, le soutien d’un campement local à côté de Kédougou a permis d’en faire le principal lieu de passage de ses circuits dans la région. Tenu par une jeune femme célibataire et mère de famille en milieu rural, il est devenu pour la majorité des touristes de l’agence le symbole d’un féminisme à contre-courant d’une société bedik « traditionnelle et conservatrice », de telle sorte qu’un séjour dans ce campement constitue pour eux un moment « fort » et « inoubliable ».

30L’agence Y propose du tourisme solidaire, bien que son directeur français se détache de ce concept au fur et à mesure de l’évolution de ses activités. Son site internet continue d’utiliser toutefois cet argument de vente pour ses circuits. Ancien employé d’un service marketing, c’est à la suite d’un séjour touristique détesté à Saly qu’il revient s’installer à Dakar en famille pour y établir une agence de voyage, orientée vers les produits culturels qu’offrent les différentes « ethnies » sénégalaises du sud du pays (présentation de leur histoire, coutumes, danses, cérémonies, activités agricoles, spécialités culinaires, pratiques religieuses). Selon le directeur de l’agence, le seul moyen de contrebalancer un tourisme balnéaire qu’il juge sans intérêt est d’investirdans les aspects « culturels » et « authentiques » de zones rurales reculées, où les populations seraient plus accueillantes.

31En tant que directeur et guide principal de ce réceptif, il a construit ses circuits touristiques autour de villages des régions du Saloum et du Sénégal oriental, dans lesquels ses touristes sont reçus durant deux à trois jours parmi leurs habitants. Son projet est de permettre aux touristes de vivre deux à trois jours parmi leurs habitants. Il a en effet développé son activité en apprenant parfaitement le wolof, et en réalisant durant trois ans des séjours répétés au sein de ces localités, dans lesquelles il choisissait de vivre directement chez l’habitant. Il s’est ainsi constitué un tissu social important, a acquis une parfaite connaissance de ces villages et des familles qui les composent, avant d’y revenir avec de petits groupes de touristes. Considérant a priori toute valorisation culturelle très bénéfique pour les populations visitées, cette agence a donc tenté de mettre à profit certains aspects du principe de la « téranga sénégalaise ».

32Les clients de l’agence Y prennent contact avec celle-ci via internet : l’épouse du directeur, française également, se charge d’échanger longuement avec eux avant leur arrivée au sujet des modalités de leur séjour, qu’ils peuvent aussi concevoir à la carte. Elle leur procure des conseils personnalisés et les sensibilise à la notion de « développement durable », question qui éveille particulièrement leur intérêt. Ces touristes sont en effet en quête de dépaysement et de rupture avec « une civilisation occidentale superficielle et polluée par sa société de consommation ». La politique de l’agence s’appuie sur la charte de l’éthique du tourisme responsable et entend élaborer à long terme des projets de développement avec les habitants des localités qui « participent » à son activité. Ses circuits sont principalement composés depromenades dans les villages et les champs agricoles, de visites de marchés, de salutations aux chefs de village et aux familles, de participation improvisée aux événements familiaux, de balades en pirogues, de visites aux marabouts, etc. Le principe est de se déplacer et discuter avec l’habitant, tandis que le guide reste le principal intermédiaire entre les touristes et les résidents locaux qu’il connaît personnellement. Cette logique vise à garantir un accueil spontané et la préservation de « relations authentiques » avec ces populations rurales, à condition qu’il leur en soit dit le moins possible sur les activités touristiques de l’agence.

33Celle-ci, par exemple, confie peu souvent ses groupes à des guides sénégalais, professionnels ou non. Selon son directeur, il est impossible qu’ils puissent travailler selon les principes de l’agence sans quémander des pourboires faramineux auprès des touristes, car « les Sénégalais [seraient] de nature à faire n’importe quoi pour de l’argent ».L’agence Y est certainement la seule structure du pays à posséder un guide français. Celui-ci joue de cette carte maîtresse auprès de sa clientèle et suscite son admiration pour ses qualités d’« intégration », ainsi que sa maîtrise d’un « dialecte africain ». Les touristes avec lesquels ils voyagent sont tous enchantés de ses prestations qui leur font connaître le « vrai Sénégal ». Cependant, cette qualité participe surtout à une mise en scène touristique qui accentue la fascination des visiteurs dans leur découverte du milieu rural sénégalais. En réalité les villages visités par l’agence Y sont tous de « langue maternelle » soccé ou peul, le wolof y est peu utilisé, si ce n’est comme langue véhiculaire par une minorité des habitants. Recourir au wolof ne permet donc pas de présenter « la culture sénégalaise » comme l’agence se propose de le faire, car cette langue se réfère à des pratiques et codes sociaux spécifiques, qui concernent peu les individus rencontrés.

Les clichés de « l’Afrique rurale » au fondement de l’industrie du dépaysement

34Les voyagistes X et Y construisent une forme d’enchantement touristique et de valorisation primitiviste beaucoup plus poussée que celle proposée par les activités des tour-opérateurs internationaux. Ils présentent en effet le monde rural sénégalais comme le cadre d’une « vraie rencontre » des populations africaines éloignées et préservées du contact avec l’Occident. Cette mythologie est accentuée par des représentations plus catégoriques, que nourrit la majorité des agences spécialisées dans le tourisme de découverte au Sénégal. Les villes, en effet, ne participent pas à cette vision romantique du continent africain, car elles seraient dénuées de rapports humains « authentiques », davantage perverties par les aspects négatifs de la pauvreté, possèderaient des infrastructures anarchiques et ne seraient qu’une mauvaise imitation de la société occidentale, incapables de suivre les « courants évolutifs de la modernisation ». Elles sont donc exclues par ces voyagistes des discours et procédés d’évasion touristique. Cette fascination pour le « monde rural africain » est donc plus forte auprès de ceux qui participent à un circuit de découverte conçu pour un tourisme « respectueux » (cf. agences X et Y), dont l’objectif est de promouvoir « la véritable Afrique ». Les représentations primitivistes qui entourent ce continent, bien que présentées ici sous leur aspect le plus positif, comblent ces voyageurs en quête d’apprentissage et d’échange culturels, et ce d’autant plus que leurs séjours sont de courte durée. Ces « rencontres » avec l’Autre ne manquent donc pas de mettre en exergue dans leurs discours un ensemble de stéréotypes bien spécifiques.

35Selon les données que nous avons recueillies, il n’existe pas de différence particulière concernant les caractéristiques sociales, professionnelles et culturelles des touristes qui choisissent un séjour en hôtel-club, un circuit itinérant proposé par un tour-opérateur international ou une agence de voyage spécialisée et orientée vers un « tourisme plus respectueux ». Ces trois types d’organisation touristique accueillent des individus de tranches d’âge similaires, bien que les 60-70 ans optent davantage pour les séjours « sécurisés » et confortables des tour-opérateurs. Nous avons surtout noté, parmi l’ensemble de ces différents groupes de visiteurs souhaitant « découvrir le Sénégal », la récurrence d’imaginaires socioculturels spécifiques et relatifs au continent africain, entretenus par ces multiples contextes de promotion touristique. Par le biais d’excursions et de circuits à vocation culturelle, les touristes souhaitent participer à un voyage qui leur permette d’agir, de connaître et comprendre des modes de vie différents. À leurs yeux, le « village » et ses spécificités traditionnelles et ethniques demeurent le cœur du continent africain.Les images qu’ils en retiennent relèvent souvent de la caricature et le peu d’échange avec les « populations locales », notamment en raison des barrières linguistiques, importe finalement peu. Ce qui compte est de voir le pays et ses populations sous leurs aspects les plus « typiques ».

36Ces considérations très stéréotypées amènent souvent les visiteurs à manifester un sentiment de répulsion à l’égard de ce qu’ils observent des modes de vie locaux. Les visites de concessions villageoises leur fournissent ainsi l’occasion de procéder à une évaluation simpliste, souvent moralisatrice, de l’état de sous-développement qu’ils découvrent. Certains points, tels que la pratique de la religion islamique et de la polygamie (symboles alors d’un mode de vie « non civilisé »), l’absence de contrôle démographique, le manque de scolarisation des enfants, l’insalubrité, sont assimilés à des faits sociaux handicapants pour le « progrès » du pays. Ils apparaissent, dans les discours des visiteurs, caractéristiques de « mœurs africaines » restées en marge de toute modernité : la « population sénégalaise » entretiendrait donc elle-même cette situation économique de sous-développement, répondant au vieux cliché occidental de l’improductivité et de la paresse des individus africains.

37Ces discours sont inscrits dans un processus bien connu de « fascination répulsive » (Jewsiewicki, 1991 : 27) qui caractérise généralement la plupart des représentations européennes/occidentales ayant pour objet « l’Afrique ». Parallèlement, ils valorisent un certain nombre de qualités estimées propres à ces mêmes populations locales. Gentillesse, simplicité, ingéniosité, contact chaleureux et partage spontané sont les vertus principales que les touristes associent généralement aux habitants des zones rurales visitées. Les séries de photos qu’ils effectuent correspondent également aux images naïves qu’ils garderont de leur séjour : des portraits mettant en valeur « la beauté et la sincérité de visages souriants », « l’élégance des femmes en tenues traditionnelles très colorées », ou encore des enfants « joyeux et tendres ». Les cases – ainsi que leur rusticité – retiennent également l’attention particulière de ces touristes. L’ensemble de ces éléments leur paraissent insolites et font écho aux illustrations des guides et autres ouvrages publiés dans les pays du Nord pour décrire « l’Afrique ». Les touristes vivent en effet leur séjour en fonction des souvenirs qu’ils valoriseront de retour chez eux, ceux-ci s’accordant en général avec les conceptions exotiques qui caractérisent les récits de grands voyages au coeur de sociétés africaines.

38Les pratiques de « tourisme culturel » que nous avons décrites animent un ensemble de clichés qui fonde l’efficacité de cette industrie du dépaysement. Ils supportent en effet « la promotion d’une éthique de l’interculturalité, de la rencontre, de l’ouverture et de la paix » (Doquet, Evrard, 2008 : 13), qui détermine ce qu’est un « bon » tourisme.

39C’est selon cette perspective très stéréotypée que doivent s’orienter les discours des guides et accompagnateurs, mais cela va-t-il réellement de soi ? Il semble au contraire que les acteurs locaux qui participent à cette « rencontre » de l’Autre-touriste n’appuient l’efficacité de sa symbolique que de manière très paradoxale.

Perceptions et enjeux locaux du « tourisme culturel » en milieu rural

Ambivalences discursives sur fond de valorisation identitaire

40Les discours recueillis auprès des groupes de touristes ne sont pas uniquement construits par les stéréotypes qu’ils emportent et entretiennent au cours de leurs séjours, ou les politiques marketing des voyagistes qui vendent un monde rural « africain » et « traditionnel ».

41Les représentations sociales que les guides possèdent vis-à-vis des visiteurs occidentaux tendent aussi à alimenter la quête d’exotisme de ces derniers. Considérés comme des éléments socioculturels de cet environnement « sous-développé » qui interpelle tant les touristes, les guides sont régulièrement conviés aux débats que cette question initie, en tant que « traducteurs » des faits sociaux observés. Or, la plupart d’entre eux estiment ces questionnements stériles car ils ne reposent que sur des observations faites en contexte touristique, par ailleurs porteuses de connotations paternalistes. Nombre de guides et d’accompagnateurs adoptent donc souvent un comportement ambivalent à l’égard de leurs groupes. Ils se réfugient par exemple dans l’usage systématique de la langue wolof avec le personnel hôtelier ou les chauffeurs, matérialisant une frontière identitaire qui exclut largement les touristes, francophones comme eux pour la majorité. Cependant, cette attitude très distante reste souvent « compensée » lors des excursions où les guides tentent de satisfaire au maximum la curiosité de leurs clients.

42L’analyse des discours et présentations touristiques des concessions villageoises visitées révèle d’autres contradictions et ambivalences plus subtiles, qui renforcent finalement les images réductrices et stéréotypées que retiennent les groupes de voyageurs.

43Rares sont les guides qui semblent conscients des images primitivistes qu’ils peuvent à leur tour véhiculer. Leur statut social plus élevé que celui des habitants de ces concessions est un élément qui accentue un certain manque de recul sur leur activité. Ces derniers sont en effet souvent considérés localement comme des individus « simplistes », car peu d’entre eux sont scolarisés ou ont accès aux outils de communication et d’information « modernes ». En outre, ils ne parlent généralement pas la langue des touristes. Ce contexte social local permet l’émergence de propos ponctués d’inexactitudes, voire de caricatures, au sujet des modes de vie que les guides « décrivent ». De plus, face à des visiteurs qui comparent constamment leur niveau de vie et leur société à ceux de leurs hôtes, ils tentent souvent d’anticiper les principaux a priori de leurs clients. Les guides procèdent ainsi à des explications très simplificatrices de la réalité locale, dans le souci initial d’éviter la production de nouveaux préjugés. Ils savent, par exemple, que le dénuement matériel de ces concessions répond à l’image misérabiliste que la plupart des touristes se font de « l’Afrique » et les choque à chaque visite. Les guides ont donc à cœur de présenter des villageois très « dignes », qui ne recherchent pas la propriété matérielle, mais se contentent de vivre avec ce qu’ils ont, par opposition aux modes de vie inspirés de la société de consommation. Ces propos sont aussi caractéristiques des discours locaux tenus en milieu urbain, auquel les guides appartiennent en majorité. Le lien social avec les populations rurales relativement emblématique : vivre en ville est un symbole d’ascension sociale, de mieux-être et de réussite, tandis que le village représente souvent la pauvreté, l’inconfort, et des conditions de vie difficiles qu’il est souhaitable d’améliorer ou de fuir.

44Cependant, comme bon nombre d’individus sénégalais issus de ces milieux urbains, les guides ont à cœur de dissocier le milieu rural du symbole de misère qu’il peut représenter, notamment pour des étrangers occidentaux. Ils remettent donc en cause l’utilisation même de la notion de « pauvreté », et, en tant qu’ambassadeurs de leur pays, tentent de contrebalancer les images dépréciatives que ces prestations touristiques pourraient lui attribuer. Ils insistent par exemple sur la « nature joyeuse » des populations rurales, constamment animées du « sens du partage » qui annihile en elles toute souffrance ou manque dus à un contexte d’inconfort. Celui-ci est même présenté comme le résultat d’un effet de comparaison avec les sociétés matérialistes occidentales. Les guides parviennent ainsi à convaincre leurs touristes, parfois gênés d’entrer dans l’intimité des concessions et se jugeant eux-mêmes voyeuristes, que ces considérations n’effleurent pas l’esprit de leurs hôtes, toujours prêts à accueillir n’importe quel visiteur. Il est vrai que l’accueil des étrangers en milieu rural s’effectue selon des modalités beaucoup plus simples qu’en milieu urbain.

45Ces guides croient en leurs discours et souhaitent mettre en avant des « valeurs » qui permettent de gommer la difficulté de ces conditions de vie que les touristes pourraient essentiellement retenir. Ce discours de diversion possède une forte connotation identitaire. Cependant, bien qu’elles ne se soient pas développées dans une perspective de valorisation primitiviste, ses références entrent en résonance avec celles des touristes et des voyagistes adeptes du « tourisme culturel ». Maîtrisant mal en effet les enjeux des représentations sociales qu’ils exposent, les guides présentent finalement ce monde rural comme un lieu préservé de la mondialisation et du contact avec l’Occident, dépositaire de « valeurs perdues » telles que la solidarité et l’autosubsistance. De telles images atténuent par ailleurs le sentiment de culpabilité de la plupart des visiteurs et révisent leur volonté idéaliste de vouloir soulager la pauvreté de leurs hôtes. Elles rejoignent donc, sans intention initiale de répondre à une quête exotique des « vertus africaines », les directives des voyagistes qui vantent l’authenticité des modes de vie ruraux sénégalais et accentuent les stéréotypes naïfs développés dans ce contexte touristique.

Une frontière poreuse entre loisir et aide au développement

  • 16  Des enquêtes sur la Petite Côte et dans le Saloum nous ont amené à effectuer des entretiens semi d (...)

46Les habitants des concessions villageoises possèdent eux aussi un ensemble d’images spécifiques qui oriente et accentue les représentations sociales que les touristes construisent au sujet des localités qu’ils découvrent16. Les habitants sont en général enchantés et considèrent ces visites comme un « divertissement », méconnaissant totalement les raisons qui amènent leurs hôtes. Leur quotidien et leur cadre de vie sont entièrement exposés, mais ils n’y voient pour la plupart aucun inconvénient : il ne s’agit pour eux que d’un décor apparent observable par n’importe quel visiteur. L’une des stratégies des habitants de ces concessions consiste en réalité à utiliser les nombreuses photos que leurs visiteurs réalisent dans ce cadre quotidien pour le mettre en scène. Nombre d’entre eux se laissent en effet photographier, bien que cette pratique ne les mette pas à l’aise et qu’ils ignorent l’usage de ces images. Ils entretiennent simplement l’espoir que ces hôtes leur feront parvenir une aide financière de retour chez eux, grâce au souvenir concret de leurs difficultés matérielles. La plupart de ces villageois ont en effet compris que les touristes ne savent pas réellement évaluer leur niveau de pauvreté mais qu’ils attachent une grande importance à l’apparence de ce cadre de vie. Celui-ci ne constitue pas aux yeux de ses habitants un indicateur fiable de leur niveau de revenus : posséder un cheptel de bovins et vivre dans une case ne place pas nécessairement leur propriétaire en dessous du seuil de pauvreté, ce qui bien sûr n’est pas expliqué aux touristes. Les denrées offertes par ces derniers dans les concessions incitent en outre leurs habitants à ne retenir de ces visites qu’une volonté de soulager le manque de moyens apparent des populations visitées.

47Cette indifférenciation entre loisir et aide au développement rejoint certaines représentations locales de l’individu occidental. En milieu rural particulièrement, il est constamment imaginé à l’abri du dénuement matériel. Par extension, il est également « celui qui aide » (car il en a pleinement les moyens) et qui donne ce que des « Africains », mêmes aisés, n’offriraient pas. L’individu occidental est donc apprécié pour ne pas être indifférent aux difficultés de l’Autre. La plupart des habitants de ces concessions villageoises précisent en outre qu’il donne sans rien attendre en retour, ce qui les encourage fortement à accepter ses gestes. Ils refuseraient à l’inverse des dons identiques de la part d’individus issus de leur propre société, afin d’éviter tout contexte de dette et d’humiliation publique. Les normes sociales locales ne reconnaissent pas l’existence du don gratuit, sauf dans les sociétés dont sont issus les individus occidentaux. Les visites touristiques récurrentes dans ce milieu rural ne sont donc pas comprises autrement que comme une nouvelle source de financement possible pour ses populations. Les habitants des concessions villageoises ont en effet constaté que le tourisme a beaucoup transformé et « amélioré » les conditions de vie des villages côtiers, qui étaient auparavant de simples bourgades de pêcheurs (Saly, Nianing, la Somone, etc.).

48De plus, les ONG, très nombreuses dans le milieu rural sénégalais, relaient des discours d’aide au développement que les habitants des concessions villageoises maîtrisent parfaitement. En adaptant cette logique au secteur touristique, ils projettent donc sur les buts de ces visites leurs propres souhaits de projets humanitaires (puits, pompes à eau, dispensaire, électricité), à l’image de ceux réalisés par les ONG. Il arrive en outre que certains touristes prennent de tels engagements lors de leur passage, ce qui renforce le principe de mise en scène de ce quotidien présenté comme « sous-développé ».

49S’il n’existait pas cette importante barrière linguistique entre les touristes et leurs hôtes, que certains parviennent cependant à dépasser, leur « rencontre » serait constamment soumise à des sollicitations financières. Cette inadéquation entre les représentations sociales des touristes et des habitants de ces concessions reste souvent imperceptible aux yeux des premiers, car elle est masquée par les rapports sociaux antagonistes que les seconds entretiennent avec les guides. La méconnaissance de ces conflits latents accentue les images simplistes que les touristes retiennent de leurs passages, puisqu’ils n’ont pas accès au contenu des échanges entre leurs accompagnateurs et leurs hôtes. Ces derniers insistent en effet tout au long des visites pour soumettre leurs doléances aux touristes. Les guides ayant connaissance des enjeux et difficultés que cela impliquerait (la grande majorité des visiteurs se sent rarement l’âme d’un agent humanitaire et entend profiter de ses activités de loisirs qui incluent ces visites en milieu rural), refusent systématiquement de les transmettre. Les guides peuvent donc souvent être considérés par les habitants de ces concessions comme des individus ingrats et malhonnêtes. Ces mêmes représentations sociales locales mettent par exemple en péril les activités de l’agence Y précédemment citée, ainsi que ses objectifs. Ses clients ignorent ainsi qu’elle se limite à un soutien personnalisé et informel de certaines familles des localités visitées. L’amalgame qui existe localement entre aide au développement et tourisme implique en effet un mode d’échange de bons procédés pouvant largement contraindre les attentes des visiteurs et des voyagistes : ces concessions sont choisies, sur le plan touristique, pour la valeur exotique de leur rusticité, tandis que leurs habitants souhaitent, grâce à ces « rencontres culturelles », accéder à de meilleures conditions de vie.

Conclusion

50Le succès grandissant de ces différentes pratiques de « tourisme culturel » au Sénégal s’appuie sur une éthique de la connaissance de l’Autre, qui fétichise ce dernier au sein d’un environnement rural présenté comme « reculé » et éloigné de toute « civilisation ». Ce succès est en outre appuyé par les logiques et discours pragmatiques des acteurs locaux, qui, maîtrisant mal les enjeux de ces « rencontres » touristiques, alimentent par effet d’ambivalence ce même corpus d’images stéréotypées et surfaites.

51On peut considérer que les principes que nous avons analysés fonctionnent en raison de la courte durée des séjours proposés, dépendants de mises en scène et voués au loisir et au dépaysement des touristes. L’implication de ces derniers dans la réalité sociale qu’ils côtoient, par le biais de séjours plus longs, récurrents, davantage au contact des « populations locales » et en dehors des cadres d’organisation de voyagistes, ferait-elle disparaître la superficialité qui caractérise cette relation à l’Autre ? Les paradoxes inscrits dans les espaces d’interlocution et d’interculturalité auxquels nous nous sommes intéressés favorisent en effet quelques réflexions quant à l’émergence de frontières et catégories sociales qui pourraient ne pas être uniquement circonscrites à ces formes de tourisme « classiques ».

Top of page

Bibliography

Courade  G. (dir.) 2006. L’Afrique des idées reçues. Paris, Belin.

Doquet A., Le Menestrel S. (dirs) 2006. Tourisme culturel, réseaux et recompositions sociales, Autrepart. Revue de sciences sociales au Sud 40.

Doquet A., Evrard O. (dirs) 2008. Tourisme, mobilités et altérités contemporaines, Civilisations LVII(1-2).

Duval M. 2000. Deux catégories de l’altérité : entre fascination et répulsion, Ethnologies comparées 1 [http://alor.univmontp3.fr/cerce/r1/m.d.htm].

Jewsiewicki B. 1991. Le primitivisme, le colonialisme, les antiquités « nègres » et la question nationale, Cahiers d’Études africaines XXXI(1-2) : 191-213.

Masurier D. 1998. Hôtes et touristes au Sénégal : imaginaires et relations touristique de l’exotisme. Paris, L’Harmattan.

Michel F. (dir.) 1998. Vers la touristification de la planète ? Tourismes, touristes, sociétés : 9-16.

Séca J.-M. 2001. Les représentations sociales. Paris, Armand Colin.

Top of page

Notes

1  Notre travail de thèse s’appuie sur des enquêtes qualitatives réalisées au cours de différents longs séjours au Sénégal (2005-2008). Nous parlerons dans cet article de différents contextes de « tourisme culturel », qui n’entrent pas tous en adéquation avec la définition qui le classe dans une catégorie de pratiques émergentes (tourisme éthique, respectueux, équitable, etc.). Selon Doquet et Le Menestrel (2006 : 4), « malgré ses contours imprécis, [le tourisme culturel] revêt un sens dès lors qu’il est utilisé par les différents protagonistes du monde qu’il désigne. » Nous décrirons donc des pratiques qui répondent à une volonté des acteurs qu’elles concernent de les identifier comme « culturelles », aussi bien dans des contextes de « tourisme de masse » que de « tourisme solidaire ».

2  Le concept de représentation sociale fait référence à des réserves de savoirs pratiques, de traditions et d’idéologies. Ces dernières construisent des opinions, des images, des attitudes, des préjugés, des stéréotypes, ou encore des croyances et constituent un assemblage de références activées selon les finalités et les intérêts des acteurs sociaux qui s’en servent (Séca, 2001). Les représentations sociales sont donc des entités élaborées dans des rapports entre groupes sociaux, attachées à des positions ou à des statuts inscrits dans une logique de jugements et d’actions.

3  Ses plages facilement aménageables et la faiblesse de ses courants marins en font une région touristique privilégiée, par opposition à la Grande Côte (entre Dakar et St Louis) dont le littoral est plus dangereux. La station balnéaire de Saly y a été ouverte en 1981.

4  Tous les mots en italiques dans le texte sont des citations de propos issus d’entretiens et tenus par les interlocuteurs cités, ou de fragments de textes récurrents dans les brochures touristiques.

5  En pleine saison touristique cependant, le nord du Sénégal subit des vents très frais et les températures de l’océan sur la Petite Côte n’excèdent pas 18° C. Cette réalité climatique est rarement annoncée par les voyagistes et déçoit souvent les touristes en quête de chaleur exotique.

6  Nous avons réalisé, lors de séjours dans différents hôtels-clubs de la station balnéaire de Saly, des séries d’enquêtes utilisant des techniques d’observation participante, complétées par des entretiens informels, parmi la clientèle de grands groupes touristiques.

7  Nous avons complété les données obtenues au sein des clubs balnéaires de la Petite Côte par une enquête dans les salles d’embarquement de l’aéroport international L.S. Senghor de Dakar. Nous y avons interrogé cent quatre-vingt-dix-huit touristes de nationalité européenne par le biais de cent vingt-cinq questionnaires en fin de séjour au Sénégal. Ces questionnaires constituaient la base de courts entretiens semi directifs auxquels ont en général participé une à trois personnes partageant le même voyage. 95% de cette clientèle de charters hebdomadaires provient des complexes hôteliers de la station balnéaire de Saly et ses environs. L’analyse de ces données nous a permis de constater l’extrême hétérogénéité des catégories socioprofessionnelles et classes sociales auxquelles appartiennent les touristes interrogés (agriculteurs, commerçants, mécaniciens, avocats, infirmiers, agents immobiliers, secrétaire, médecins, enseignants, directeur d’entreprise, commercial, etc.). 98% d’entre eux viennent pour la première fois au Sénégal, voire en « Afrique noire ». 97% de ces touristes ont également été en vacances au Maroc ou en Tunisie avant de voyager plus au sud du Sahara. 1% d’entre eux environ a visité le Kenya, Madagascar, l’Afrique du Sud, le Rwanda, ou encore les pays limitrophes du Sénégal pour avoir mené une carrière professionnelle en Afrique de l’Ouest.

8  Les guides locaux sont des individus de nationalité sénégalaise, qui, par opposition aux « guides professionnels », résident pour la plupart dans les localités touristiques citées ou leurs environs (certains en sont natifs), mais n’ont reçu aucune formation pour ce métier. Beaucoup exercent en effet celui de commerçant ambulant, et « se reconvertissent » dès qu’ils en ont l’opportunité.

9  Nous avons participé à des circuits itinérants proposés par des tour-opérateurs internationaux. Nous avons utilisé des techniques d’observation participante en nous mêlant à la fois aux groupes de touristes et au personnel des agences de voyage et des hôtels. Ces circuits regroupaient chacun quinze à vingt-huit touristes, un guide et un chauffeur. Nos données ont également été complétées par des entretiens non directifs effectués avec des touristes ayant participé à ces circuits, entre trois et six mois après leur retour en France. Enfin, nous avons parallèlement participé à des excursions composées chacune de dix à trente touristes.

10  Ces citations sont présentées en exemple et sont issues des discours publicitaires des catalogues de voyagistes internationaux pour la saison 2006.

11  Nos excursions et circuits touristiques nous ont permis de participer à la visite de dix-neuf concessions villageoises, dont la plupart sont situées dans l’arrière-pays de la zone de Touba et de l’axe routier Mbour-Joal. Nous avons pu y observer la présentation de huit guides, ce qui nous permet de présenter des éléments récurrents dans l’organisation de ces visites. Nos données ont été complétées par des entretiens non directifs avec ces derniers (la plupart d’entre eux forme un milieu d’interconnaissance).

12  Le wolof est la langue nationale la plus parlée au Sénégal, et la référence linguistique de la majorité de ses centres urbains.

13  La Petite Côte et le Saloum sont les régions où ont lieu la plupart des visites de concessions villageoises. Cette zone géographique est présentée comme le berceau de l’« ethnie » sérère, car elle s’y trouve majoritaire et cohabite avec des familles peul, dont certaines pratiquent la transhumance. Sur le plan démographique, les individus d’appartenance sérère seraient en troisième position derrière les communautés wolof et toucouleur et devant la communauté peul, mais ces classifications « ethniques » sont en réalité beaucoup moins schématiques.

14  Le terme wolof téranga, traduit par les termes accueil et hospitalité, a été érigé en valeur nationale. Il reprend l’idée selon laquelle la population sénégalaise est d’une nature chaleureuse et accueillante envers ses hôtes, quelles que soient leurs origines. Cette valeur sociale se veut représentative d’une « spécifité africaine » par opposition aux valeurs occidentales qui prônent le « chacun pour soi ». Cette référence linguistique wolof a été adoptée par l’ensemble de la population sénégalaise et a fourni un autre élément clé aux slogans publicitaires touristiques : la « Porte de l’Afrique » est aussi le « pays de la téranga ».

15  Nous avons travaillé avec ces deux agences de voyage, installées à Dakar respectivement en 2001 et 2002 et analysé leurs brochures touristiques. Nous avons participé à des excursions-week-ends et des séjours d’une à deux semaines avec la première. Nous avons également réalisé des entretiens avec le personnel de l’agence, sa direction, ses guides et ses groupes de touristes. Ces derniers visitaient pour la première fois le continent africain et comprenaient entre deux à six personnes selon les prestations auxquelles nous avons participées. L’agence Y était plus réticente à ce type de travail, notamment en raison de ses difficultés à suivre son orientation « tourisme solidaire » et craignait d’être enquêtée. Cette structure possède une large visibilité sur le marché touristique « équitable » à destination du Sénégal et elle est apparue comme la seule qui soit réellement fonctionnelle dans cette catégorie de voyagistes. Nous avons pu cependant procéder à des entretiens non directifs avec sa direction, des clients à leur retour de circuit (venus pour la première fois également sur le continent africain) et des personnes ressources (cuisinier, gérant hôtelier, griot, habitants de concessions villageoises) qui participent aux activités touristiques de l’agence.

16  Des enquêtes sur la Petite Côte et dans le Saloum nous ont amené à effectuer des entretiens semi directifs et collectifs dans dix-sept concessions villageoises, en majorité visitées par des groupes de touristes.

Top of page

List of illustrations

Title Régions et sites touristiques du Sénégal
Credits Source : Vincent Turmine (Institut de recherche pour le développement – Dakar), 2008.
URL http://articulo.revues.org/docannexe/image/1008/img-1.jpg
File image/jpeg, 322k
Top of page

References

Electronic reference

Hélène Quashie, « Quête muséographique de l’Autre. Les enjeux symboliques de pratiques touristiques à vocation « culturelle » au Sénégal », Articulo - Journal of Urban Research [Online], Briefings, 2009, Online since 10 April 2009, connection on 19 November 2017. URL : http://articulo.revues.org/1008

Top of page

About the author

Hélène Quashie

Hélène Quashie is a PhD student in Social Anthropology and Ethnology at the School of Social Sciences (EHESS) in Paris. Her research interests lie in the social implications of tourism and expatriation, as well as the construction of identity and heritage. Email: helene.quashie@free.fr

Top of page

Copyright

Creative Commons 3.0 – by-nc-nd, except for those images whose rights are reserved.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org